infos 2016

info 2016

- décembre

- Novembre

- octobre

- juillet

- juin

- avril

- mai

- fevrier

- janvier

 

 

- info sur la récup des jours férié

- NAO fev

- actualités syndicales

- tract

 

7 décembre 2016

« A diffuser largement autour de vous... »


La MGEN fête ses 70 ans, l’occasion de rappeler à chacun d’où l’on vient et de se remémorer les valeurs fondatrices à savoir la solidarité collective au service de la protection sociale.


La MGEN a construit son identité et sa réussite sur les bases, d’engagements forts, de la détermination d’élus militants, d’adhérents solidaires, de salariés déterminés à rendre le meilleur service aux mutualistes et engagés dans le développement de leur entreprise.
Cette réussite, qui fait de la MGEN un acteur incontournable du monde de la santé, un modèle unique par sa structuration et son large champ d’intervention, doit être partagée avec l’ensemble des acteurs qui la compose.


L’UNSA-MGEN demande à l’employeur MGEN de mettre en oeuvre des mesures financières concrètes visibles sur nos bulletins de salaire, tant à l’occasion de cette date anniversaire symboliquement forte, que lors de la traditionnelle NAO (Négociation Annuelle Obligatoire), à destination de l’ensemble des salariés, qui désespèrent de voir une réelle reconnaissance de leur travail et qui subissent globalement une dégradation profonde de leurs conditions de travail…


Mail UNSA-MGEN adressé aux responsables UES MGEN nous nous faisons le relai de nos collègues en vous sollicitant pour accorder aux salariés de l'entreprise une prime exceptionnelle (hors NAO) à l'occasion de cet anniversaire. Dans une période difficile pour tous, un geste de l'employeur dans ce sens serait un signe fort de reconnaissance des efforts fournis par tous et de l'attachement collectif à notre entreprise.


NAO 2016
L’employeur a ouvert le 6 décembre les discutions relatives à la Négociation Annuelle Obligatoire.
La réunion qui s’est tenue dans une atmosphère particulière suite aux déclarations liminaires des organisations syndicales siégeant à l’UGEM, dénonçant l’absence d’une quelconque augmentation générale des salaires au niveau de la branche. Ce refus est historique.
La CGT a, quant à elle, décidé de quitter la séance comme elle s’y était engagée dans un tract commun avec la CGC et la CFDT.
L’UNSA, qui ne siège pas (encore) à la branche, néanmoins, reste attentive au devoir d’exemplarité des employeurs mutualistes, partage l’amertume de nos confrères syndicaux devant cette provocation patronale.


Néanmoins, l’UNSA-MGEN, sans dévaloriser le rôle de la branche, sans rappeler la nécessité absolue à respecter la hiérarchie des normes (à savoir : ne pas négocier dans l’entreprise d’accords inferieurs aux minimas sociaux de branche et aux droits du travail), entend défendre les salarié(e)s au plus prés du vécu des réalités quotidiennes par une négociation d’entreprise responsable et constructive.



Concernant la séance à proprement parler :
Autant vous le dire tout de suite, aucun budget précis ne nous a été donné, aucune décision n’a été actée.
L’employeur a simplement fait un récapitulatif dans chaque secteur (convention UGEM, FEHAP, SYNTEC) de la situation économique, des effectifs et de l’impact des décisions prises unilatéralement l’année dernière suite au constat de désaccord de la précédente NAO.
L’employeur nous a précisé être en attente des décisions budgétaires à venir lors du prochain Conseil d’Administration du 14 décembre prochain.


La MGEN nous informe que la NAO reprendra début février (le 9!!!) afin, dit-il, d’initier véritablement une négociation avec les partenaires sociaux (no-comment).
La clôture de la NAO, et les décisions qui en ressortiront devront être définitivement actées fin février,début Mars.


A ce stade, L’UNSA-MGEN continue de transmettre, tous les jours avec force, à l’employeur, dans un contexte de fortes attentes des salariés et des résultats alarmants de l’enquête Qualité de Vie au Travail, des propositions à la hauteur des attentes, dans un large éventail de domaines propices à nos yeux, à harmoniser et à améliorer la vie et la situation financière des salariés, à pouvoir à nouveau les remobiliser positivement par le partage d'objectifs expliqués, clairs, réalistes et compris par tous.


Nous reviendrons prochainement vers vous pour le détail de nos propositions.
Lire nos interventions en CE MGEN et au CCE …
L’UNSA-MGEN demande que 50% minimum du budget dédié à la négociation soit affecté à des augmentations collectives reparties égalitairement en valeur absolue.
L'UNSA MGEN rappelle que les choix antérieurs de la MGEN en matière de revalorisation ont exclu une partie des salariés de sections départementales, de centres de gestion et de centres d’appels, créant un sentiment d’injustice et de non reconnaissance, chez de nombreux salariés pour lesquels il convient d’agir aujourd’hui en urgence afin de préserver une cohésion collective mise à mal en l'état.


L’action triennale engagée par l’employeur en matière de politique salariale doit à notre sens être temporisée par une distribution plus large de l’enveloppe allouée cette année.
L’UNSA-MGEN demande également à ce que des dispositions relatives à l’ancienneté soient actées, afin que la fidélité à l’entreprise ne soit plus ressentie comme un handicap mais comme un atout…


L’UNSA-MGEN demande à l’employeur l’ouverture de ce que l'on pourrait enfin qualifier de véritables négociations, une lecture précise des dispositifs et propositions faites par la MGEN, une plus grande transparence sur les budgets.


Enfin, l’UNSA-MGEN attend de l’employeur des mesures concrètes pour remédier à la situation de crise au regard du niveau d’hyper stress concernant de plus en plus de salarié(e)s sur de nombreux sites MGEN ainsi que l’attribution d’un budget complémentaire à la NAO.


Projet Trajectoire et Qualité de Vie au Travail
La MGEN nous fait part de sa volonté de mettre en place un nouvel outil de pilotage des parcours professionnels : Trajectoire.
Cet outil a pour objectifs de contribuer à la transformation du Groupe et de diffuser une nouvelle culture managériale. Afin de mettre en oeuvre une démarche de Gestion des Emplois et des Parcours Professionnels, l’employeur se dote, nous dit-on, d’un outil performant de développement des Ressources Humaines, au service des managers et des collaborateurs.


L’UNSA-MGEN reconnait que certains aspects du dispositif peuvent sembler attractifs, notamment en facilitant l’accès aux informations relatives aux évaluations et aux aspirations professionnelles par les salariés (managers inclus) par leurs numérisations.
En revanche, L’UNSA-MGEN ne peut cependant pas dissocier ce projet, ni du retour d’enquête Bien Etre au Travail, ni des grilles d’entretiens fournies conjointement.
L’UNSA-MGEN dénonce la structuration et l’empilement d’un suivi individuel souvent mal vécu par les collègues et pas toujours maitrisé dans leur utilisation par les managers qui trop souvent (par manque de temps, de formations, de soutien, de solutions) s’éloignent du principe d’accompagnement, du partage des difficultés et de recherche commune d’axe de travail visant à résoudre les problématiques potentiellement identifiées…


Ainsi, le salarié doit faire face à des entretiens annuels, à des entretiens professionnels chaque année, à un état des lieux tous les 6 ans, et désormais à des entretiens mensuels !
A cela s’ajoute le suivi journalier, les réunions hebdo, les supervisions, les écoutes téléphoniques, les recadrages ponctuels, voir les entretiens disciplinaires (pas toujours engagés à bon escient !) !
Nous dénonçons également des suivis, qui de plus en plus tournent autour des résultats chiffrés et statistiques, au détriment de l’accompagnement humain.


L'UNSA-MGEN constate aussi qu’une forme de dénigrement se met en place, en section départementale face à des activités de fidélisation de plus en plus prégnantes et des activités « non commerciales » pourtant indispensables au service à rendre aux mutualistes.
La situation contribue à notre sens au renforcement du mal être.


Le risque reste que l’outil et ses développements viennent accentuer les difficultés des salariés par une perte d’autonomie et une hausse de l’anxiété. Nous rappelons au passage le caractère chronophage de ces suivis dont l’utilité réelle de certains reste pour l’instant à démontrer… L’UNSA-MGEN demande à l’employeur d’être attentif aux impacts négatifs que le déploiement d’un tel outil pourrait induire et exige qu'un certain nombre de garanties et ajustements soient apportés.


Ainsi, L'UNSA-MGEN demande, que les conditions d’entretien figurent sur les fiches et propose de mettre en place une chartre avec un cadrage précis tant au niveau du contenu, du sens à donner, de qui et comment ce font les différents entretiens, que du temps imparti à la réalisation de ceux ci.


Enfin, l’UNSA-MGEN demande, notamment au niveau des entretiens annuels, qu’un champ qualitatif soit apporté, sur les bases des grilles d’entretiens proposées pour les cadres aux forfaits, portant sur l’évaluation de son ressenti en matière d’organisation du travail, sur la charge de travail, sur l’articulation vie personnelle/vie professionnelle, ainsi que son sentiment à l’égard de son niveau de rémunération.


L’UNSA ne comprend pas les raisons qui poussent à étudier seulement ces éléments que pour une seule catégorie salariale.


En complément, L’UNSA-MGEN, déplore les débats expéditifs relatifs aux résultats de l’enquête QVT.


L’absence d’échanges constructifs et de fenêtres de contributions pour les organisations syndicales sur les mesures à prendre pour traiter les difficultés actuelles en matière de QVT, sur la construction de l’outil trajectoire , sur le déploiement à venir du projet « Marque employeur » portant sur la culture d’entreprise, ainsi que sur la prolongation et l’extension régionale de la DUE relative à « ambition réseaux », ne font
qu’accentuer le sentiment d’entêtement d’un employeur qui oublie le rôle de la concertation et la finalité du dialogue social.

Fort de notre représentativité, de nos mandats, et de vos soutiens, nous ne cesserons de revenir à la charge sur ces questions, la concertation et le respect réciproque restant le seul moyen de parvenir à un apaisement collectif par la prise en compte de nos revendications.


L’UNSA-MGEN n’exclut aucun mode d’action pour parvenir à ces fins, à savoir la défense et la
reconnaissance des salariés.
Petites infos utiles et complémentaires :
· L’Employeur annonce qu’aucun supplément d’intéressement ne sera versé en 2016…
· Bourse de la mobilité (Talent Link) : Une recherche sur l’ensemble du territoire est désormais
possible si vous ne spécifiez pas la zone géographique concernée.
· Le Référencement à l’Education nationale débute, la MGEN s’active pour s’adapter et répondre au
cahier des charges.
· Bureau CCE : La prestation « frais de rentrée scolaire » sera réévalué en 2017.
· Ambition réseaux : DUE prorogée jusqu'à rentrée 2018 et extension à 4 ou 5 régions pilotes.
· Harmonie : Notons la reprise progressive des discutions.


Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail (merci de vos envois qui commencent à arriver plus fréquemment).
Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.
Le contexte particulier de la MGEN nous incite à vous rappeler l’importance à se syndiquer, à nous donner toute la légitimité pour oeuvrer en votre nom.


Syndiquez-vous, faite adhérer autour de vous, c’est plus que jamais nécessaire.
Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.
Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.
Plus forts ensembles,
Communiquons et restons vigilants !

nov 2016

La MGEN, en CCE, nous  informe de la suspension des négociations entre Harmonie Mutuelle et MGEN. Un grand nombre d’entre vous a eu des échos de cette étape de réflexion, nécessaire semble-t-il, entre les deux mutuelles et nous ont sollicité afin d'avoir un complément d'information.

 

L’UNSA-MGEN, conscient de son rôle de représentation du personnel, qui n’a pas vocation à se substituer à l’employeur dans le domaine la stratégie d’entreprise, s'est engagée à ne pas interférer dans ce rapprochement et à ne pas diffuser des informations qui ne seraient pas fiables ou avérées.

 

Néanmoins, suite à l'insistance de certains d'entre vous, un commentaire sur notre lecture de la situation semble être nécessaire.

L’UNSA-MGEN reste prudente à ce stade sur l'évolution du projet. On a pu observer, au regard du peu d'informations données, quelques divergences de vue sur l'organisation du futur bloc mutualiste chez les décideurs.

Si l’objectif, visant à faire un ensemble fort reste incontournable dans le paysage de la protection sociale mutualiste, est clairement lisible, les divergences culturelles devront elles être dépassées dans des concessions réciproques loin d’être habituelles pour les uns comme pour les autres.

 

S’il est normal, et peut être rassurant de voir qu’un projet d’une telle ampleur connaisse aussi des temps d’ajustement nous resterons attentifs sur le devenir de cette initiative historique.

 L’employeur MGEN nous fait part de sa volonté de préserver sa souveraineté et son identité dans la continuité des informations transmises ces derniers mois, et nous rappelle que quelque soit le scénario retenu,  la MGEN aurait la force et les moyens de s’orienter vers des stratégies de développement différentes, en dépit de sa volonté profonde de réussir là où beaucoup ont échoué et donc de parvenir à réaliser cet UMG.

 

Vous serez informés au fur et à mesure de la montée en charge des opérations de rapprochement..

 

Enquête Qualité de Vie au Travail

 

Enfin ! Nous disposons, depuis peu, des premiers résultats de l’enquête QVT réalisé en 2015 (avant la bascule soit dit en passant !).

Voilà plusieurs mois (hum)  que nous sollicitions ce retour, dont les délais de restitution  nous apparaissent inacceptables…

 

A ce stade, nous n’avons pas totalement finalisé l’analyse du document qui doit être présenté dans les différentes instances dédiées (Comité d'entreprises, CHSCT, IQVT…).

Il nous manque des éléments d'analyse, un certain nombre de données ne nous a  pas encore été dévoilé pour nous permettre d’affiner nos propos, mais d’ores et déjà ce que nous pressentions, au regard de vos remontées, de vos alertes, s’avèrent hélas confirmés, à savoir qu'une telle enquête révèle, sans contestation possible, une dégradation profonde de la qualité de vie au travail dans notre entreprise.

Sur l’ensemble des secteurs, le niveau d’ « hyper stress » dépasse largement les niveaux acceptables et les standards du marché (le monde du travail actuel est ainsi fait !) 30% des salariés seraient concernés.

 

Rappelons ce qu’est  l’ « hyper stess » :

 

C’est quand le niveau de stress devient d’une violence inouïe, qu’il est fréquent, chronique et qu’il est le  fruit de contrariétés répétées. Cette situation entraine des troubles de l’anxiété tant au niveau psychologique (angoisse, dépressions…) que physiologique (troubles digestifs, alertes cardio-vasculaire, troubles du sommeil, épuisement…)

 

 

La situation d’alerte est aujourd’hui clairement identifiable, et vient désavouer les résultats escomptés par l’employeur MGEN.

Dans ce domaine, le résultat de cette analyse vient mettre en relief l’inefficacité de certains dispositifs de préventions que la MGEN pensait efficients !

 

Au-delà de réponses de fond, qu’il conviendra de mettre en place le plus tôt possible, aujourd’hui la situation des sections départementales, entre autres,  avec plus d’un salarié sur trois en situation de souffrance et dans une moindre mesure des centres d’appels, apparait encore plus alarmante.

Cela appelle de la part de tous les acteurs, une prise de conscience par l'employeur et les décideurs, une réponse forte et immédiate.

 

Aujourd’hui les causes que nous dénoncions depuis de nombreux mois, pour ne pas dire des années, viennent se confirmer :charge de travail inappropriée, changements permanents, absence de reconnaissance, clarté de l’organisation, et  méthodes de management inadaptées (pour tous).

 

Alors que la notion d’économie de gestion pointe son nez dans le discours des responsables nationaux, œuvrer au sein de l’entreprise pour l’amélioration réelle et concrète de la qualité de vie au travail, reste le meilleur moyen  de faire diminuer les conflits sociaux, les arrêts de travail, l’absentéisme,  et in fine d’améliorer la motivation du personnel, la productivité recherchée donc les résultats économiques.  Ce qui imposera une reconnaissance pécuniaire pour tous.

 

La détection et la prévention du mal être doivent être clairement menées. Les premières réponses de l’employeur en matière d’évolution du management, en matière d’expérimentations pilotes doivent se traduire, à notre sens, autrement que par de simples incantations ou supposés accompagnements individuels souvent sources d’un sentiment de perte d’autonomie, d’absence de confiance à quoi s'ajoute la lourde tâche de remplissages de nouveaux tableaux de "repporting"  à  compléter qui restent lourdement chronophages!

 

L’UNSA-MGEN, continuera à faire des propositions en matière d’organisation du travail, d’élément de savoir vivre et de simplifications de la vie en entreprise. Elle n’acceptera pas  la banalisation de la souffrance au travail et attends des améliorations concrètes. Sans une réelle "co-mobilisation" sur ce sujet, la MGEN ne parviendra pas à mettre en adéquation ses aspirations dans le domaine ou encore le modèle de RSE prôné tant en interne que, plus largement, dans le monde de la mutualité.

 

 

Salarié EX-MGET

 

Alors que la fin de la période de 15 mois de maintien des conditions conventionnelles MGET  approche, L’UNSA-MGEN a rejeté l’idée de négocier avec l’employeur un accord de substitution qui consisterait à mettre un terme par anticipation à différents avantages acquis par les salariés avec leur précédent employeur MGET.

En effet, l’employeurMGEN refusant une fois encore (cf MOCEN, LMDE…) de niveler par le haut les accords et ainsi faire bénéficier du principe de faveur de ces différentes conventions pour appliquer le meilleur à l’ensemble des salariés de l’UES MGEN, préfère unilatéralement, s'aligner sur les accords MGEN et se limiter au minimum légal.

Face à ce constat, dans le cadre de l’application de la nouvelle loi travail, l’employeur nous informe qu’à  compter du 1 er avril, les salariés "non cadre" se verront contraints de passer à 35 heures pour les temps pleins et disposerons de la contrepartie financière de cette évolution horaire (soit payer en plus du maintien du salaire annuel la différence de 33h75 à la MGET à 35 heures à la MGEN) idem pour un salarié(e) à temps partiel au "prorata temporis"). Les salariés cadres mais pas encore au forfait se verront proposer un avenant pour les classer "cadres au forfait" avec le même principe de rattrapage de rétribution 35H75 à 35…

 

Un avenant sera proposé (après passage aux C.E.) En cas de refus  de signature, l’employeur nous informe qu’il prendra les décisions qui s’imposent…

 

Pour les salariés qui étaient déjà cadres au forfait heures, eux aussi se verront proposer un avenant pour le passage aux forfaits jours MGEN (ils y laissent quelques jours de congés).

 

L’employeur, fort du respect de la loi,  reste sourd à nos propositions en matière de liberté de choix pour les salariés prônant l’harmonisation des contrats au détriment des aspirations individuelles.

 

Par ailleurs, la  MGEN-employeur nous informe que la prime de transport MGET de 200€ sera versée en fin d’année et proratisée en 2017 comme le prévoit le droit.

Concernant le contrat dépendance propre aux salariés MGET, une étude est en cours quant au maintien dans le régime sans participation employeur…

Enfin, pour être complet,  la MGEN dénoncera les usages pour, là aussi, harmoniser avec ses pratiques.

 

L’UNSA MGEN a toutefois relativisé car les salariés vont bénéficier de certains avantages MGEN. L'UNSA MGEN prévient l'employeur que certains "plus MGET" seront des éléments de revendications lors de la NAO à venir.

 

 

Petites infos utiles :

 

  • L’UNSA reste en attente du déclenchement ou non du supplément d’intéressement négocié en 2015.
  • La Prime variable sur les résultats commerciaux sera reconduite début  2017 sous sa forme 2016, à savoir sans prise en compte des résultats individuels.
  • L’offre jeune « OJI » sera accessible aux enfants des salariés, sa tarification est plus avantageuse que celle du contrat groupe.
  • Penser à activer votre espace personnel concernant le contrat groupe et à vérifier vos remboursements.
  • Evolution positive, lié à la loi travail, des jours de congé exceptionnels attribués en cas de décès d’un proche (cf responsable de centre).
  • Un travail sur les courriers de recouvrement est mené pour plus de pédagogie et moins de réclamations. A noter : une amélioration du niveau de recouvrement général fort de nos prises de paroles historiques dans ce domaine et des décisions mise en œuvre par les responsables concernés.
  • Référencement à l’Education nationale toujours en attente…
  • Œuvre sociale CCE, L’UNSA nationale (et d'autres) a gagné temporairement la bataille en faisant reculer le gouvernement sur un projet de taxation des prestations du CCE qui aurait pénalisé l’ensemble des salariés bénéficiaires.

 

AVANT LA N.A.O. L'UNSA-MGEN  va demander aux organisations syndicales de la MGEN de trouver une date pour se réunir en intersyndicale afin de fédérer nos revendications communes, ne serait ce qu'une augmentation générale des salaires….


 

Prochainement, nous reviendrons vers vous  sur les sujets suivants :

NAO, QVT,

Handicap et Egalité professionnelle H/F


 

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail.

Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et  à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.

 

Le contexte particulier de l’entreprise nous incite à vous rappeler l’importance à se syndiquer, à nous donner toute la légitimité à œuvrer en votre nom.

Syndiquez-vous, faite adhérer autour de vous, c’est plus que jamais nécessaire.

 

Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

 

 


 

octobre 2016

Une rentrée qui a commencé par la réponse de l’employeur envers nos sollicitations écrites, récentes, en matière de rénovation et d’amélioration du dialogue social tant celui-ci semblait parfois s’atrophier, privilégiant la forme au détriment du fond.

Etre plus à l’écoute envers les salariés et les représentants  que nous sommes.

La MGEN s’est engagée à revoir certaines pratiques : en donnant plus de visibilité sur les calendriers de réunions, en faisant en sorte que ces dernières durent le temps nécessaire pour traiter les sujets convenablement, en remettant les documents préalablement pour nous permettre de mieux travailler sur les supports…

 

De notre coté nous avons relayé, avec force et conviction, les difficultés rencontrées par les uns et les autres, sur le terrain,  à peine les congés d’été passés, sont confrontés pour certains, avec appréhension,  à un quotidien toujours plus dense et exigeant quelque fois irrationnel. Cette période de l’année revêtant,  nous le savons, un enjeu important pour l’entreprise il serait bon de partager des décisions comprises et partagées par tous.

 

Nous sommes intervenus sur les difficultés à parvenir à atteindre les objectifs en matière de qualité de service, avec des flux toujours aussi importants, qui nous interrogent sur la pertinence des modes organisationnels élaborés et des effectifs à disposition pour faire face aux tâches quotidiennes mais aussi à cette innovation permanente qui ne cesse d’accroitre la charge de travail.

 Aujourd’hui, dans de trop nombreuses sections/centres, des salarié(e)s sont en souffrances collectives, ce qui devrait alerter et interpeller l’employeur quand les fragilités individuelles générées par l'organisation du travail déjà difficilement tolérable en tant que telles gagnent des équipes complètes.

 

La MGEN doit se prémunir des dérives du monde du travail actuel, au-delà des comportements du monde libéral consistant à faire la démonstration de la relation des budgets et moyens mis sur la table par l’employeur en matière de prévention des risques psycho-sociaux sans pour autant amener la preuve que les évolutions internes n’en provoquent pas leurs explosions.

Nous, nous parlons de l'ADN de la MGEN, des ses valeurs, de son champ d’action ; de son positionnement dans l’économie sociale.


Contrat Groupe et Mutuelle Obligatoire

 

Une première réunion ou un  bilan  a été fait avec l’employeur et le prestataire.

L'UNSA-MGEN a fait part de sa lassitude devant les difficultés rencontrées notamment en termes de gestion téléphonique des appels des salarié(e)s (accessibilité et qualité de réponse) ainsi que la qualité de traitement des courriers et des remboursements.

Les éléments statistiques portés à notre connaissance font état d’une nette amélioration dans le traitement des dossiers, ce qui n’empêche pas la poursuite des efforts du prestataire notamment sur le suivi des réclamations qui, pour certaines, mériteraient à notre sens un suivi individualisé par un interlocuteur dédié.

Il faudra du temps aux salariés ayant subi des désagréments pour que les chiffres présentés puissent justifier une confiance retrouvée  tant  certaines situations de collègues, en attente de remboursements de soins, sont proches de l’inacceptable !!!

 

L’UNSA-MGEN a demandé plus de précisions sur les éléments statistiques fournis (nature des appels, temps de réponses, reste à charge en fonction de l’option choisie…) et un suivi de notre satisfaction  globale à l’égard du service rendu.

 

Alors que certaines organisations syndicales semblent faire une obsession de la confidentialité, à contre courant de la nature de nos activités,(quoi de plus normal pour un organisme mutualiste gestionnaire de sécurité sociale que d’avoir accès aux données en la matière !!!?) ; l'UNSA-MGEN  demande à l’inverse , à ce que les pistes menant à la réintégration de la gestion de notre contrat groupe au sein de nos CT soient  rapidement étudiées et finalisées. Elle porte son analyse et ses efforts pour l’obtention de données économiques plus précises, pour parvenir à disposer à un chiffre en matière de P/C (rapport Prestations/ Cotisations) et  in fine pouvoir améliorer certaines dispositions du contrat.

 

Memo. P/C = montants des prestations versées / montant des cotisations recouvrées.

 

A ce stade, les donnés fournies nous laissent entrevoir un contrat « confortablement » bénéficiaire, conséquence d’une consommation (dépenses de santé) modérée des salariés, de l’extrême prudence de l’employeur  lors de la négociation, ou d’un contrat trop onéreux (aucun chiffre quand au coût de gestion ne nous à été donné !).

 

L’employeur ne s’est guère montré à son aise pour commenter ces chiffres, ni pour nous donner des perspectives de dialogue afin de faire évoluer le contrat, prétextant qu’il était trop tôt pour en tirer des conclusions.

 

L’UNSA-MGEN fera preuve de patience, mais rappelle à l’employeur la nécessité de revoir sa copie sur plusieurs points si les marges "bénéficiaires" économiques venaient à se confirmer :

-        Alors qu’un tiers des contrats est souscrit parnos enfants, nous continuons de revendiquer la baisse de la cotisation à leurs égards.

-        L’accès à l’ensemble des offres additionnelles (Habitat notamment) sans restriction

-        L’accès à la prévoyance « affinité » plus abordable, et l’intégration d’une assistance ( SAD)

-        La mise en place d’une prime naissance

 

Enfin, L’UNSA demande qu’une attention particulière soit portée envers les salarié(e)s, en matière d’arrivée dans l’entreprise, de départs en retraite, d’accès aux réseaux agréés et de gestions des  dispenses. La communication, en partie défaillante, doit se renforcer.

 

 

UNION MGEN/HARMONIE

Quelques mots sur le rapprochement avec Harmonie Mutuelle..


L’assemblée Générale de la MGEN a acté en juillet le principe du rapprochement. Le nouveau Groupe MGEN-Istya-Harmonie devrait naître début 2017 une fois les autorisations de l’ACPR (autorité de contrôle) données. Cette négociation au plus haut niveau se déroule alors que la création de ce « mastodonte » (le plus grand groupe mutualiste de protection sociale) reste inédite.

Ce rapprochement stratégique aura des incidences aujourd’hui encore difficiles à mesurer. Régulièrement, au compte gouttes, les élus du CCE sont informés de l’évolution de ce dossier majeur pour l’avenir de notre entreprise.

 

Le travail sur l’organisation cible est en cours. La MGEN nous annonce que seuls les salariés d’union seraient, en partie, transférés  au sein d'une partie du futur groupe, afin d’en assurer le pilotage et la stratégie.

L’UNSA-MGEN sera soucieuse de la manière dont la MGEN compte procéder, afin de préserver les emplois des  personnels des conséquences négatives qui pourraient être induites en matière de contrat de travail essentiellement, puisque la notion de la localisation ne devrait pas être bousculée, si ce n’est par l’ouverture de bureaux dédiés dans la tour Montparnasse à deux pas de notre siège actuel.

 

La MGEN nous a apporté des garanties sur la préservation de la puissance financière propre à l’entreprise, qu’elle ne compte pas saborder au profit du groupe.

Elle entend construire un partenariat en y mettant de solides moyens afin d’en assurer la réussite sans pour autant fragiliser notre institution et notre identité.

La MGEN employeur a eu pour l’instant quelques propos rassurants en matière d’emploi et de structuration de l’entreprise : « il n’y aura pas de détricotage de l’UES-MGEN » mais « des coordinations et synergies voire des mises en communs de moyens » seront envisagées…

 

L’UNSA-MGEN se montrera vigilante, tant sur le respect des engagements pris en matière d’emploi que sur le respect des périmètres de chacun, ainsi que sur les conséquences éventuelles des stratégies à venir en matière de développement.

Comment travailler ensemble sans concurrence malsaine ; comment aborder de nouveaux champs de mutualisation (étudiants, fonction hospitalière…) ; comment préserver nos champs de développement historiques respectifs (collectifs, éducation nationale, territoriaux…) ; autant de questions qu’il faudra traiter dans le respect de tous.

 

Nous savons aujourd’hui que le FUTUR GROUPE comptera environ 38 000 salariés à terme !!!

 

Beaucoup de questions demeurent sur cette évolution historique, riche de promesses, potentiellement attractive pour de futurs partenariats, et nous l’espérons synonyme de réussite collective, où chacun,  mutualiste comme salarié, devra trouver sa place. 

 

Les Elus UNSA du CCE ont demandé à disposer de toutes les informations relatives à notre partenaire, minimum requis pour commencer une alliance réussie…

 

L’UNSA veillera à la bonne information, en temps réel, pour anticiper au mieux les impacts inévitables sur le Groupe MGEN et ses salariés. 


Ambition Réseaux

 

Une troisième  commission de suivi sur « ambition réseaux » s’est tenue en septembre. Autant vous prévenir, aucun élément nouveau n’en ressort réellement, l’employeur affichant simplement sa satisfaction en matière d’organisation des activités et de résultats commerciaux.

 

L’UNSA-MGEN continue de réclamer des indicateurs précis en matière de mesure de performance (plus value relative aux outils mis à disposition),  en matière de performance organisationnelle, en dépit de chiffres de mutualisation, certes en apparence positifs mais pour autant non divulgués en séance.

L’UNSA-MGEN ne  se contentera pas non plus de déclarations péremptoires en matière de satisfaction des salariés, au vue des nombreuses remontées qui nous sont faites à contre courant de cette vision optimiste un peu caricaturale.

Nous réclamons plus de concertation entre les acteurs sur le terrain, en intégrant l’ensemble des salariés toutes fonctions confondues. Au-delà de leurs participations, c’est en premier lieu le fait de tenir compte de leurs avis, qui devraient faire l’essence de nos transformations à venir.

Clairement, les horaires de travail et les amplitudes horaires, le samedi, sont au cœur des préoccupations et doivent être négociés en tenant compte des nouvelles contraintes pour définir ensemble de ce que l’on peut faire évoluer ou non.

Nous avons constaté, ici et là, des efforts de managements sur certains sites mais nous sommes toujours troublés par l’aspect coercitif de certaines directives faisant fit de l’individu (l'humain) et de ses contraintes personnelles pourtant souvent plus que légitimes. 

L’expérimentation est trop souvent utilisée comme bouclier pour justifier certaines évolutions, et parfois lorsque des décisions seraient légitimes, les transformations se font alors sans l’usage de la pédagogie adéquate nécessaire à l’intégration des enjeux et à l’adhésion au projet.

La notion de performance sociale doit être posée et mesurée.

 

Par ailleurs nous nous interrogeons  sur l’absence ou le refus de débats relatifs aux difficultés rencontrées comme si l’employeur voulait, en refusant de les évoquer avec les élus que nous sommes, en nier l’existence !

 

Enfin, alors que le débat sur une généralisation devient peu à peu imminent

Nous ne disposons toujours pas d’éléments nous permettant de confirmer la pertinence de certains outils, à l’image des solutions informatiques nomades, du paramétrage d’Agate, de la mise à disposition de voiture sur site dont les conditions d’utilisation tardent à s’assouplir pour être réellement pertinentes et opérationnelles.

Idem en matière d’organisation, pas de bilan sur les interactions entre centre de services (à l’échelle régionale mais aussi entre les SD, CT et CA), pas d’éléments relatifs aux visites établissements, ni sur le recours au travail en soirée ou le samedi.

 

L'UNSA-MGEN attendra le prochain bilan, pour pouvoir apprécier les éléments relatifs à l’intégration de l’Iles de France dans le projet, la mise en production des équipes mobiles, le pilotage régional du secrétariat, le recours chiffré de mutualisation en lien avec les opérations de rentrée, la plus value de certaines innovations, le ressenti des salariés.

 

Avant une quelconque généralisation, au-delà du fait de disposer des éléments d’analyses manquants, L’UNSA-MGEN entend débattre avec l’employeur des transformations horaires envisageables en section départementale notamment et négocier les contreparties aux évolutions retenues. A défaut d’être entendus et sans véritable concession de l’employeur, nous serons prés à utiliser le droit de veto des élus s’il le fallait, ainsi que de recourir à une mobilisation si nécessaire…

CCE

Quelques informations CCE en cette rentrée...
Via vos délégués du personnel, vous avez dû recevoir les différents formulaires concernant les prestations du Comité Central d'Entreprise.
 
Pour rappel, les dates d’échéances suivantes sont à observer pour voir vos demandes traitées :


- Jouets de Noël (cadeaux d'office) : avant le 15 octobre (ou le 15 novembre pour les salariés recrutés après le 15 octobre)
    Les dossiers jouets doivent transiter par les DP.
- Chèques culture enfant : avant le 14 octobre
- Chèque culture salarié : avant le 31 octobre


 

Prochainement, nous reviendrons vers vous  sur les sujets suivants :

NAO, statut social salarié(e)s EX-MGET, QVT,

Handicap et Egalité professionnelle H/F


 

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail.

Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et  à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.

 

Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

 

 

 

 

juillet 2016

« A diffuser largement autour de vous... »

 

UNSA-MGEN  dernières informations avant l'été.

 

L’Assemblée Générale MGEN s’est tenu le 6 et 7 juillet derniers, l’occasion pour la MGEN d’impulser sous la houlette de notre Président, Thierry BAUDET, l’énergie mobilisatrice dont nous aurons bien besoin au regard du contexte politique et économique du pays, des bouleversements en cours sur le marché de la complémentaire santé.

Ils ont reconnu un grand nombre de constats positifs sur nos résultats commerciaux, sur la mobilisation de l’ensemble des acteurs notamment en lien avec les opérations de bascule de ce début d’année, sur une stratégie d’innovation de plus en plus concrète, nous laisse à penser que nous disposons d’atouts majeurs pour faire face aux défis à venir.

Le vote unanime en faveur de l’union avec Harmonie Mutuelle marque là encore la volonté de l’entreprise d’être un acteur majeur du monde de la protection sociale de demain, qui doit  s’organiser pour la défense de ses valeurs, des ses adhérents et de l’emploi (nos emplois).

 

 

L’UNSA-MGEN a conscience qu’i l s’agit là d’un carrefour important pour la MGEN, notre entreprise.

L’UNSA-MGEN soutient cette action, tout en soulignant, dans son rôle de syndicat des salariés de la MGEN, la nécessité de préserver la qualité de vie au travail des salariés, de lutter contre la banalisation de situations conflictuelles, d’opérer une réorganisation du réseau en respectant chaque acteur, de reconnaitre l’investissement constant des salariés à l’égard des mutualistes.

 

 

Les vacances arrivent pour la plupart  d’entre nous  et devraient soulager de leurs maux quotidiens tous les acteurs de la vie de l'entreprise  qui en ont  bien besoin.

Beaucoup attendaient ces vacances avec impatience, recharger les batteries pour nous lancer avec force dans les opérations de rentrées et pour la poursuite d un dialogue social de qualité renforcé par vos soutiens solidaires dont nous aurons bien besoin.


  REMUNERATION

 

Si nous avons exprimé, lors de notre précédente information de juin, nos divergences de fond avec l’employeur et certaines organisations syndicales sur le sujet, nous nous étions également engagés, auprès de vous, a solliciter la MGEN pour qu’une lecture plus précise des dispositifs  nous soit donnée en Comité d’Entreprise.

 

Ainsi, l’employeur nous informe que près de 2135 salariés ont bénéficié d’une revalorisation (Dispositifs de choix inclus), avec une moyenne de 61euros brut/mois.

 

Les salaires "revalorisation des fonctions commerciales", des RER et techniciens seraient basés sur l’étude des rémunérations du marché.

 

Les voici :

Responsable d’Equipe

Conseiller

Mutualiste

CADS

Technicien

3443€ brut/mois

2890€ brut/mois

2620€ brut/mois

2593€ brut/mois

 

Les revalorisations ont été déterminées en fonction de la fonction occupée et de l’éloignement respectif du salaire médian. Plus le salarié est éloigné de cette médiane plus la somme attribué est importante. L’employeur nous dit avoir fait des choix, du fait de budget contraint, même si il reste conscient que le dispositif ne favorise pas la reconnaissance des salariés les plus anciens…

 

Voici le dispositif détaillé

 

Revalorisation

Mensuelle

RER

CM

CADS

Technicien

+ de 20% de la médiane

Non concerné

110€

80€

80€

Entre 12 et 20%

120€

90€

60€

60€

Entre 8 et 12%

100 €

80€

40€

40€

 

A noter que le cumul de l’enveloppe au choix (visant à reconnaitre l’investissement et la qualité du travail du salarié) et de la revalorisation (dictée par le marché) n’était pas exclu, et qu’à titre exceptionnel une direction pouvait solliciter, moyennant arguments solides,  la mise à disposition d’une enveloppe complémentaire par le siège.


 

Prime vélo 

 

L’IKV –Indemnité Kilométrique Vélo- est insaturée à compter du 1er juillet

 

 

Alors que la négociation sur ce nouveau dispositif s’est achevée en avril, l’UNSA attendait impatiemment son application. Notre organisation syndicale avait revendiqué la mise en œuvre de l’IKV lors de la dernière Négociation Annuelle Obligatoire.

Si la NAO 2016 avait créé beaucoup de mécontentement face à la passivité de l’employeur devant l’inertie de nos rémunérations, «la prime vélo » (certes anecdotique) aura par contre rencontré l’approbation de la MGEN.

Détaillons ici les modalités d’application d’une mesure qui se veut incitative… bien que très modeste. En effet l’employeur, avec ce dispositif non obligatoire, s’est contenté strictement des critères d’attribution issus de la loi sur la transition énergétique. Nous espérons toutefois voir s’améliorer les montants de l’IKV dès l’an prochain : l’UNSA, signataire de ce protocole d’accord, veillera à son évolution.

 

 

 

 

L’IKV est destinée aux personnels utilisant leurs vélos -électriques ou pas- pour effectuer le trajet domicile (ou lieu de rabattement) / lieu de travail.

 

  • L’indemnisation correspondra à 0,25€ du kilomètre (un document mappy vous sera demandé pour attester du kilométrage le plus court entre domicile / travail).

 

  • L’IKV vous sera versée chaque semestre : la 1ère période a démarré et vous déclarerez le nombre de jours d’utilisation entre le 1er juillet et le 31 décembre 2016. Pour ne pas rendre la démarche trop laborieuse (déclaration semestrielle à fournir !), il paraît utile de pouvoir annoter au fur et à mesure les jours où vous pédalez pour aller travailler ! …car seuls ceux-ci seront comptabilisés pour le calcul de l’IKV.

 

  • Les versements interviendront en 2 fois,dans la limite de 200€ par an :

ü    JUILLET – période du 1er janvier au 30 juin -

ü    DÉCEMBRE –période du 1er juillet au 31 décembre -

 

  • Les personnels à temps plein comme à temps partiel sont concernés

 

  • Pas de cumul avec le remboursement d’un abonnement transports collectifs (dont location de vélo) sauf pour les trajets de rabattement.
  • Ci-joint l’attestation sur l’honneur à fournir.

 

 

 

 

 

MGET

 

 

Pour celles et ceux qui disposent d’évolutions de contrat du fait notamment de parcours de formation ou d'évolutions de poste, l’UNSA-MGEN est intervenu auprès des responsables RH Nationaux afin que les avenants  proposés ou signés prennent en compte les dispositions relatives à la fusion actant le maintient pour 15 ou 18 mois des avantages collectifs et que les acquis soient préservés comme la loi l'exige. La DRH a reconnu nos arguments et va régulariser.

 

Revenez vers nous en cas de difficultés.


 

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail.

Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et  à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.

 

Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

 

 

 

 

juin 2016

AG UNSA-MGEN 2016 /Un dynamisme renouvelé

 

L’UNSA-MGEN, suite à l'Assemblée Générale de Mai, moment de démocratie interne nécessaire à l’expression collective et à la représentation dans nos instances, a assuré le relai générationnel en cours.

 

Ainsi, dans une logique déjà initiée depuis plusieurs années,

En confirmant Laetitia GUICHARD au poste  de secrétaire générale adjointe et déléguée centrale sur le secteur ASS ;

En intégrant Jean BARRET au poste de secrétaire général Adjoint et responsable du secteur  MGEN Technologies ;

En renouvelant la confiance au bureau;  

En désignant Jonathan FERRARI au poste de secrétaire général et délégué central du secteur MGEN,

Dominique CHALOUBIE conservant la délégation Centrale UES pour les deux ans à venir, dans une logique de changement et de continuité de vie de l'organisation,

 

L’UNSA-MGEN démontre que la représentation des salariés et l’engagement syndical n’est pas un combat d’arrière garde. Nous restons solidaires et constructifs afin de ne pas tomber dans de sombres luttes intestines stériles (constatées par ailleurs) pour se concentrer sur l’essentiel : le quotidien des salariés, la connaissance du terrain et la négociation pour un meilleur avenir.

Au-delà des individualités, l’équipe UNSA, forte du soutien de ses adhérents, de ses militants qui, par leurs expressions nous ont renouvelé leur confiance, vous fait état ici de sa détermination à porter "plus fort ensemble" les revendications légitimes des salariés.

Faire entendre notre voix est plus que jamais nécessaire dans le contexte d’évolutions actuelles, motivés,  faut-t-il le rappeler, en premier lieu, par la réussite de l’entreprise afin de bénéficier des retombées positives que nous développons tous les jours.

 

Nous rappelons que notre expression sera déterminante dans les débats à venir avec l’employeur tant au niveau stratégique, avec le rapprochement en cours avec Harmonie Mutuelle, qu’au niveau opérationnel avec l’évolution des offres, l’élargissement de la gamme, l’exigence de qualité de service, ou les transformations organisationnelles internes majeures portées par le projet « Ambition Réseaux ».

Faites-nous part de votre quotidien, remontez-nous les difficultés que vous rencontrez dans votre travail, sollicitez-nous quand vous vous interrogez, témoignez chaque fois que nécessaire…

Autant d’éléments, en complément de vos engagements locaux, de vos adhésions, qui construisent notre ligne, et qui nous donnent légitimité et pertinence auprès de tous.

 

Sans vous, on ne serait rien, pas de syndicat !

Sans syndicat, vous seriez seul(e)s sans pouvoir vous faire entendre !


 

Intéressement et Participation 2016 :

 L’UNSA-MGEN dit NON

 

Il y a des négociations qui, parfois, pourraient laisser transparaitre insidieusement l’idée d’un dialogue social vivace et exemplaire à la MGEN, il ne faut se fier aux effets d'annonce.

Malheureusement, l’UNSA-MGEN n’accepte pas les conclusions d’une négociation qu’elle juge à sens unique...

 

Si l’employeur a proposé une revalorisation « théorique » de l’enveloppe allouée au dispositif, portant de 400€ brut à 500€ brut le montant annuel d’intéressement, et si l’employeur accorde un supplément « théorique » d’abondement de l’ordre de + 120 euros sur le PEE, et de + 100 euros sur le PERCO,  on pourrait penser que, mathématiquement, la MGEN fait un effort significatif propre à être soutenu par tout syndicat responsable !!

 

Sauf que :

-Nous demandions à l’employeur de relever significativement l’enveloppe d’intéressement à des niveaux comparables à ceux de nos collègues salariés de l’Economie sociale et solidaire, à commencer par les salariés MGEN du secteur informatique qui disposaient d’une enveloppe  nettement plus conséquente en la matière (difficile pour nous de voir dans la position de l’employeur un geste d’accueil propre à susciter la motivation des salariés d’un secteur qui en a bien besoin).

 

-Nous demandions à ce que, sur le secteur MGEN, l’employeur s’engage, au moins oralement,  à tenir compte du début d’année difficile généré par la bascule et l’intégration de la MGET, car nous savons d’ores et déjà qu’ils impactent la qualité de service (hausse des flux : appels, mails, visites)  et le développement (retard conséquent sur l’affiliation notamment), soit deux indicateurs aptes à déclencher le versement de la prime…

 

-Nous demandions une révision des indicateurs seuils sur le secteur ASS et le secteur MGEN technologies qui, par leurs révisions à la hausse, laissent supposer de nouveaux efforts pour des salariés sans garantie de reconnaissance.

 

-Nous demandions, du fait de la fragilité des marchés financiers, une égalité de traitement entre le dispositif d’abondement sur le PERCO (épargne longue) et le PEE (épargne courte) laissant libre  choix  aux salariés d’arbitrer pour tel ou tel dispositif, de mesurer les risques.

 

 

L’UNSA-MGEN n’a été entendue sur aucun des points énoncés !!

Cette « posture employeur », pas franchement nouvelle, traduit l’état du dialogue social actuel : étriqué et décevant.

Nous ne pouvons pas accepter un dispositif qui, en dépit des apparences et malgré les efforts continus des salariés, risque de ne constituer au mieux aucune reconnaissance supplémentaire pour les salariés sinon pire…

 

Rappelons qu’avec plus de 52 000 nouveaux mutualistes en 2015, les salariés ont fait progresser de près de 30% les résultats commerciaux comparativement à l’année 2013…

 

Prenant acte de l’entêtement de l’employeur, après consultation de ses mandants à l’Assemblée Générale de Toulon, l’UNSA, responsable devant ceux que nous représentons,  ne sera pas signataire de l’avenant au protocole d’accord sur la Participation / Intéressement.

 


 

Rémunérations

 

La distribution de l’enveloppe au choix, les revalorisations de la rémunération pour certaines fonctions commerciales en Section, pour les techniciens de  Centre d’Appels et de Traitement ont eu lieu et n’ont pas manqué de susciter interrogations et agacements légitimes.

 

Notre niveau d’information, incomplet du fait de l’absence d’explications précises à l’égard des partenaires sociaux, nous permet de tirer quelques conclusions :

Si les revalorisations commerciales sont motivées essentiellement par un rattrapage des niveaux de rémunération et dans le but de limiter les départs en série du personnel nouvellement formé, si ces revalorisations tiennent compte des salaires médians du marché des fonctions respectives, dont les niveaux ne nous ont pas été divulgués, elles ont pour conséquences avérées un accroissement de l’écart de rémunération avec les fonctions non commerciales notamment, et mécaniquement un rattrapage salarial des salariés nouvellement embauchés au détriment de la reconnaissance de l’ancienneté des salariés présents dans l’entreprise  depuis de longues années…

 

L’UNSA-MGEN, qui s’est exprimé par son refus de signature lors des deux précédentes NAO, continue de revendiquer une reconnaissance collective notamment par une revalorisation générale des salaires.

 

 

Nous tenons à rappeler l’ampleur des changements de notre secteur, après la mise en place des nouvelles offres MSP, la révision des offres FILIA, celle toute récente des offres jeunes (ôji), celle à venir sur l’internationale (SEM), le positionnement sur les contratsgroupes, l’élargissement de l’ensemble des champs de recrutement, le développement de nouveaux produits (assurance vie probablement). Autant d’éléments qui requièrent connaissance, expertise et professionnalisme qu’il convient de reconnaitre à leurs justes valeurs.

 

L’UNSA-MGEN vous invite à signaler toute situation particulière propre à susciter des interrogations, notamment quand des arbitrages managériaux auraient eu pour conséquence une exclusion injustifiée des dispositifs…

 

Nous ne manquerons pas de demander, à ce sujet,  des précisions lors du prochain C.E. et nous solliciterons l’employeur pour qu’il communique précisément sur ces éléments qui donnent lieu régulièrement des explications alambiquées, pour ne pas dire farfelues de certaines directions…


 

Ambition Réseaux

 

 

Nouveau point sur l’expérimentation en cours.

Forts de vos témoignages nous ne cessons d’échanger avec l’employeur pour lui faire part  du ressenti, des points d’attention et d’amélioration.

 

Nous sommes intervenus vivement auprès des responsables du projet pour leur faire part de plusieurs points d’alerte :

 

-D’une part, concernant l’utilisation de la voiture de service, l’UNSA-MGEN rappelle la législation : il ne peut être imposé la prise du véhicule la veille d’un déplacement dans les conditions actuelles d’utilisation à savoir en limitant son usage et en maintenant le lien de subordination dans la mesure où le salarié ne pourrait vaquer librement à ses occupations.

En résumé, le véhicule peut être mis à disposition du salarié à la seule condition qu’il en fasse la demande expresse et qu’il en obtienne l’accord de sa direction.

 

-concernant les relances tardives, malheureusement  trop rarement effectuées sur la base du volontariat, nous avons demandé à ce qu’on nous démontre la plus value de ces créneaux là, par un traçage tenant compte des appels inaboutis, de la nouvelle législation sur la téléphonie , mesurant l’impact sur la vie personnelle et tenant compte des difficultés  à composer avec sa vie familiale.

 

-concernant agate et les temps de travail,  nous rappelons la nécessité de planifier les activités tenant compte des limites imposées en la matière, en s’assurant qu’aucune heure ne soit écrêtée. Par ailleurs, nous rappelons que les déplacements doivent être saisis dans les 48h et comptabilisés selon les règles en vigueurs.

Nous alertons l’employeur sur les temps de repas qui, dans de nombreux cas, tendent à être réduits autoritairement à son extrême limite pour raisons de services…

Les samedis, eux aussi imposés dans la plupart des cas, (la notion de volontariat est pourtant mentionnée sur la DUE), font également largement débat, par leur caractère imposé, par des horaires spécifiques, par l’impact sur la vie de famille, et par l’absence d’incitation financière.

Nous rappelons que le travail le samedi, limité à  10 par an,  devrait être récupéré le Lundi qui suit afin de disposer du repos conventionnel de 48 heures (sauf dérogation spécifique accordée suite à consultation du CE…).

 

-Concernant le droit syndical, rappelons que l’expérimentation n’a aucune prérogative pour empiéter dans ce domaine. Tout personnel a le droit à l’engagement syndical quelle que soit sa fonction, chaque salarié peut assister à la Réunion mensuelle syndicale du syndicat de son choix sans que l'employeur puisse lui opposer les nécessités de service... L’heure de réunion est fixée librement par l’organisation syndicale ou le délégué syndical local.

 

A ce stade, alors que l’expérimentation s’étend à l’Ile de France,  alors que la rentrée arrive à grand pas, que les missions extérieures se multiplient nous restons extrêmement attentifs au respect des accords d’entreprise, face à l’autoritarisme croissant et aux provocations nombreuses à l’égard les salariés.

Si la ligne managériale apporte parfois un réel plus dans la lisibilité des consignes et dans la définition du rôle de chacun, si la mise en place d’une équipe mobile régionale recrutée en CDD pour palier les carences épisodiques de personnels,  sur certains sites, nous apparaissent comme positifs ; nous restons toutefois vigilants tant les enjeux sont importants et qu'il reste fort à faire pour reconnaitre la nécessité d’un accord d’entreprise, applicable et admis par toutes et tous, en matière d’articulation vie personnelle/vie professionnelle .

 


 

 

 

Bon à savoir :

 

 

CCE :

-Jouets de Noël n’oubliez pas  de  commander avant le 30 juin via vos DP locaux.

-Frais de rentrée scolaire : possibilité de commander ouverte à compter de juillet.

 

ôji : l’Offre jeunes commercialisée prochainement par la MGEN s’adresse  stratégiquement aux enfants étudiants de nos adhérents ; cependant, le caractère élargi du champ de recrutement de l’offre rend éligible l’adhésion des enfants étudiants des salariés. Une opportunité de réaliser quelques économies et de renforcer la qualité de la couverture santé pour vos proches qu’on vous invite à regarder de près si vous êtes concernés.

Puisque nous évoquons la couverture obligatoire des salariés, nous vous invitons à nous faire part des difficultés que nous ne manquerons pas de relayer comme nous le faisons depuis de long mois, l'UNSA_MGEN demande à ce que la gestion soit confiée à ISTYA-CO et retirée de I-santé qui ne rend pas le niveau de service attendu !!.

 


 

 

Adhérer à l’UNSA-MGEN, Pourquoi Faire !?

 

Voter pour l'UNSA-MGEN c'est bien mais Adhérer c'est mieux ! C’est soutenir nos actions, c’est un acte essentiel qui caractérise la contrepartie symbolique de la défense de vos intérêts (matériel, fournitures, transports, accompagnement.. Tout cela a un coût..).

 

Au quotidien, les élus nationaux ; forts du soutien des relais locaux, délégués du personnel, délégués syndicaux, adhérents ;  négocient des accords, vous informent  par la publication régulière d’informations et par des visites sur site, se tiennent informés de la législationrépondent à vos sollicitations, relaient et témoignent de vos préoccupations à l’employeur, accompagnent et conseillent  les salariés  lors de situations conflictuelles ou d’entretiens RH…

 

Rejoignez –nous pour participer aux évolutions de l'entreprise MGEN et faire entendre votre voix et votre énergie à défendre le collectif de travail.

Soutenez votre syndicat !


 

 

 


 

 

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail.

Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et  à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixés, des accords d’entreprise et du droit du travail.

 

Agir et alerter, L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

 

 


6 AVRIL 2016

Bulletin info flash « brèves»

6 Avril 2016

 

Un bulletin flash UNSA-MGEN : point sur les dernières avancées.

Par ailleurs, nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail au quotidien.

Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et  à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixés, des accords d’entreprise et du droit du travail.

Agir et alerter, L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.


Intéressement 2016 :

Tout d’abord, félicitons nous pour le travail fourni, l’investissement collectif de chacun, l’atteinte des résultats quantitatifs et qualitatifs ont permis de disposer de la quasi-intégralité de la prime! Notons que l’employeur a, sur la base de nos expressions, volontairement neutralisé les résultats des mois de Novembre et Décembre du fait des difficultés générées par la bascule et l’intégration de la MGET.

La législation évolue en lien avec la loi « Macron », désormais l’intéressement se doit d’être versé avant fin Mai et les sommes dues seront affectées par défaut au Plan d’Epargne Entreprise (PEE).

Soyez vigilant aux sollicitations à venir dans le domaine et prenez vos dispositions pour procéder à l’arbitrage dont vous restez maître, à savoir, disposer du capital, ou placer tout ou une partie sur le PEE ou le PERCO  (Plan Epargne Retraite Collective).

 

Les Montants (proratisé en fonction du temps de présence et temps de travail sur l’année N-1) :

Secteur MGEN :                            401€ Brut

Secteur ASS:                                  355€  Brut

Secteur Centre de Santé :         323€ Brut

Secteur UNION :                          391€ Brut

 

Modalités d’abondement du PEE(Epargne bloquée 5ans)

 

Versement de   l’intéressement

 

 

Abondement

De 1€ à 100€

100%

De 101€ à 200€

30%

 

Modalités d’abondement du PERCO(Epargne bloquée jusqu’en retraite)

 

Versement de   l’intéressement

 

 

Abondement

De 1€ à 100€

150%

De 101€ à 200€

70%

De 201€ à 300€

30%

 

Illustration sur l’abondement:

Par exemple, prenons un chiffre rond,  en plaçant 200 euros sur le PEE, et 200 euros sur le PERCO. Votre Epargne se porterait à  330 euros sur le PEE et 420 euros sur le PERCO, soit 750 euros au total.

Attention, le placement sur les plans d’Epargne se fait sur des produits financiers  dont il revient à chacun  de mesurer le risque …

Il existe un certain nombre de cas de déblocage anticipé que nous tenons à votre disposition (Mariage, achat immobilier, naissance du troisième enfant …)

Demain…

Enfin, une négociation s’ouvre pour faire évoluer cette prime et, nous l’espérons, accroitre son montant considérant que l’on est loin des niveaux auxquels une entreprise de notre stature pourrait prétendre.

Sachant, par exemple,  que nos collègues de l’UES de « MGEN Technologie »  disposent d’un intéressement de 1191€.

L’UNSA-MGEN  est déterminée à œuvrer pour une meilleure reconnaissance collective.

Nous vous tiendrons informés des suites de la négociation...

 

Prime VELO(non imposable)

Nouvelle disposition en lien avec la loi dite de « transition énergétique » et la publication récente de son décret d’application.

Les salariés qui souhaitent privilégier ce mode de déplacement pour se rendre sur leur lieu de travail disposeraient d’une prime de 0,25€/km  limité à 200 euros par an à condition  de ne pas déjà être bénéficiaires d’abonnements prises en charges par l’employeur ou location de vélo.

Pour ce faire, le salarié devra fournir, une attestation sur l’honneur attestant l'utilisation d'un vélo pour se rendre au travail, un document mentionnant l’itinéraire le plus court entre son domicile et son lieu de travail.

L’UNSA-MGEN en dépit du caractère marginal d’un tel dispositif, accompagnera l’employeur, pour autant, elle demande à l’employeur, de limiter les contraintes administratives pour fluidifier au maximum le dispositif, de s’assurer que chaque site dispose de points de rabattages (ou ranger son vélo), essuyant un refus catégorique quand au financement partiel de l’achat de vélos ou vélos électrique comme la législation l’autorise…

Nous attendons le protocole d’accord dans sa version définitive …

AG UNSA-MGEN

Vous trouverez en pièce jointe un bulletin d'inscription (à nouveau), chaque centre doit-être représenté.

C'est une AG importante et charnière pour notre organisation, on compte sur toutes les énergies !!

Si vous ne pouvez pas assister à toute l'assemblée, il reste primordial d'être là le 26 mai, donc vous remplissez votre "bon d'inscription" avec les modalités qui vous arrangent et nous adapterons l'organisation pour ceux et celles qui doivent arriver au dernier moment et repartir plus tôt (quelques rares exceptions)….

De plus, L'UNSA-MGEN avise la direction générale qui vous libère auprès de votre employeur pour toute la durée de l'AG (nous faisons remplir une fiche de présence journalière)

Si vous ne l'avez pas encore fait, faites parvenir aux organisateurs la fiche d'inscription. Si question appelez nous, Dominique 06 07 19 29 27. 
Cotisation Syndicale, Pourquoi Faire !?

Voter pour l'UNSA-MGEN c'est bien mais Adhérer c'est mieux ! C’est soutenir nos actions, c’est un acte essentiel qui caractérise la contrepartie symbolique de la défense de vos intérêts (matériel, fournitures, transports, accompagnement.. Tout cela a un coût..)

Au quotidien, les élus nationaux ; fort du soutien des relais locaux, délégués du personnel, délégués syndicaux, adhérents ;  négocient des accords, vous informent  par la publication régulière d’informations et par des visites sur site, se tiennent informés de la législationrépondent à vos sollicitations, relaient et témoignent de vos préoccupations à l’employeur, accompagnent et conseillent  les salariés  lors de situations conflictuelles ou d’entretiens RH…

Soutenez votre syndicat !

 

COTISATIONS  2016

   

Salaire BRUT Mensuel

Montant (*)

(Hors supplément familial)


 

cotisation

Celui-ci s'éteignant dans le temps

annuelle

JUSQU 'A   1535,00 €

40,00 €

de 1536,00 € à 1725,00 €

43,00 €

de 1726,00 € à 1885,00 €

46,00 €

de 1886,00 € à 1965,00 €

49,00 €

de 1966,00 € à 2075,00 €

54,00 €

de 2076,00 € à 2295,00 €

71,00 €

de 2296,00 € à 2395,00 €

76,00 €

de 2396,00 € à 2496,00 €

81,00 €

de 2496,00 € à 3000,00 €

86,00 €

plus de   3000,00 €

102,00 €

*Ouvrant droit soit à une réduction   d'impôt soit un crédit d’impôt selon    que vous êtes imposable ou non    

 

     ( 66% de la somme versée)

 

 

Le contexte particulier de l’entreprise MGEN, en ce moment, nous incite à vous rappeler l’importance de se syndiquer, de nous donner, par vos voix et vos adhésions, toute la légitimité à œuvrer en votre nom.

Syndiquez-vous UNSA-MGEN,faites adhérer autour de vous, c’est plus que jamais nécessaire.

Venez rejoindre nos équipes UNSA-MGEN au niveau national (CE/CCE/Association/négociation). Afin d'assurer la continuité, nous avons commencé à rajeunir nos équipes, hommes /femmes dans le cadre du respect de tous et de chacun. Nous avons besoin de toutes les expressions pour être encore plus représentatifs.

Après formation syndicale, vous serez en mesure de pouvoir négocier au plus haut niveau et de fédérer les énergies afin d'œuvrer à une meilleure vie au travail dans l'intérêt de tous.

Nous sommes preneurs de toutes vos remarques visant à vous représenter au mieux, pour une construction collective intelligente et la réussite de tous

Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

Plus forts ensembles,

Communiquons et restons vigilants !

mai 2016

« A diffuser largement autour de vous... »

La MGEN fait encore face à des défis d’ampleur, à commencer par le nouveau processus de référencement de notre mutuelle dans les différentes fonctions publiques.

Si l’UNSA nationale ne manque pas l’occasion de soutenir  la MGEN pour sensibiliser et informer les décideurs publics des enjeux considérables que revêt ce processus, en premier lieu pour la protection sociale des mutualistes, l’UNSA-MGEN œuvre à son niveau  pour que la structuration des prochaines offres reste uniforme afin de préserver la lisibilité de nos offres et la maitrise techniques des salariés. 

Nous partageons bien évidemment la nécessité absolue de nous positionner sur l’ensemble des champs de recrutement qui, par les opportunités de développement qu’ils induisent, restent déterminants pour la préservation de l’emploi à long terme.

Le rapprochement avec HARMONIE et la création d’un nouveau groupe mutualiste reste l’autre élément décisif du moment. Les ambitions affichées sont élevées, les enjeux de taille devraient permettre à ce futur mastodonte de la protection sociale de peser plus encore dans les débats.

Pour l’heure, le pilotage et la gouvernance de cette Union Mutualiste de Groupe (UMG) devrait permettre à chacun de profiter de synergies inédites tout en préservant les identités fortes des deux marques.

La finalisation de ce rapprochement devrait voir le jour cet été suite aux assemblées générales respectives des deux entités.

Pour le personnel, il n’y a, pour l’heure, pas d’éléments nous laissant à penser à de grand bouleversement, même si on ne peut s'empêcher d'être sur le "qui-vive".

Si cela évoluait, il serait de notre devoir de vous en  tenir informé.

Passons au reste de l’actualité du moment…

Ambition Réseaux : commission de suivi No 2

Les Organitions syndicales ont été réunies le 29 Avril afin de faire le bilan intermédiaire sur le projet Ambition réseaux.

La réunion a tourné autour, d’une part de l’enquête réalisée auprès des acteurs faisant partie prenante du projet (notamment les salariés des trois régions pilotes concernés), d’autre part sur quelques exemples de réalisations.

De manière générale, l’UNSA-MGEN a rappelé son attachement au projet cependant, de trop nombreuses incohérences se font jour dans l’organisation actuelle, peut-être du fait des transformations récentes et des exigences de professionnalisation à tous les niveaux qui ne sont pas toujours maitrisées.

Il y aurait une vraie opportunité collective à repenser le modèle organisationnel et pouvoir se diriger vers de meilleures conditions de travail si les bonnes décisions étaient prises, au bon moment, au terme du processus expérimental.

Au-delà du taux de participation décevant de l’enquête, pour laquelle nous vous demandons de participer avec la plus grande assiduité à l’avenir (elle serait reconduite à la rentrée prochaine), nous avons pu remarquer une relative adhésion au projet et à ses perspectives de la part du peu de salariés qui ont répondu.

Nous avons constaté, à quelques exceptions prés, un bon usage de la Décision Unilatérale de l’Employeur, notamment en matière d’horaire, d’amplitude de travail, et de recours à la mobilité, cependant nous restons extrêmement vigilant du fait de la montée en charge progressive de l’expérimentation, et de la nature pernicieuse du  dispositif unilatéral, souvent l’excuse toute trouvée pour motiver des changements managériaux et l’établissement local de nouvelles règles toujours plus contraignantes.

L’UNSA-MGEN déplore que les données récoltées ne permettent pas d’établir une lecture détaillée des résultats puisque les réponses sont compilées et qu’elles proviennent de directions ou de salariés de terrain alors que les perceptions sont potentiellement différentes suivant l'angle de vue. Avoir une lisibilité de ce coté là nous semble important.

L’absence de données RH dans ce bilan intermédiaire, tel l’absentéisme, où encore le climat social des sites concernés nous laisse sur notre faim.

Par ailleurs, la ligne managériale étant désormais plus lisible, il convient désormais d’éclaircir certains points.

Pour L’UNSA-MGEN, il convient de réfléchir aux articulations entre les métiers au sein des sections (CADS, CM, APS, SPS) tenant compte de la taille de la section et des potentiels de mutualisation, des flux de visites et d’appels, ainsi que les articulations avec les centres d’appels et de traitement dans le cadre de la gestion des activités gestionnaires et commerciales.

Il y a aujourd’hui des salariés qui ne savent plus se situer tellement on les abreuve d'ordres contradictoires et non-maîtrisés, ces incertitudes deviennent plus que pesantes pour ces derniers…

La communication et le partage auprès des salariés doit être plus prégnant, à commencer par les projets régionaux de chacune des régions concernées.

A ce sujet ; notons que la région Ile-de-France intègre l’expérimentation et devient à son tour région pilote.

L’UNSA-MGEN demande également plus de transparence sur la politique d’implantation de « points d’accueil » et /ou « espaces mutuels ».

Concernant les horaires de travail, l’UNSA-MGEN ne voit pas l’utilité d’une présence qui irait au-delà de 18h30, elle demande que les relances tardives continuent à  rester  ponctuelles sur la base du volontariat et non sur une pseudo-équité aux contours trop flous.

La détermination des effectifs cible restera là aussi un écueil qu’il faudra traiter.

L’UNSA-MGEN rappelle une nouvelle fois à l’employeur que c’est à lui de s’assurer qu’aucune heure de travail ne soient écrêtées et toutes payées.

Sinon, comment valider une expérimentation qui reproduirait les mêmes errements en la matière !

De plus, l’UNSA-MGEN appelle l’employeur à une très grande vigilance devant la dégradation notable des conditions de travail dans les régions pilotes comme dans les autres régions, apparaissant sous forme de provocations multiples et parfois de mépris affiché à l’égard des salariés de la part de certains détachés.

Le recours aux sanctions disciplinaires à tort et à travers doit cesser, le projet « ambition réseaux » doit permettre de libérer la parole.

Les expressions de fatigue, d’incompréhension doivent être traitées à leur juste valeur et non comme une contestation d’autorité qui viendrait fragiliser la stratégie entreprise.

Respecter les instances représentatives locales et nationales est une évidence qu’il convient pourtant de rappeler une fois encore.

Enfin, le management de proximité doit être de l’accompagnement  propre à permettre à chacun de donner le meilleur de lui et non l’occasion de mettre en compétition les acteurs, de décourager un peu plus des salariés qui, rappelons-le, peinent à se remettre d’une période de fortes tensions générées par la bascule de début d’année.

Pour l’heure, en dépit des acquis d’ores et déjà validés et d’une généralisation de plus en plus certaine,   l’UNSA-MGEN ne pourra se positionner favorablement qu’à la condition de disposer d’éléments probants tant en matière d’efficience organisationnelle  que d’une mise en place effective d’un climat social propice à une réussite sur le long terme.

L’articulation vie personnelle et vie professionnelle devra être déterminée par des compromis respectueux de tous.

A défaut, l’UNSA-MGEN se réserve le droit de poser un droit de veto en CE/CCE concernant les horaires individualisés, et n’exclut pas d’appeler à une forte mobilisation pour que les conditions de travail dans l’entreprise soient à la hauteur de l’humanisme affiché par nos décideurs.

Intéressement 2016 :

Soyez vigilants, vous devez procéder à l’arbitrage avant le 20 Mai, à savoir, disposer du capital, ou placer tout ou une partie sur le PEE ou le PERCO  (Plan Epargne Retraite Collective).

Pour les montants et règles d’abondement vous pouvez vous référer à notre bulletin d’information précédent (disponible sur notre site : http://www.unsa-mgen.fr )

Illustration :

En plaçant cet intéressement sur les supports d’épargne à disposition,  de la manière suivante, à savoir  200 euros sur le PEE, et 169 euros sur le PERCO, votre Epargne se porterait, dans ce cas de figure, à  697 euros au total du fait l’abondement de l’entreprise.

à Attention, le placement sur les plans d’Epargne se fait sur des produits financiers  dont il revient à chacun  de mesurer le risque…

à La durée d’immobilisation est également à prendre en compte…

Négociation à venir sur le sujet: l’UNSA-MGEN demandera à l’employeur de réviser à la hausse les montants potentiels, de manière au moins égale à certains salariés de l’UES,  d’entreprises de taille comparable, ou même de certaines primes versées aux fonctionnaires…

Rémunérations

La distribution de l’enveloppe au choix, les revalorisations de la rémunération pour certaines fonctions commerciales en section, pour les techniciens de  centre d’appels et de traitement sont en phase de finalisation.

Rappelons que ces dernières ne sont pas forcément uniformes, qu’il peut y avoir, à fonction identique, des différences entre salariés, entre centres, que l’ancienneté et sa position relative au salaire médian rentre en ligne de compte...

Nous savons le sujet sensible et nous sommes déjà exprimés largement sur le sujet, faisant part de notre désaccord à voir certains collègues exclus injustement. C’est ce qui a motivé en partie notre refus de signature lors des deux précédentes NAO.

Nous vous  invitons à nous faire part de vos sentiments et à nous signaler toutes situations particulières qui vous paraîtraient le justifier.

Nous avons eu vent que l’enveloppe au choix serait parfois inexistante sur certains centres et ne manquerons pas de demander, à ce sujet,  des précisions lors du prochain CE

AG UNSA-MGEN

L’assemblée générale du syndicat aura lieu du 25 au 27 Mai, à Toulon.

Pour toutes questions relatives à cette dernière, appelez nous,

Dominique : 06 07 19 29 27

Pour ceux et celles qui le souhaiteraient il est temps de nous envoyer vos éventuelles candidatures au bureau.

Adhérer à l’UNSA-MGEN, Pourquoi Faire !?

Voter pour l'UNSA-MGEN c'est bien mais Adhérer c'est mieux ! C’est soutenir nos actions, c’est un acte essentiel qui caractérise la contrepartie symbolique de la défense de vos intérêts (matériel, fournitures, transports, accompagnement.. Tout cela a un coût..).

Au quotidien, les élus nationaux ; fort du soutien des relais locaux, délégués du personnel, délégués syndicaux, adhérents ;  négocient des accords, vous informent  par la publication régulière d’informations et par des visites sur site, se tiennent informés de la législationrépondent à vos sollicitations, relaient et témoignent de vos préoccupations à l’employeur, accompagnent et conseillent  les salariés  lors de situations conflictuelles ou d’entretiens RH…

Rejoignez –nous pour participer aux évolutions de l'entreprise MGEN et faire entendre votre voix et votre énergie à défendre le collectif de travail.

Soutenez votre syndicat !

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail.

Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et  à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixés, des accords d’entreprise et du droit du travail.

Agir et alerter, L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

Plus forts ensembles,

Communiquons et restons vigilants !      

 

 

 

 

 

 

NAO 9 FEV

NAO du 9 février : un début de réponse ?

 

L’UNSA-MGEN a régulièrement exprimé auprès de la MGEN, votre fatigue et votre besoin de reconnaissance dans ses interventions au CE / CCE / Commissions paritaires nationales de ces derniers mois.

Ce matin, Nous avions rendez-vous avec l’employeur ce mardi 9 février en N.A.O. en attente de réponses, prêts à initier un mouvement collectif intersyndical annoncé.

Nous revenons vers vous pour vous faire part des dernières propositions que la MGEN nous a faites en séance.

Au niveau de l’UES la MGEN accorderait :

-Maintien à 115% du SMIC de la "rémunération plancher" et s’ajuste ainsi à la hausse récente décidée par les pouvoir publics (Ce qui lui fait renoncer à l'objectif affiché  de 120% annoncé il fut un temps).

-Rattrapage de rémunération dans le cadre de l’égalité Homme/Femme.

-Attribution à l'ensemble des collaborateurs des CESU garde d’enfant jusqu’aux 6 ans de l’enfant

- Mise en place de l’indemnisation kilométrique "vélo" dans la limite de 200€/an.

Revendications UNSA non retenues:

13ème Mois

Augmentation générale

revalorisation Tickets restaurant et chèques vacances …

Secteur MGEN :

Compte tenu des tensions, des efforts, de notre insistance, l’employeur nous annonce : le versement d’une prime exceptionnelle pour l’ensemble des salariés de sections, Centres d’appels et Centres de traitement.

La somme allouée n’impacterait pas l’enveloppe dédiée à la NAO.

Pour l’heure, le montant ne nous a pas été donné,  il reste à préciser…(Minimum fixé par intersyndicale).

Sur le secteur, la MGEN propose :

-Reconduction des revalorisations des salaires de ceux et celles qui occupent des fonctions commerciales (CADS/CM/RER).

- revalorisations des salaires étendues aux techniciens des centres de gestion et des centres d’appels.

-Pas de remise cause de la politique des enveloppes au choix et des promotions.

-Reconduction de la Prime variable des commerciaux relative aux objectifs (CADS/CM/RER, sections /région). Versée en février cette année pour les résultats de l'année passée.

Revendications UNSA non retenues:

Indexation de la ligne du choix sur le bulletin de salaire

Augmentation régulière à l’ancienneté /

création d’une RMAG spécifique MGEN

prime transport

comptabilisation intégrale des Temps de déplacements/ journée de pont …


Synthèse

L’UNSA-MGEN prend acte des propositions de l’employeur et rappelle son attachement à une reconnaissance collective par une politique salariale en adéquation avec les valeurs du secteur Mutualiste.

L’UNSA-MGEN reste en attente de précisions sur la hauteur des mesures proposées tout en rappelant l’urgence à répondre aux difficultés actuelles, tant financières qu’en relation avec un climat de travail fortement dégradé.

A ce stade, nous sollicitons l’employeur pour que chacun dispose de sa part de reconnaissance.

Si les dispositifs catégoriels venaient à être confirmés, l'UNSA-MGENdemande la prise en compte  des CDD,  des parcours CQP en cours de validation, des APS, des SPS, des CDR exclus injustement des dispositifs antérieurs.

L’UNSA-MGEN attend une réponse complémentaire de l’employeur sur :

-la mise en place d’une journée du Président propre à symboliser, au niveau de la politique RH, la singularité de notre entreprise

-la possibilité de récupérer son crédit d’heure en journée pleine sur tout le territoire (indolore pour l’employeur mais permettant à tout un chacun de mettre un terme à l'écrêtage interdit des heures travaillées).

- une revalorisation générale.

Par ailleurs, L’UNSA-MGEN demande à l’employeur et à l’ensemble de la chaine hiérarchique, de faire les efforts collectifs qui permettent d'appliquer le "mieux vivre ensemble" et d'œuvrer à l’apaisement par une prise de conscience de tous du besoin les uns des autres.

Nous restons en attente de vos retours et prenons rendez-vous avec l’employeur pour le mardi  16 février, ultimes échanges sur la NAO.

Fortes de vos réactions et des dernières propositions de la MGEN, les organisations syndicales  se concerteront afin d'envisager une éventuelle position commune.


Le contexte particulier de l’entreprise nous incite à vous rappeler l’importance de se syndiquer, de nous donner, par vos voix et vos adhésions, toute la légitimité à œuvrer en votre nom.

Syndiquez-vous UNSA-MGEN, faites adhérer autour de vous, c’est plus que jamais nécessaire.

Nous sommes preneurs de toutes vos remarques visant à vous représenter au mieux, pour une construction collective intelligente et la réussite de tous.

Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

 

Plus forts ensembles,

Communiquons et restons vigilants !      

16 FEV

NAO du 16 février : Dernières propositions de la MGEN suite à nos interventions.

L’UNSA-MGEN, par ce bulletin flash, complémentaire et reprise du précédent, qui vous livre en brut les réponses apportées par la MGEN.

Nous restons très en attente de vos réactions sur les dernières propositions de la MGEN   ce mardi 16 février en N.A.O.

Suite à ces réponses, serons-nous encore prêts, prêtes, à initier un mouvement collectif intersyndical annoncé ?

Dernières propositions que la MGEN nous a présentées en séance.

Au niveau de l’UES la MGEN accorderait :

-Maintien à 115% du SMIC de la "rémunération plancher" et s’ajuste ainsi à la hausse récente décidée par les pouvoir publics (Ce qui lui fait renoncer à l'objectif affiché  de 120% annoncé il fut un temps).

Annonce MGEN : Salaire mensuel à 1690 euros soit 20280 euros 115,2% du SMIG.

-Rattrapage de rémunération dans le cadre de l’égalité Homme/Femme.

Annonce MGEN : 0,1% de la masse salariale sera consacré à ce chapitre.

-Attribution à l'ensemble des collaborateurs des CESU garde d’enfant jusqu’aux 6 ans de l’enfant

Annonce MGEN : 500 enfants de plus..

- Mise en place de l’indemnisation kilométrique "vélo" dans la limite de 200€/an.

Annonce MGEN : les décrets sont sortis un groupe de travail va se mettre en place pour les conditions d'obtention.. 0,25euros du Km, limite 200euros.

Revendications UNSA non retenues: même après avoir lourdement insisté et argumenté..

13ème Mois/Augmentation générale/revalorisation Tickets restaurant et chèques vacances …

Secteur MGEN :

Compte tenu des tensions, des efforts, de notre insistance, l’employeur nous annonce : le versement d’une prime exceptionnelle pour l’ensemble des salariés de sections, Centres d’appels et Centres de traitement.

La somme allouée n’impacterait pas l’enveloppe dédiée à la NAO.

Pour le montant : Annonce MGEN : 500 euros brut pour tous les salariés du secteur MGEN sous réserve de présence au 31 décembre et soumise à présentéisme..

Sur le secteur, la MGEN propose :

-Reconduction des revalorisations des salaires de ceux et celles qui occupent des fonctions commerciales (CADS/CM/RER). Revalorisations des salaires étendues aux techniciens des centres de gestion et des centres d’appels.

Annonce MGEN : au regard de l'extension aux CG/CA enveloppe de 0,5 à 0,6% de la masse, même processus que l'année passée (pas forcément les mêmes) sur les sections.

-Pas de remise cause de la politique des enveloppes au choix et des promotions.

Annonce MGEN : 0,8% pour l'enveloppe au choix (de préférence à attribuer aux salariés non concernés par les mesures commerciales " SPS, APS etc…" le siège va donner des instructions dans ce sens). 0,45% de la masse pour les promotions annuelles.

-Reconduction de la Prime variable des commerciaux relative aux objectifs (CADS/CM/RER, sections /région). Versée en février cette année pour les résultats de l'année passée.

Annonce MGEN : les résultats sont tombés et les "commerciaux" devraient toucher en moyenne 258,80 euros (attention c'est une moyenne).60 sections départementales ont atteint plus de 90% de leurs objectifs.

Les ateliers des centres d'appels vont être associés à la prime variable des commerciaux soit 959 salariés seront bénéficiaires d'une prime variable….

Revendications UNSA non retenues: Et que nous avons rappelé avec insistance

Indexation de la ligne du choix sur le bulletin de salaire /Augmentation régulière à l’ancienneté /création d’une RMAG spécifique MGEN /prime transport /comptabilisation intégrale des Temps de déplacements/ journée de pont …

Synthèse

L’UNSA-MGEN rappelle à l’employeur son attachement à une reconnaissance collective partagée par l'intersyndicale insiste à nouveau sur une politique salariale en adéquation avec les valeurs du secteur Mutualiste.

L’UNSA-MGEN reste en attente de vos réactions.

A ce stade, nous vous sollicitons,

Comment chacun dispose de sa part de reconnaissance ?

Les dispositifs catégoriels confirmés, l'UNSA-MGENdemande la prise en compte  des CDD,  des parcours CQP en cours de validation, des APS, des SPS, des CDR exclus injustement des dispositifs antérieurs à demi-mot la MGEN nous laisse entendre que l'enveloppe choix pourrait prendre son plein effet.

L’UNSA-MGEN attendait une réponse complémentaire de l’employeur sur :

-la mise en place d’une journée du Président propre à symboliser, au niveau de la politique RH, la singularité de notre entreprise Annonce MGEN (botte en touche)

-la possibilité de récupérer son crédit d’heure en journée pleine sur tout le territoire (indolore pour l’employeur mais permettant à tout un chacun de mettre un terme à l'écrêtage interdit des heures travaillées). Pas de réponse..

- une revalorisation générale. Pas de réponse..

Par ailleurs, L’UNSA-MGEN demande à l’employeur et à l’ensemble de la chaine hiérarchique, de faire les efforts collectifs qui permettent d'appliquer le "mieux vivre ensemble" et d'œuvrer à l’apaisement par une prise de conscience de tous du besoin les uns des autres.

Fortes de vos réactions et des dernières propositions de la MGEN, les organisations syndicales  se concerteront afin d'envisager une éventuelle position commune.

Le contexte particulier de l’entreprise nous incite à vous rappeler l’importance de se syndiquer, de nous donner, par vos voix et vos adhésions, toute la légitimité à œuvrer en votre nom. Syndiquez-vous UNSA-MGEN, faites adhérer autour de vous, c’est plus que jamais nécessaire. Nous sommes preneurs de toutes vos remarques visant à vous représenter au mieux, pour une construction collective intelligente et la réussite de tous.

 

Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

En-tête

Bonjour,
La jurisprudence prévoit que le décompte des jours de congés payés en jours ouvrés ne doit pas être moins favorable que le décompte en jours ouvrables.
Or, lorsqu’un jour férié coïncide avec un jour habituellement non travaillé mais ouvrable (samedi férié par exemple), il est possible qu’un salarié ait bénéficié de 25 jours ouvrés et de 29 jours ouvrables seulement, le jour férié n’étant pas décompté comme jour de congé. Un jour de congé payé supplémentaire est donc alors attribué.
Sur la période de congés 2015/2016, le samedi 15 août 2015 était férié. Vous avez posé un jour de congé payé (CPN) le 14/08/2015. Après recalcul, il s’avère que vous avez pris 25 jours ouvrés de congés payés et 29 jours ouvrables (et non 30) sur la période des congés payés 2015/2016.
Nous devons vous informer que vous devriez bénéficier d’ 1 jour de congé supplémentaire sur la période 2015/2016 qui vous sera reporté sur votre droit à congés payés (CPN) 2016/2017. Votre droit à congé payé 2016/2017 sera à jour dans AGATE courant juin 2016 (droit à 26 jours au lieu de 25 sur un exercice complet).
Bien cordialement.

12 janvier

N.A.O. Interruption…. Les 4 organisations syndicales ont quitté la salle…

 

Deux élus du C.C.E et du C.E MGEN ont reçu une convocation pour "entretien préalable à sanction pouvant aller jusqu'au licenciement", même si ils ne sont pas élus de notre organisation, nous ne pouvons accepter que des négociateurs soient sous le coup d'un éventuel licenciement.

Les 4 organisations représentatives de la MGEN ont tenu à envoyer à la MGEN la déclaration qui figure page 2 de ce document, en vous tenant informé de ce qui, pour nous, à travers les organisations, reste un manque de respect pour les personnels et leurs représentants.

Cependant, avant cette séance, j'avais pris  contact avec les 4 organisations syndicales représentatives, après avoir consulté (bureau UNSA-MGEN, élus CE/CCE UNSA-MGEN, délégués du personnel UNSA-MGEN et militants adhérents). Afin de cibler notre action.

En intersyndicale, nous sommes tombés d'accord pour un mouvement de grève sur toute l'U.E.S. MGEN (Unité Economique et Sociale MGEN), tous secteurs confondus. Le même jour, au moins deux heures, et tous ensembles si la MGEN ne répondait pas positivement à 2 points exprimés collectivement.

En effet, dans un premier temps, afin de ne pas s'éparpiller dans la revendication et après vous avoir entendu, nous avons décidé de nous tenir à deux revendications essentielles :

- Une prime exceptionnelle en rapport avec les efforts développés par tous au moins à la hauteur de ce que nous avions obtenu l'année dernière. Entre autres, les difficultés du quotidien et les conditions de travail dégradées, à elles seules, pendant cette période, justifient cette demande.

- Une augmentation de salaire pour tous (même si nous savons pour MGEN qu'un plan pluriannuel est engagé pour les commerciaux, tous les salariés du secteur participent à la fidélisation/développement).

Afin de ne pas faire l'amalgame entre cette affaire et les réponses que l'employeur doit nous apporter en négociation et, faute de réponse en NAO ce matin, nous avons décidé de sursoir au mouvement de grève programmé le 18 pour le reporter à une autre date, si l'employeur MGEN ne répondait pas positivement aux deux revendications majeures.

Soyez attentifs à nos informations, restez mobilisés et motivés, nous ne manquerons pas de vous informer;

Le mouvement sera mis en œuvre si des réponses négatives étaient apportées par la MGEN sur les 2 points précités.

L'UNSA-MGEN fidèle à ses engagements et dans l'intersyndicale, saura réagir à hauteur du mécontentement et du besoin de reconnaissance exprimés par toutes et tous.

Soyons prêts à envisager une éventuelle série d'actions si l'employeur devait  nous contraindre à ce dernier recours.

Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants !

Ne soyez pas résignés, rejoignez nous !

       

 

En-tête

Actualités syndicales : Tension sur la ligne !

Un point d'étape vous sachant dans l'attente des résultats de la négociation avant que nous puissions engager un mouvement collectif ou non ?..

Alors qu’au quotidien, localement, certaines directions tentent de dissuader nos militants de leur engagement syndical surtout auprès des  R.E. à qui certains "patrons" disent "RE / militant ce n'est pas compatible.." Alors que l'UNSA MGEN est le seul syndicat à avoir un délégué central cadre sur MGEN.

(Si vous êtes, vous-même ou vos collègues, victime de telles pressions "antisyndicales" veuillez nous en informer immédiatement pour action au plus haut niveau …)

, nous avons aussi à faire face à des difficultés relationnelles de compréhension réciproque importantes, une série de faits cumulés nous avaient contraints de quitter la séance Négociation Annuelle Obligatoire de début d’année.

Le contexte difficile de travail relatif à la bascule, la hausse de cotisation, la fusion MGET sont autant d’éléments qui viennent s’ajouter à la pression quotidienne.

les salariés sont pourtant largement au rendez-vous, en ayant, d’une part, réussi  à atteindre les objectifs commerciaux 2015 fixé par la MGEN sur les offres MSP, et d’autre part, en parvenant autant qu’il reste humainement possible, à gérer des flux d’appels, des courriers, mails et visites sections atteignant des niveaux records dans l’histoire de la mutuelle.

Votre fatigue est grande, votre besoin de reconnaissance légitimement élevé au regard de tous les efforts fournis par les équipes. Nous œuvrons à le faire savoir à chacune de nos réunions et restons persuadés que l’employeur pourrait disposer encore d’une capacité d’écoute…et, forcément, d’action.

Nous avons rendez vous le 9 février avec la "MGEN employeur" pour la NAO :

Nous avons envoyé à nos militant l'appel intersyndical ou 2 revendications essentielles pourraient être la garantie d'une paix sociale :

Une prime collective exceptionnelle est plus que jamais nécessaire, tout comme une hausse généralisée des salaires.

Une augmentation générale des salaires...(de toutes et tous)

Nous avons envisagé une éventuelle série d'actions si l'employeur devait  nous contraindre à ce dernier recours, si réponse négative sur ces deux points.

Fait rare, l’unité syndicale est au rendez-vous !!

 

Mutuelle de groupes : ça fonctionne quand ?

Le 15 janvier, nous avons adressé à l’employeur une liste d’anomalies relatives à la mutuelle d’entreprise. Sur la base de vos nombreuses remontées, de votre colère de constater qu'à nouveau les questions RH seraient reléguées au second rang des priorités...

A ce stade nous répertorions encore des dysfonctionnements liés à l’enregistrement de son dossier ou celui de ses bénéficiaires, à la réception des cartes de tiers payants, aux remboursements de soins, aux cotisations, aux difficultés à joindre le service dédié etc

Nous insistons et exigeons de pouvoir avancer sur ces questions, l’employeur MGEN a depuis affiché certaines informations sur le portail et s’attelle, nous dit-il, à stabiliser la situation.

Une réponse personnalisée à destination de ceux et celles qui disposaient des prestations Orphelinat et handicap  a été initiée permettant de préserver les bénéficiaires actuels, moyennant la souscription à prévoyance affinité…

L’UNSA-MGEN a, par ailleurs, soulevé les difficultés liées à la souscription des offres additionnelles et habitat, à l’absence d’enregistrement des contrats « prévoyance actif », pour lesquelles la structure semblait totalement perdue dans la manière de traiter ces demandes pourtant tout aussi classiques que pour nos adhérents FILIA.

Nous avons réclamé que le délai d’adhésion sans période de carence à « prévoyance actif seul » soit prolongé d’un mois au vu des difficultés…

Nous avons aussi demandé qu’une communication spécifique soit faite auprès des salariés venant de la MGET, et de ceux venant de MGEN Technologie.

Le capharnaüm général sur le sujet reste symptomatique de l’attention qui nous est portée, du manque d’anticipation et de professionnalisme ou de moyens à certains niveaux de l’entreprise.

Groupe MGEN-HARMONIE :

Le rapprochement envisagé sur le modèle de celui initié il y a quelques temps avec ISTYA est en phase de lancement.

L’UNSA-MGEN en dépit de l’intérêt majeur à renforcer le modèle mutualiste par la création d’un mastodonte du secteur et ainsi permettre d’agir et de défendre le modèle économique et philosophique auprès des décideurs politiques, restera vigilante sur les conséquences éventuelles pour les salariés.

Nous rappelons que c’est aussi grâce à notre travail quotidien, notre attention singulière à servir le mutualiste que ce modèle existe.

L’UNSA-MGEN demande à l’employeur  toute la transparence sur ce projet stratégique et sur les éventuelles réorganisations ou économies d’échelle recherchées qu’il pourrait entrainer à moyen terme

Pour l’heure, l’employeur s’engage à revenir régulièrement vers nous (élus CCE) dans cette phase de construction, et nous rappelle que "nous ne sommes pas ici dans un modèle de fusion mais dans celui d’un rapprochement stratégique par la création d’une Union  Mutualiste de Groupe".

Il précise que "l’entité MGEN a vocation à perdurer, tout comme son modèle de gouvernance".

Les deux acteurs s'entendent à ce que chaque partie soit égalitairement représentée dans le pilotage futur de cette nouvelle entité.

Nous veillerons, à l’échelle qui est la notre, à ce que les civilités d’usages soient préservées, à ce que le cannibalisme passé laisse place à ce « vivre ensemble »  auquel nous aspirons tous, et dont ils se veulent légitimement  le fer de lance.

L’UNSA-MGEN reviendra vers vous sur ce sujet autant que nécessaire et demande à l’employeur d’œuvrer à l’apaisement collectif par la diffusion d’informations pédagogiques explicitant les enjeux du modèle retenu et les conséquences organisationnelles qu’il implique.

 

Ambition Réseaux : commission de suivi No 1

Les Organisions syndicales ont été réunies le 29 janvier afin de faire un premier bilan sur le projet Ambition réseaux.

Autant vous prévenir tout de suite, pas grand-chose à se mettre sous la dent, peu d’éléments de décryptage à ce stade nous permettant d’y voir plus clair.

La construction du projet se poursuit sur la base d’une réorganisation hiérarchique à laquelle nous aspirons, tant la forme désuète dans laquelle nous vivons comporte son lot d’aberrations.

En  premier lieu, l’application  et le respect aléatoire de sa fiche fonction, des accords, conventions et législation du travail base nécessaire à toute mise en pratique d’un contrat de travail et à toute préservation d’un bon climat relationnel.

Le périmètre d’action, la chaine de responsabilité devant également être éclaircis pour que chacun trouve sa place dans le modèle de demain.

Ce fut pour l’UNSA-MGEN l’occasion de faire remonter auprès de l’employeur un certain nombre de points de vigilance relatifs à l’expérimentation.

L’UNSA-MGEN a rappelé que le climat de travail continuait à se dégrader, que les querelles et ambitions politiques impactaient les équipes y compris les salariés, tant dans les régions pilotes que les autres par anticipation d’un modèle qui a vocation à s’étendre (A commencer par la région parisienne d’ici quelques mois) …

L’UNSA-MGEN a rappelé que les moyens actés par Décision Unilatérale tardaient à être effectifs dans certains départements, ainsi les CESU pour enfants de plus de 3 ans doivent être attribués, la récupération en journée pleine du crédit d’heure possible, l’attribution d’un ticket restaurant possible quand on travaille sur deux plages horaires même en mission extérieure si on ne présente pas de facture de repas.

Les téléphones fournis restent archaïques, le Pc portable rencontre des difficultés de connexion non négligeables. L’usage de la voiture de service fait débat sur de nombreux points tant la rigidité d’utilisation parasite les quelques avantages qu’elle offre (choix du conducteur, plein d’essence, utilisation du véhicule personnels, règle de trajet apparaissent trop rigides).

L’UNSA-MGEN a rappelé que la multiplication des tableaux de bordrestait pénalisante pour la réalisation effective des missions, qu’il convient de hiérarchiser lesindicateurs et leur utilité,  que les outils GRM  doivent encore progresser.

Enfin, le travail le samedi, les contraintes horaires, le recourt à la mobilité  géographique restent globalement utilisés avec parcimonie. Nous rappelons le caractère particulier de la rentrée et nous nous accordons à penser qu’une souplesse plus effective sur certains cycles pourrait s’avérer utile.

ATTENTION il est toujours INTERDIT par la loi  "D'ECRETER" LES HEURES  !!

Cependant, l’appel au volontariat, le respect de l’articulation avec la vie personnelle nous semblent une priorité.

Le travail le samedi, un fantasme couteux qui ne saurait être justifié

-Ni par quelques ambitions personnelles visant à se démarquer des salariés s’y refusant en grande majorité sauf circonstances particulières,

-Ni par quelques rares adhérents prompts à mettre en avant leur singularité.

Œuvrons collectivement pour servir au mieux le mutualiste en semaine, pour y développer notre modèle, en contrepartie, faisons en sorte de préserver nos week-ends et nos vies familiales dans un équilibre respectueux de tous.

Le Recours à la mobilité géographique régionale au grès des besoins/envies est aussi un point central sur lequel nos resterons attentifs. Si le recours à celle-ci apparaissait, cela ne pourrait se faire sans prise en compte des situations individuelles, des aspirations personnelles et sans une compensation financière suffisamment importante pour un usage approprié et exceptionnel !

Pour l’heure, L’UNSA-MGEN reste septique sur les délais impartis et considère que tout est réuni pour  que l’expérimentation perdure au-delà de 2016, car en l’état nous ne serons en capacité de valider un modèle qui ne cesse d’être mouvant et pas suffisamment défini.


Le contexte particulier de l’entreprise nous incite à vous rappeler l’importance de se syndiquer, de nous donner, par vos voix et vos adhésions, toute la légitimité à œuvrer en votre nom.

Syndiquez-vous UNSA-MGEN, faites adhérer autour de vous, c’est plus que jamais nécessaire.

Remontez nous toutes les provocations, les fausses interprétations des textes, conventions ou accords qui régiraient des fonctionnements quotidiens inadaptés.

Nous sommes preneurs de toutes vos remarques visant à vous représenter au mieux, pour une construction collective intelligente et la réussite de tous.

Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

Plus forts ensembles,

Communiquons et restons vigilants !      


ANNEXE : Enquête bien être au travail

Pour rappel cette enquête à été réalisée du 05 au 30 octobre par internet et a été prolongée jusqu’au 16 novembre compte tenu de la faible participation dans le secteur sanitaire et social.

Les membres de l’observatoire ont été réunis par l’employeur en janvier sur le sujet.

Nous pensions alors avoir les résultats de cette enquête, DECEPTION !!!

La MGEN nous annonce que la totalité des résultats ne sera communiquée qu’après explication de la méthode de restitution du cabinet STIMULUS  et cela prendra du temps…

Les salariés et les représentants que nous sommes ne seraient pas en mesure d’analyser les résultats d’une enquête ?!

Nous n’avons donc eu qu’une restitution quantitative.

4223 questionnaires ont été complétés sur 9217 salariés soit 45,8% de participation, pour L’UNSA-MGEN ce résultat est décevant pour rappel en 2010 52% des salariés avaient répondu.

Par secteur :

MGEN                 61% de participants

ASS                     24%            "

Centres santé       71%

UNION                 61%

Pour L’UNSA-MGEN la participation correcte dans 3 secteurs nous permettra d’avoir une analyse précise et fine des résultats.

Par contre la faible participation du secteur sanitaire, seul un quart des salariés de ce secteur d’activité ayant répondu,  permettra t’elle de tirer des conclusions ?

Résultats par entité

Sections               56%

C gestion             64%

C appels              68%

Autre donnée : le taux d’hyper-stress dans l’entreprise MGEN un peu moins de 30% est supérieur au panel des entreprises de même nature réalisé par le cabinet.

Les facteurs de risques dans l’UES :

1) La Charge de travail

         Fréquence des imprévus

         Charge quantitative (quantité/délais)

         Rythme

2) La conduite du changement

         Fréquence des changements

         Perception de son avenir

3) Clarté d’organisation

         Qui fait quoi ? Qui décide de quoi ?

4) Reconnaissance

         Cohérence travail/rémunération

Pour L’UNSA-MGEN, sans entrer dans le détail il s’agit bien là de tout ce que vous nous faîtes remonter dans nos échanges.

Les facteurs de protections :

1) Fierté d’appartenance

         A son métier

         A la MGEN

2) Intérêt du travail

         Possibilités d’apprendre

         Intérêt de l’activité quotidienne

3) Autonomie

4) Reconnaissance des efforts   

Dans un deuxième temps le cabinet doit se rendre dans divers centres de travail des entités de l’entreprise pour interroger, (sur la base du volontariat et de l’anonymat)  en face à face, des salariés.

Suite à ces entretiens, et à une éventuelle bonne participation des salariés, le cabinet devrait ENFIN nous communiquer les résultats de cette enquête.

L’UNSA-MGEN ne manquera pas de vous informer au fur et à mesure de la restitution des résultats que l’employeur voudra bien nous commenter et nous remettre.

Description