Actualités MGEN 2018

juin 2018

avril 2018

mars 2018

fevrier 2018

 

info juillet 2018

A l’aune des congés d’été, l’actualité se bouscule, tant au niveau stratégique par la mise en œuvre du projet « MGEN DEMAIN » et par la poursuite de la structuration du groupe VYV, qu’au niveau organisationnel avec un nouveau DRH, Frédéric PAUTHIER, qui aura la lourde tâche d’accompagner « le changement » dans l’entreprise, à commencer par la transformation managériale et l’évolution des instances représentatives futures. Deux sujets auxquels nous serons évidemment partie prenante dès la rentrée prochaine, dans le respect des exigences que nous nous sommes fixées collectivement lors de l’Assemblée Générale de mai dernier.

L’UNSA-MGEN a rappelé la fragilité du modèle actuel, laissant craindre d’une part une explosion des Risques Psycho Sociaux par la fixation d’exigences toujours plus fortes, et d’autre part une forme de lassitude face au manque de reconnaissance ressenti à l’égard des efforts continus réalisés ces derniers mois. L’absentéisme, alors que les ressorts économiques peinent à trouver un deuxième souffle, semble atteindre des niveaux nécessitant un regard attentif de la direction générale.

Une introspection sur la qualité de vie au travail devient de plus en plus impérative, en veillant à ne plus céder à la facilité d’empilement à l’infini de nouvelles strates hiérarchiques.

 

En direct de l’AG MGEN 2018 :

Des actes et des décisions,  telles que la hausse de cotisation, l’évolution des offres « habitat », la construction à venir d’une offre spécifique sur le champ de la fonction publique hospitalière, la création de MGEN Partenaires…, mais aussi des mots et des valeurs tels que la démocratie, la confiance, la responsabilisation, la qualité de vie et  la protection sociale, l’Humain … autant d’éléments que nous aimerions voir s’approprier les salariés, les militants, la ligne hiérarchique et les directions opérationnelles, dans le droit fil du projet stratégique.

Nous aimerions nous enthousiasmer et penser que les souffrances au travail seraient aussi inadmissibles pour nos adhérents que pour nous autres, salariés… mais pour cela il faudrait que chacun des acteurs en prenne la pleine mesure, ce en quoi nous ne désespérons pas.

Nous reviendrons au cours de cette information sur la teneur des dernières discussions autour de notre mutuelle d’entreprise, sur l’intéressement, la politique de rémunération et l’organisation des activités.

Pour une grande partie d’entre vous, les congés d’été sont tout proches, nous vous les souhaitons les meilleurs possibles…

Ce dispositif reste source d’extrêmes tensions entre salariés et avec les directions locales. Il est aussi la cause de beaucoup trop d’amertume et de ressentiment. Le paradoxe étant qu’il semble davantage semer le trouble que servir l’entreprise par la mise en œuvre d’un mécanisme de redistribution juste et équitable.

Précisons que le faible niveau d’enveloppe s’est encore accentué du fait de la dernière NAO, abaissant un peu plus les budgets alloués.

Il ressort, au regard des explications données, une lisibilité quasi impossible du dispositif.

Nous avons bien quelques chiffres sur le nombre de bénéficiaires comme par exemple le fait que 1523 personnes ont eu accès à l’enveloppe aux choix mais là n’était pas nécessairement le sens de nos interrogations.

Nous nous attendions à disposer des éléments de cadrage du dispositif fournis aux directions locales : Que doivent-elles respecter ? Qu’est-ce qui n’est pas autorisé ? Sur la base de quels indicateurs ?

ou encore,

Les salaires médians entrent-ils en ligne de compte cette année ? La décision doit-elle être concertée avec les RE ? Le ROR joue-t-il un rôle dans les arbitrages ? Quelle est la place de l’ancienneté ? L’harmonisation des niveaux de salaires entre-t-elle en compte ? Peut-on en disposer plusieurs années de suite ? Est-ce lié au mérite, à l’atteinte d’objectifs ? Est-ce compatible avec une promotion ? Dois-je ne pas être porteur de mandat(s) ou inversement?  Dois-je être belle ou beau, docile, discret ou dynamique? Dois-je savoir faire la danse du ventre ?

En l’absence de sens, nous assistons à un imbroglio indéfinissable, même si le chaos ambiant laisse apparaître ici ou là une gestion du processus plutôt adaptée sans doute liée à l’agilité de quelques managers talentueux. Globalement, nous notons beaucoup trop d’incompréhensions qui appellent à un travail plus approfondi de la direction générale pour plus de cohérence, de pédagogie, de lisibilité mais aussi pour une plus grande transparence et cohérence d’ensemble.

Par ailleurs, signe que nos remarques peuvent porter, l’employeur nous indique vouloir revenir à un planning plus conforme à l’exercice dès l’année prochaine… notamment par la digitalisation du processus pour plus de réactivité. Nous espérons que cette cohérence minimale, que nous sommes en droit d’attendre, verra le jour… et ainsi pouvoir finaliser ces processus aux mois de février-mars.

Quelques chiffres :

 

 

 

 L’UNSA, fort de sa participation aux instances de comité de groupe, veille à l’évolution stratégique du groupe, ainsi qu’à son pilotage basé sur la performance économique et même sociale, paraîtrait-il...

Réunis régulièrement sur ces sujets, nous relayons vos interrogations et vos attentes à chaque occasion qui nous est données, en terme notamment de rémunération et de climat de travail. Si la question d’une harmonisation du contrat santé obligatoire est évoquée, tout comme la construction d’un accord de mobilité transverse en complément de la mise en place bienvenue et imminente d’un outil de mobilité interne à tout le groupe VYV sur notre portail, L’UNSA rappelle que la négociation d’entreprise appartient aux salariés de chaque entité, non pas aux grandes fédérations syndicales toujours prompts à vouloir décider à la place des autres…

 L’UNSA estime que des réflexions peuvent avoir lieu à l’échelle du groupe VYV mais qu’elles ne peuvent s’opposer à la démocratie syndicale d’entreprise. La place du salarié est tout aussi déterminante que la place de l’adhérent dans le modèle mutualiste. Ainsi les constructions économiques au sein de l’Economie Sociale et Solidaire ne peuvent en faire abstraction… au risque de se dissoudre dans une logique patronale faussement novatrice et réellement contradictoire.

 

Après de longues discussions internes, nous avons décidé de répondre favorablement à la sollicitation de l’employeur et avons apposé notre signature au nouvel accord d’intéressement.

Si notre organisation fut, conjointement avec les autres organisations syndicales représentatives au rendez-vous pour donner naissance à ce dispositif dès 2012, nous avions l’an passé mis entre parenthèses notre accompagnement et nous avions alerté, sans être entendus, sur le choix des indicateurs, sur les objectifs fixés tant au niveau des seuils que des cibles, et sur la faiblesse des sommes mises sur la table.

 Les dernières propositions qui nous sont faites, timides, n’apportent à nos yeux aucune certitude quant à l’assurance d’une redistribution plus équitable et plus conséquente ; en dépit d’annonces faites par certains, subodorant des sommes pouvant approcher les 1000 euros annuels.

Nous vous invitons à mesurer votre enthousiasme, car elles sont identiques à celles faites l’année passée alors que vous avez pu constater au mois de mai dernier leurs caractères inappropriés.

Néanmoins, nous osons penser que les dernières propositions avancent dans la bonne direction, notamment parce qu’elles pondèrent l’impact des seuls résultats financiers et parce qu’elles diversifient davantage  les indicateurs permettant le déclenchement de l’intéressement.

 Ainsi entre désormais en compte :

 -          Le nombre d’adhésion santé (MSP/MASP/OJI/Efficience)

-          Le nombre d’offres additionnelles

-          Le niveau de démissions volontaires

-          Le taux de satisfaction des adhérents

Notre objectif restera d’obtenir pour le futur des montants plus significatifs qui puissent refléter réellement l’ampleur des efforts quotidiens que vous réalisez en matière de développement, de fidélisation et de qualité de service.

 

L’UNSA-MGEN vous annonçait lors de notre dernière information, une consultation des élus du Comité d’Etablissement et en CHSCT.

 A ce stade, face aux interrogations légitimes du terrain et de vos élus, portant sur le transfert d’activités  « accident » et « LAD »,  et face à la relative précipitation de la direction à mener la consultation sans un niveau de détail suffisant, vos élus ont décidé de faire reporter le vote.

 Le projet devra donc être davantage précisé ainsi, fin août, nous pourrions réétudier les notes d’informations et peut-être nous laisser convaincre par les argumentaires évoqués. Ceux-ci portent, semblerait-il, davantage sur le pilotage managérial que sur une faiblesse structurelle impactant notre qualité de service.

 La formation, les transferts de compétences, le maintien de l’emploi sont autant de sujets sur lesquels nous exigerons un minimum de garanties.

 Par ailleurs, le rythme des évolutions, toujours plus accéléré, aussi urgent soit-il, ne pourra s’effectuer ni sans la pédagogie appropriée, ni sans le respect des instances représentatives. Cela nécessitera un discours et un argumentaire convaincant appuyé par la remise en amont de notes d’information détaillées et transparentes.

 

Nous avons pu obtenir des précisions sur l’avancée du dispositif, et avons constaté qu’en dépit d’une généralisation des repères managériaux contestables en de nombreux points, la mise en place conjointe de l’organisation territoriale restait encore à finaliser sur plusieurs territoires.

De nouvelles interrogations viennent notamment sur le rôle des ROR pour qui le périmètre d’action semble parfois s’étendre de plus en plus fortement au domaine RH alors qu’ils ne disposent d’aucun interlocuteur salarié et qu’ils ne rencontrent sous aucune forme à ce stade les représentants du personnel que nous sommes. Ceci laissant libre cours à leurs interprétations et fantasmes. Il ne s’agit pas ici de faire le procès d’une fonction, mais de nous interroger sur les modes de régulations et de dialogue social qu’il conviendrait d’intégrer impérativement.

Nous avons souligné au cours de nos discussions l’urgence à combler les postes encore non pourvus, notamment pour les CADR, SAP et autres, tous essentiels dans nos rouages organisationnels. Nous avons alertés sur ce que l’on pourrait comparer à une forme de désert médicaux, à savoir les territoires déshérités pour lesquels la dotation de l’éventail des fonctions ne semble pas autorisée ce stade.

A la veille de la rentrée, nous allons observer, à n’en pas douter, les ravages de l’accord sur les temps de travail et déplacements professionnels puisque la question de l’ouverture le samedi ne manquera pas d’être posée au gré des lubies managériales localisées. Les discussions, sur l’absence ou non d’appel au volontariat, sur la récupération ou non le lundi suivant, sur l’application partielle ou complète de la prime allouée, sur la mobilité géographique, reviendront inexorablement.

Nous nous tiendrons à votre disposition et accueillerons bien volontiers vos témoignages éloquents, sachant par avance à quels excès vous pourriez être confrontés…

Extrait de la note CE de juin 2018 :

 

Le 11 juin, nous avons pu faire au cours d’une réunion paritaire le point sur notre contrat santé collectif. Le détail précis nous est donné sur l’utilisation des garanties avec la déclinaison des dépenses de santé des salariés et de leurs bénéficiaires. Nous avons pu constater les résultats financiers sur les deux dernières années et constater le caractère bénéficiaire du contrat en dépit de coûts de gestion non négligeables.

L’UNSA-MGEN estime qu’un certain nombre d’éléments doivent être rediscutés, du fait de marges de manœuvre constatées, de l’évolution des minimas de branche négociés, de la défaillance partiel de la qualité de service rendu, de la faiblesse de certains niveaux de couverture et d’une tarification trop élevée pour les bénéficiaires enfants notamment.

Si nous sommes conscients que nous ne pourrons actionner tous les leviers, nous souhaitons néanmoins travailler à son amélioration générale.

Nos propositions :

 -          Réintégration de l’activité de gestion au sein de MGEN.

-          Mise en œuvre d’une enquête de satisfaction auprès des salariés et de leurs  familles adhérentes.

-          Baisse de la cotisation enfant.

-          Gratuité 3ème enfant (aujourd’hui au 4ème enfant).

-           Amélioration des niveaux de remboursement santé

-          Mise en place d’un dispositif d’assistance au domicile  

 A ce stade l’employeur nous annonce ne pas souhaiter discuter de ces mesures avant la fin d’année, le progrès social attendra…

Nous y reviendrons donc avec force très prochainement conformément à la promesse si engageante qui nous est faite !

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail. Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.

Vous aimez recevoir nos informations ? Vous voulez que ça continue ? Partagez-les autour de vous, adhérez et faites adhérer, participez à la réflexion…le Syndicat c’est vous !!!

Soutenez ceux qui vous représentent, c’est plus que jamais nécessaire.

Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

 Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants ! Ne soyez pas résignés, rejoignez-nous !

Nos Coordonnées :

Adresse :       UNSA-MGEN, 7 Square Max-Hymans (Bureau 03-04), 75015 PARIS.

Site UNSA MGEN :  http://www.unsa-mgen.fr

Délégation centrale : Jonathan FERRARI/ 06.70.19.06.55

 

 

 

 INFO JUIN 2018

Du 16 au 18 mai dernier, s’est tenue notre assemblée générale. L’occasion pour notre organisation d’échanger sur les réalités professionnelles vécues sur le terrain, de définir nos priorités d’action et de mobiliser nos forces vives pour répondre aux échéances déterminantes qui nous font face au niveau de l’entreprise, du groupe et du modèle de représentation du personnel.

L’équipe du bureau a ainsi été reconduite en grande partie et s’est aussi étoffée de nouvelles têtes, signe d’une vivacité militante qui ne faiblit pas. Elus, délégués syndicaux, délégués du personnel, membres de la commission exécutive ont tous participés activement à notre démocratie interne, nous les en remercions chaleureusement.

 

Nous saluons de manière appuyée Dominique CHALOUBIE, qui va partir en retraite dans les jours qui viennent, notamment pour son investissement continu à défendre les salariés depuis toutes ces années. Il nous transmet en héritage un militantisme exigeant basé sur le collectif, un syndicalisme de proximité qui s’attache à vous représenter au-delà des postures et des stratégies politiciennes stériles.

 

« Libres ensemble » pour un syndicat avant tout au service de ses adhérents, de ses sympathisants, des salariés, reste plus que jamais la devise de l’UNSA-MGEN.

 

Laetitia GUICHARD, Jean BARRET et Jonathan FERRARI, poursuivent cette tâche au sein du secrétariat général, accompagnés d’une équipe soudée et motivée.

 

L’actualité du moment décrite ci-dessous, vous laissera juger de l’ampleur de la tâche…et valide nos engagements fort pris en assemblée générale visant prioritairement, à lutter contre la dégradation des conditions de travail et à améliorer les niveaux de  rémunération.

 

Transformation, mutation permanente, gain de productivité et exigences toujours plus fortes, ponctuent au quotidien nos activités. Cela génère chez l’ensemble des acteurs un climat de tension et d’inquiétude qui interpellent fortement et qui appellent à du dialogue et à des mesures concrètes pour y remédier.

 

 

 

Intéressement : une faiblesse structurelle …  

 

Lors de notre dernière info, nous revenions sur la faiblesse du montant distribué et vous rappelions que si la promesse faite en 2017 lors des négociations en la matière pouvez apparaitre alléchante (proche des 1000 euros en tenant compte des dispositifs d’abondements),

L’UNSA-MGEN avait nullement été convaincue par les indicateurs non atteignables proposés par l’employeur et avait seule refusé d’apposer sa signature à l’avenant proposé qui a abouti, comme nous le présentions, aujourd’hui à la distribution de sommes dérisoires.

 

La négociation actuelle, porte sur une évolution des indicateurs 2018, dont nous ne mesurerons la bonne adéquation qu’au moment du versement l’année prochaine.

 

Notre objectif restant d’obtenir des montants plus significatifs qui puissent refléter réellement l’ampleur des efforts quotidiens que vous réalisez en matière de développement, de fidélisation, de qualité de service.

A ce stade, l’indicateur groupe portant sur les résultats financiers nous laisse quelque peu perplexe, même si nous notons de premières avancées visant à diminuer son influence, tant le salarié semble incapable de maitriser par son activité, son évolution de manière directe.

 

 

 

 

Organisation  territoriale et Horraires: fragilité et mépris…

 

 

L’UNSA-MGEN est intervenue avec force auprès de l’employeur pour ;

D’une part s’interroger sur le manque de clarté de la stratégie déployée, avec notamment une absence totale de lisibilité en matière d’effectifs cible à l’échelon régional et départemental.

D’autres part, la mise en application du protocole horaire (signé par d’autres) qui semble être sujette à des réinterprétations anarchiques et déplacées rendant comparable la situation à ce que pouvait être le grand ouest sauvage à l’époque de la ruée vers l’or !!

 

Nous rappelons que l’accord en vigueur fixe des règles et des droits que l’ensemble des parties se doivent de respecter à commencer par la ligne managériale, en dépit des atouts et inconvénients qu’il comporte pour celles et ceux qui voudraient en dépasser les limites.

 

Au delà des plages fixes, déterminer après consultation des personnels sur chaque centre, si la ligne managériale peut décider localement, d'intégrer certaines activités dans des tableaux de services pour assurer le bon fonctionnement du centre (accueil, odigo, relances téléphoniques, permanences extérieures...).

En revanche, le protocole rappelle la règle en matière de plages variables et d'amplitude de travail :

"Chaque salarié(e), peut ainsi potentiellement venir à 8h30 et potentiellement repartir à 19H (dans la limite de 10H/ jour)."

"Un(e) salarié(e) peut aussi dépasser les 7h24 s’il ou elle le souhaite, le protocole prévoyant par ailleurs un dépassement pouvant aller jusqu'à 5h semaine et + 15h au total."

 

 

 

 

Les règles d’un autre âge, fixant arbitrairement de « ne pas arriver avant 10h »,  de « ne pas faire plus de 7h24 », de « régulariser son temps de travail d’un jour sur l’autre », de « prendre une pause repas de 2h », apparaissent en totale opposition avec un management responsabilisant propre à fédérer les énergies, et constituent, en plus de ne pas respecter le droit des salariés, une forme d’intimidation aux effets dévastateurs pour ceux qui les subissent.

 

A cela s’ajoutent des difficultés toujours plus fortes en matière d’accès au temps partiel, de pause, de récupérations, de RTT, de congés de toutes natures, plaçant systématiquement le "salarié" comme quelqu’un qui ne voudrait que jouir de ses droits au détriment de l’entreprise. Cela n’est tout simplement pas tolérable, encore moins au sein d’une entreprise qui se réclame de l’Economie Sociale et Solidaire !!!

 

L’UNSA-MGEN informe ses adhérents, ses sympathisants et les salariés que si le climat d’extrêmes tensions qui semble régner en section départementale, accentué par la mise en place de nouveaux repères managériaux déconnectés de la réalité de terrain, venait  à perdurer, alors nous nous autorisons à user de tous moyens à notre disposition …

 

A ce stade, nous restons persuadés que le dialogue doit être privilégié et qu'il reste possible.

La responsabilisation de chacun, le respect de l'ensemble des acteurs, les salariés notamment, qui à l'image des militants, ont participé et participent en permanence à construire une MGEN plus forte au service de ses adhérents, doivent être considérés tant dans leurs engagements professionnels que dans l'articulation de leurs vies personnelles.

 

gestion du régime obligatoire : la fin programmée ?

 

L’UNSA-MGEN, bien que rassurée par les garanties apportées sur les 4 prochaines années quand à la pérennité de délégation de gestion, reste vigilante face au risque de dégradation progressive de notre qualité de service propre à précipiter la fin de notre modèle.

Chacun sait la plus value qu’apporte aux adhérents le principe de guichet unique, tout comme il facilite nos actions de développement ou de ventes de produits additionnels.

 

L’UNSA-MGEN alerte sur l’érosion des connaissances en section départementale au gré des départs en retraite, accentué tant par un processus de formation en panne sèche sur le RO, que par une orientation commerciale qui cannibalise les enjeux de service, à tel point que les espaces d’accueil sonnent vides pour bon nombre d’assurés…

Les recours artificiels sur les centres de gestion par les sections départementales, pour des questionnements qui relèvent de savoir de plus en plus binaires, via les dispositifs helpdesk, doivent interpeller notre direction générale.

 

L’UNSA-MGEN entend se mobiliser pour la pérennité de notre modèle, pour la défense de nos emplois, pour la qualité de service rendu aux assurés et adhérents.

 

 

Evolution des Centres de gestion 

L’UNSA-MGEN prend connaissance, en avance de phase, d’un bouleversement organisationnel, avec une redistribution des missions sur les centres de gestion, apparemment organisée en deux temps sur l’année 2018 et 2019.

« Le projet de transfert des activités « Accident » et « LAD » viserait à optimiser l’organisation de ces activités et à neutraliser l’impact de la dématérialisation des flux courriers, avec une projection permettant d’harmoniser progressivement la taille des centres de gestion. Cette démarche aurait pour objectif de permettre aux centres de disposer d’une taille critique leur permettant d’améliorer la régularité des délais, la gestion des fluctuations saisonnières et de sécuriser les activités. »

L’UNSA-MGEN a sollicité l’employeur pour qu’une consultation soit effectuée lors du prochain CE, afin que nous puissions disposer des détails du projet et que nous puissions en mesurer les conséquences sociales qui devraient rester mesurées au regard des premiers éléments dont nous disposons… entre + 18 ETP et -10 ETP, en fonction des centres, mais au niveau globale des effectifs préservés), même si la question des transferts de compétences ou de leurs maintiens restent un enjeu majeur..

Vos élus locaux et membres de CHSCT devraient eux aussi être consultés dans les semaines qui viennent.

Il nous faudra mesurer les enjeux à plus long terme d’une telle évolution…

Nous reviendrons rapidement auprès de vous.

 

Séparation des activités ATELIERS et Centre de contacts

L’UNSA-MGEN, lors du dernier CE, a été consultée sur la mise en œuvre des premières conséquences du rattachement des activités de Vente à Distance à la direction réseau et distribution.

Ainsi, les séparations physiques des activités s’apprêtent à se concrétiser sur Lyon et vraisemblablement à Bordeaux dans les mois qui viennent.

Au-delà des contraintes inhérentes à des changements de lieux de travail, aussi faible soit la distance, nous restons dans l’expectative quant aux évolutions à venir pour les salariés de ces centres, aussi bien sur les projets en construction que sur la stratégie de demain.

Par ailleurs, la séparation de ces activités cloisonne un peu plus les activités de téléphonie, et rend moins visible les perspectives d’évolutions pour les collègues du « 3676 », qui pour certains auraient pu aspirer à de nouvelles fonctions sous l’effet d’une promiscuité confraternelle. L’enjeu de la représentation locale du personnel au sein d’IRP dédiées reste également posé pour les salariés des ateliers, car pour l’heure le risque d’isolement apparaît réel.

Les évolutions d’activités, les synergies commerciales et les articulations avec les missions des sections départementales restent à ce stade très peu dévoilées par l’employeur MGEN !!

La question des protocoles horaires, de la reconnaissance salariale, des exigences managériales va très certainement devoir être sur la table des discussions !

L’UNSA-MGEN revendique une plus grande visibilité sur la coordination des stratégies de développement et souhaite disposer d’une vision projective des impacts de telles évolutions.

 C’est en partageant les enjeux que nous pourrons anticiper et surmonter les difficultés, c’est aussi de cette manière que nous pourrions nous féliciter des réussites.

L’UNSA en transparence reviendra vers vous au gré des éléments dont nous disposons.

 

Espace collaboratif RH 

 

Il s’agit en premier lieu de la mise à disposition d’un « coffre-fort numérique salarié » sécurisé et collaboratif qui permet à chacun des salariés de bénéficier d’un service innovant et gratuit, à vie, pour conserver et accéder facilement à tous les documents RH le concernant et que l’entreprise partage avec lui.

Ce service sera actionné via une plateforme spécialisée (Peopledoc).

En outre, la règlementation instaure le bulletinde salaire dématérialisé, susceptible d’être « rangé » dans ce coffre-fort numérique. L’espace collaboratif permettra également d’interpeller le service RH local pour des demandes individuelles (attestation employeur par ex).

 

Dès juillet, les personnels devront se positionner pour faire savoir s’ils souhaitent continuer de recevoir un bulletin de paie papier (loi travail du 1er janvier 2017).

A défaut de réponse, la dématérialisation sera effective : un mail et un courrier spécifiques seront adressés aux salariés à ce sujet (« droit d’opposition à cette voie de transmission un mois avant la première émission du bulletin de paie ou au moment de l’embauche», révisable sous un mois à tout moment).

 

En novembre, la seconde étape de l’espace collaboratif sera activée : « Workflows de demandes d’attestation des salariés et Workflows de mise à jour du dossier de gestion administrative des Ressources Humaines.


 

Petites infos utiles:

 

Difficultés au travail.  Rappel des dispositifs existants :

No vert : 0 800 159 136, 24h/24h 

Dispositif  IQVT : dispositifiqvt@mgen.fr

Assistance sociale : 04 37 56 85 41 / RESSIF

 

-        Congés pour événements familiaux : Prévenir son employeur dès la survenance de l’événement !!

 

Mariage ou conclusion d’un PACS

1 semaine

Mariage d’un enfant

1jrs

Naissance ou arrivée d’un enfant en vue de son

adoption

3jrs

Décès d’un enfant du salarié

5jrs

Décès du conjoint,  du partenaire pacsé, du concubin

5jrs

Décès du père ou de la mère,

3jrs

Décès du beau-père, de la belle-mère

(parents du conjoint)

3jrs

Décès d’un frère, sœur,

3jrs

Décès beau-frère ou belle-sœur

1jrs

Décès d’un ascendant

(grand-parent, arrière grand-parent, etc)

2jrs

Nouveau congé : annonce de la survenance d’un

handicap chez un enfant

2jrs

 

-        Dispositif Mobilité : L’UNSA-MGEN-VYV continue de réclamer la révision des accords de mobilité de 2004 afin que chacun puisse disposer équitablement d’autorisation d’absence, de la prise en charge de ses frais de déménagement, d’une partie de ses frais d’installation lors de situation de mutation interne.

-        Enveloppes au choix : conformément à la NAO et au constat de désaccord amenant à une application unilatérale, la MGEN a révisé les montants à la baisse, s’entêtant par ailleurs à réaliser les entretiens annuels en avril/mai  décalant  d’une manière toujours aussi ubuesque les potentiels versements au mois de juin.

-        Heures de réunions : jamais avant 9 heures le matin et jamais après 18 heures le soir –cf guide de la parentalité

              

 

 


 

Les sujets des négociations à venir pour lesquelles nous avons relancé fortement l’employeur au regard des attentes   :

 

La qualité de vie au travail et égalité professionnelle

Le contrat groupe santé

Le dialogue social et futures élections professionnelles

Les Centres de contacts

 


 

 

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail. Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.

 

Vous aimez recevoir nos informations ? Vous voulez que ça continue ? Partagez-les autour de vous, adhérez et faites adhérer, participez à la réflexion…le Syndicat c’est vous !!!

Soutenez ceux qui vous représentent, c’est plus que jamais nécessaire.

Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

 

Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants ! Ne soyez pas résignés, rejoignez-nous !

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers adhérents, Chers collègues,


L’actualité nécessite que l’on revienne vers vous, dans un contexte morose mais pas dénué
d’espoir. A cette lecture, nous savons par avance qu’une certaine amertume pourrait-être
ressentie au regard des montants constatés et de vos attentes légitimes. N’oubliez pas que seul le soutien, l’engagement auprès de votre syndicat, pourraient nous permettre dans un futur que nous espérons proche, de nous donner la force, la pertinence et les moyens pour contrer la stérilité constatée d’un dialogue social anémié dont notre employeur ne semble pas avoir conscience.


L’usure et la lassitude ressenties par un grand nombre de salariés nous alertent fortement et nécessitent des évolutions en matière de salaires (trop peu attractifs), de promotions internes (très faible dynamique), de reconnaissance de l’ancienneté (dérisoire), de conditions de travail (en forte dégradation).


Des réflexions et groupes de travail sont en cours de réalisation, portant sur le droit à la
déconnexion et du bon usage de la messagerie professionnelle, d’autres portent sur le "vivre ensemble" ou plus concrètement sur des dispositifs de fin de carrière, sans naïveté nous savons que ce sont aussi par des avancées progressives que nous pourrons retrouver la cohérence d’entreprise aujourd’hui perdue en de nombreux domaines.
Nous vous tiendrons informés et continuerons de nous battre à vos cotés sur tous les sujets qui vous préoccupent.


L’UNSA-MGEN se différencie par son engagement, par son exigence élevée à l’égard de notre employeur, par notre proximité avec les salariés …

Les montants accordés toujours plus faibles en dépit de l’atteinte à 101% des résultats de
mutualisation sur le secteur MGEN, ne peuvent qu’accentuer notre doute sur la volonté réelle de l’employeur de reconnaitre financièrement les efforts des salariés.
Cela fait suite à une NAO plus que décevante, où l’employeur nous invitait, lorsque que nous dénoncions l’exclusion de nombreux salariés des dispositifs de primes individuelles, à avoir en tête la rétribution collective à venir en matière d’intéressement !

Vous constaterez ci-dessous, la réalité des montants, qui démontre, sans aucun doute, lanécessité évidente à faire évoluer les indicateurs retenus comme nous le revendiquions, et qui justifie pleinement l’absence de nos signatures sur les derniers avenants en la matière.
(Nous étions alors bien seul alors face à des projections pourtant évidentes!)

Réévaluer le montant, modifier les indicateurs, rééquilibrer l’abondement entre PEE et PERCO, seront nos exigences pour la future négociation à venir !!

 

Pour rappel, le salarié peut placer son intéressement sur deux dispositifs d’épargne distincts. L’arbitrage est à réaliser avant le 18 mai suite au courrier spécifique à venir!
Attention, par défaut la loi impose en cas de non réponse exprimé; un placement sur le PEE sur le fond monétaire sans droit de rétractation désormais …

 

 

 

Illustration sur l’abondement:

Par exemple, en plaçant 127 euros sur le PEE.
Votre Epargne se porterait à 295,90€ au total (soit prés de 400€ d’abondement de moins que l’année passée !!)
Attention, le placement sur les plans d’Epargne se fait sur des produits financiers dont il revient à chacun de mesurer le risque …

Il existe un certain nombre de cas de déblocage anticipé que nous tenons à votre disposition (Mariage, départ en retraite, achat immobilier, naissance du troisième enfant …)

 

 

 

 

L’ancien dispositif contrat de génération est reconduit selon les mêmes principes. En effet, il s’était terminé fin décembre 2017, après une courte prorogation, et se transforme aujourd’hui sous l’intitulé « mesure de transition activité professionnelle / retraite».
Devant les demandes relayées par les syndicats depuis l’interruption du dispositif, la MGEN a décidé de reconduire en l’état le protocole existant, bien que l'employeur ne bénéficie plus de la déduction fiscale attachée à l’ancien contrat de génération.

Les points essentiels à retenir :

. Possible passage à 80% (pour les temps plein uniquement), si prévenance à au moins, J-24 mois ou J-12 mois avec le maintien de la cotisation employeur à 100%
. Octroi de jours de prévenance sur le CET (8 jours à J-2 ANS et 4 jours à J-1 an).


Ce nouvel accord entrera en vigueur sitôt signé par les organisations syndicales (début avril)
Il est conclu pour une durée déterminée de 3 ans à compter de sa date d'entrée en vigueur, dans la perspective qu’il soit pris en compte dans un accord concernant la Gestion des Emplois et des Parcours Professionnels.

L’UNSA a souhaité voir modifier quelques termes de l’accord proposé sur le caractère « strict» des délais de déclaration du salarié à sa direction (date retraite, jours de prévenance et temps partiel) et invite la MGEN à une meilleure communication sur ce dispositif… les personnels s’en saisiront d’autant mieux.
Nous invitons vivement celles et ceux qui seraient intéressé(e)s ou qui nous auraient sollicité(e)s il y a peu, à officialiser ou réitérer leur demande auprès de leurs directions locales, précisons qu’il s’agit d’un droit, qu’aucun refus pour des raisons organisationnelles ne pourrait vous être opposé.

 

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail. Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.


Vous aimez recevoir nos informations ? Vous voulez que ça continue ? Partagez-les autour de vous, adhérez et faites adhérer, participez à la réflexion…le Syndicat c’est vous !!!
Soutenez ceux qui vous représentent, c’est plus que jamais nécessaire.
Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.


Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants ! Ne soyez pas résignés, rejoignez-nous !


Nos Coordonnées :
Adresse : UNSA-MGEN, 7 Square Max-Hymans (Bureau 03-04), 75015 PARIS.
Site UNSA MGEN : http://www.unsa-mgen.fr
Délégation centrale : Dominique CHALOUBIE / 06.07.19.29.27
                              Jonathan FERRARI / 06.70.19.06.55

INFO MARS 2018