infos secteur ASS 2016

En-tête

retrouvez les chroniques de 2016

- avril

- mars

- février

En-tête

Chroniques –  Avril 2016

des p'tites primes, des p'tites primes, toujours des pt'ites primes...

Comme convenu, nous revenons vers vous sur les récents sujets de négociation au sein de l’entreprise qui laissent entrevoir quelques modestes éclaircies… dans un contexte, quant à lui, beaucoup plus incertain alors que la constitution du futur Groupe MGEN – Istya – Harmonie appelle de très nombreux questionnements !

Les élus du CCE sont actuellement informés et consultés sur le contenu et les contours de cette alliance dont nous ne mesurons  pas encore l’ensemble des impacts. Nous reviendrons vers vous sitôt que des éléments plus lisibles seront apportés par l’employeur.


Prime d’intéressement 2016

Par secteur de l’UES

 

  • MGEN :                                            401€ Brut
  • MGEN ASS :                                                355€  Brut
  • MGEN Centres de Santé :          323€ Brut
  • MGEN Union :                               391€ Brut
  • MGEN Technologies :                 1191€ Brut

 

Modalités d’abondement du PEE (Epargne bloquée 5ans)

 

Versement de l’intéressement

 

 

Abondement

De 1€ à 100€

100%

De 101€ à 200€

30%

 

Modalités d’abondement du PERCO (Epargne bloquée jusqu’en retraite)

 

Versement de l’intéressement

 

 

Abondement

De 1€ à 100€

150%

De 101€ à 200€

70%

De 201€ à 300€

30%

Illustration sur l’abondement à partir d’un chiffre net de 330€ :

Par exemple,  en plaçant 200€ sur le PEE et 130€ sur le PERCO, votre épargne se porterait à 330€ sur le PEE et 301€ sur le PERCO, soit 631€ au total.

Attention, le placement sur les plans d’Epargne se fait sur des produits financiers dont il revient à chacun de mesurer le risque…

Par ailleurs, il existe un certain nombre de cas de déblocage anticipés (mariage, achat immobilier, naissance du 3ème enfant…)

En 2017…

Enfin, une négociation s’ouvre pour faire évoluer cette prime et, nous l’espérons, accroître son montant, considérant que nous sommes loin des niveaux auxquels une entreprise de notre stature pourrait prétendre. Sachant, par exemple, que nos collègues de « MGEN Technologies »  disposent d’un intéressement de 1191€.

L’UNSA-MGEN  est déterminée à œuvrer pour une meilleure reconnaissance collective.

A suivre…

IQV… ou en langage courant la PRIME VÉLO

Lors de la NAO 2016, l’employeur a su entendre notre revendication autour de l’instauration de l’Indemnité Kilométrique Vélo dans le cadre de la loi sur la transition énergétique.

L’UNSA est satisfait de voir que cette demande, portée par notre seule organisation syndicale, a pu faire écho…  même si nous mesurons parfaitement son caractère anecdotique du point de vue pécuniaire.

La négociation sur ce point d’engagement de la MGEN, inscrite au « protocole de désaccord de la NAO », s’est menée la semaine dernière avec, pour la délégation UNSA, Valérie Laurent, Marc Schiele, Mireille Devillers et Michel Laugier.

 

L’Indemnité kilométrique Vélo (et vélo électrique !) en quelques mots :

Les échanges ont principalement porté sur les modalités d’application de cette nouvelle prime alors que ses contours avaient déjà été définis, à savoir une indemnisation de 0,25€ par kilomètre dans la limite de 200€ par an sur le trajet domicile / travail.

Elle fonctionnera sur le modèle de la prime de transport instaurée dans notre secteur l’an passé pour les travailleurs de nuit /jours férié /dimanche à savoir règlement sur le bulletin de paie du mois suivant (M+1)

Le salarié communiquera chaque mois (attestation sur l’honneur) des trajets effectués assorti d’un document mentionnant l’itinéraire le plus court entre le domicile et le travail.

∆ Les salariés bénéficiant déjà d’un abonnement transports collectifs ou de location de vélo pris en charge à 50% par l’employeur sont exclus du dispositif.

L’UNSA aurait souhaité voir la démarche de déclaration sur l’honneur mensuelle supprimée considérant la charge de travail qu’implique de telles données à saisir… et la « lourdeur administrative» pour ses bénéficiaires.

L’UNSA a demandé un bilan sur les « points de rabattage » (parking vélo) de l’ensemble des centres de travail du Groupe (environ 150) et énoncé la possibilité pour la MGEN de financer l’achat de vélos ou vélos électriques, moyennant une déduction fiscale de 25% côté employeur.

La MGEN a été sensible à différents arguments et s’engage à voir comment sécuriser les points de rabattage afin que le salarié, désireux de se rendre au travail en vélo, soit assuré de le récupérer en fin de journée. Enfin l’employeur sera vigilant à fluidifier la procédure d’enregistrement pour éviter la surcharge administrative liée à l’instauration de cette nouvelle prime.

 

Prime décentralisée FEHAP

Comme le prévoit la Convention Collective FEHAP, la MGEN doit remettre à la discussion chaque année ce point avec les organisations syndicales.

A cette occasion, l’UNSA a revendiqué l’augmentation de son taux. Conventionnellement instauré à 5% du salaire brut annuel, ce taux n’a jamais été révisé depuis le passage à la FEHAP (2004).

Aujourd’hui l’UNSA considère qu’un passage à 6%, sans trop bouleverser le fragile équilibre budgétaire des établissements, se justifie dans ce contexte de stagnation totale de nos rémunérations (point FEHAP inerte depuis 2010, instauration d’une grille ancienneté avec des paliers de stagnation de 2 ans au bénéfice pécuniaire de l’employeur…). Notre syndicat invite la MGEN à montrer l’exemple au sein de la fédération FEHAP et ainsi donner un signal positif aux salariés…. qui en ont bien besoin !

Malheureusement la MGEN restera sur la base conventionnelle car l’assiette de calcul serait déjà favorable aux salariés et le champ des bénéficiaires au-delà de ce que prévoient les textes (cf. contrats aidés).

L’échange a ensuite porté sur le détail de la redistribution du reliquat qui, pour beaucoup de syndicats, reste incompréhensible et malsain (tout ou partie de la prime des salariés absent pour maladie -plus de 6 jours sur une période sauf hospitalisation + convalescence j+30- se voit reversée aux personnels n’ayant pas eu d’abattement).

Vous le savez, l’UNSA s’en est toujours indigné : la « prime aux collègues malades », dans une entreprise comme la nôtre, va à l’encontre de toute ses valeurs !

L’UNSA a demandé à supprimer tout simplement cette notion d’absentéisme.

Sans engagement de l’employeur, la porte n’a pas été complètement fermée sur une refonte plus éthique du mode de distribution de la prime décentralisée….même si, pour l’heure, nous en restons aux modalités FEHAP

 

CESU garde d’enfant(s)

Attention cette information concerne bien les « CESU employeur », ciblés exclusivement sur la garde d’enfant(s) et non ceux du Comité Central d’Entreprise (le CCE propose ce moyen de paiement avec une participation en fonction du QF, ceux-ci ne sont pas limités dans l’utilisation.)

Jusqu’à présent, l’utilisation des CESU employeur (0-3 ans) s’est déclinée de cette façon dans l’entreprise : MGEN = 916, ASS = 259, Centres de Santé = 3 et Union = 10.

Cette disposition, dorénavant élargie aux enfants de 3 à 6 ans, fait suite à la NAO et sera appliquée rétroactivement à compter du 1er janvier 2016.

En parallèle de cette aide ciblée, la MGEN continue sa réflexion autour d’ouverture de crèches inter-entreprises avec des contingents de berceaux disponibles pour les salariés… sachant également que Harmonie Mutuelle dispose d’un certain nombre de structures petite enfance…

 

Cotisations UNSA pour 2016 :

Voter pour l'UNSA c'est bien mais Adhérer c'est mieux !

C’est soutenir nos actions, un acte essentiel qui caractérise la contrepartie symbolique de la défense de vos intérêts (matériel, fournitures, transports, accompagnements. Tout cela a un coût..).

Au quotidien les élus nationaux, forts du soutien des relais locaux (délégués du personnel, délégués syndicaux et adhérents), négocient des accords, vous informent  par la publication régulière d’informations et par des visites sur site, se tiennent informés de la législation,  répondent à vos sollicitations, relaient et témoignent de vos préoccupations à l’employeur, accompagnent et conseillent les salariés lors de situations conflictuelles ou d’entretiens RH…

Soutenez votre syndicat !

 

Salaire BRUT Mensuel

Montant annuel (*)

(Hors supplément familial)

 
   

 

JUSQU 'A 1535,00 €

40,00 €

de 1536,00 € à 1725,00 €

43,00 €

de 1726,00 € à 1885,00 €

46,00 €

de 1886,00 € à 1965,00 €

49,00 €

de 1966,00 € à 2075,00 €

54,00 €

de 2076,00 € à 2295,00 €

71,00 €

de 2296,00 € à 2395,00 €

76,00 €

de 2396,00 € à 2496,00 €

81,00 €

de 2496,00 € à 3000,00 €

86,00 €

plus de 3000,00 €

102,00 €

*Ouvrant droit à la réduction d'impôt

 

( 66% de la somme versée)

 
   

 

 

 

 

 

 

 

En-tête

 

Chroniques –  mars 2016

 

2016 /  2017 : salaires en augmentation… Vraiment ????

                        Depuis plus de 5 ans les salaires d’ASS, en dehors des augmentations ancienneté, sont gelés du fait de la stagnation du point FEHAP à 4,403€.

Face à ce récurrent constat, l’UNSA a plaidé en permanence auprès de l’employeur MGEN pour une « révision maison » des salaires afin de pallier les carences de la FEHAP en la matière.

A ce stade, il semblerait que les choses bougent enfin !

La Ministre de la Fonction Publique vient d’annoncer la revalorisation du Point Fonction Public à hauteur de 1,2%, versée en 2 fois :

0,6% au 1er juillet 2016 + 0,6% au 1er février 2017

Cette annonce a fait réagir la fédération des employeurs FEHAP qui demande à l’état de mobiliser la réserve prudentielle permettant la répercussion de ces hausses salariales vers leurs personnels.

Les établissements de statut privé FEHAP sollicitent une égalité de traitement budgétaire et tarifaire afin de pouvoir amorcer le dégel du point FEHAP à l’image de celui du point d’indice de la rémunération des fonctionnaires. Or, les prévisions de dotations budgétaires, à nouveau en baisse, n’ont pas prévu ces augmentations de salaire.

D’une manière plus pérenne « la FEHAP demande que tout financement affecté à l’augmentation du point d’indice de rémunération des fonctionnaires hospitaliers, sociaux et médico-sociaux ait son équivalence pour les établissements privés et leurs salariés ».

Revenons-en à des éléments plus concrets, plus proches… en laissant la fédération employeur FEHAP à sa responsabilité de négociation avec l’état et affirmons à l’employeur MGEN, notre interlocuteur, que les salariés des établissements ASS n’admettront pas de voir cette augmentation, SI ATTENDUE ! SI MÉRITÉE !, leur passer sous le nez !!!

Nos missions « d’intérêt collectif » justifient nos engagements dans le système de santé public mais en retour, doivent légitimer l’indexation du point FEHAP à celui de la Fonction Publique.

L’UNSA attend de la FEHAP, et avant tout de la MGEN, une mobilisation sans relâche  pour l’application de cette revalorisation salariale.

Si l’employeur a de l’ambition pour ses établissements et, à travers eux, pour ses personnels, il ne pourra tolérer la poursuite de la baisse du pouvoir d’achat : 5 ans d’hémorragie, ça SU-FFIT!

2016…. Année d’Assemblée Générale pour l’UNSA

Notre organisation syndicale réunira son AG biannuelle du 25 au 27 mai à Toulon. A proximité de l’établissement de Pierre Chevalier (Chateaubriand–Hyères), Xavier Perez -délégué syndical et membre du bureau UNSA- se charge de l’organisation avec Joseph Mellerin et Hervé Souillart.

Notre syndicat a entamé le grand renouvellement de ses équipes qui se précisera à l’AG de 2018, à l’échéance du mandat actuel.

Comme à l’accoutumé, les instances de l’UNSA se réuniront dans cet ordre : bureau, commission exécutive, assemblée générale extraordinaire, AG ordinaire et résolution finale.

L’ensemble des secteurs du Groupe, représenté par notre syndicat (+ MGEN Technologies depuis janvier), doit préparer cette grande mutation générationnelle et se donner les moyens d’un passage de relai réussi.

Au quotidien, et depuis quelques années, cette transmission est en marche : l’AG de Toulon devrait acter ce travail de longue haleine, initié par Dominique Chaloubie et accompagné par les membres du bureau UNSA.

Cette année, notre souhait est de voir le maximum de centres de travail représenté pour participer à ce temps incontournable qui prépare les 2 ans à venir.

En effet, nous y adopterons les mandats nécessaires pour engager nos positions et actions d’ici la fin du mandat et la prochaine AG… en 2018.

Une dizaine de délégués ASS seront d’ores et déjà présents à notre AG

Pour terminer je vous adresse le tableau des cotisations UNSA pour 2016 :

 

Salaire BRUT Mensuel

Montant annuel (*)

(Hors supplément familial)

 

 

 

 

JUSQU 'A 1535,00 €

40,00 €

de 1536,00 € à 1725,00 €

43,00 €

de 1726,00 € à 1885,00 €

46,00 €

de 1886,00 € à 1965,00 €

49,00 €

de 1966,00 € à 2075,00 €

54,00 €

de 2076,00 € à 2295,00 €

71,00 €

de 2296,00 € à 2395,00 €

76,00 €

de 2396,00 € à 2496,00 €

81,00 €

de 2496,00 € à 3000,00 €

86,00 €

plus de 3000,00 €

102,00 €

*Ouvrant droit à la réduction d'impôt

 

( 66% de la   somme versée)

 

 

En-tête

Chroniques –  4 février 2016

 

Actualités syndicales : Tension sur la ligne !

Un point d'étape vous sachant dans l'attente des résultats de la négociation avant que nous puissions engager un mouvement collectif… ou non ?

Aujourd’hui, nous faisons face à des difficultés relationnelles et de compréhension réciproque importantes : une série de faits cumulés nous ont contraints à quitter la séance de Négociation Annuelle Obligatoire le 12 janvier dernier.

Le contexte difficile de travail au sein du secteur administratif (MGEN), relatif à la bascule de l’offre mutuelle, à la hausse des cotisations, à la fusion avec la MGET est unanimement constaté et vient s’ajouter à la pression quotidienne.

Le secteur des établissements est différemment mis sous pression : plus chronique et donc plus insidieuse, elle est source de mécontentement identiques quant au manque de reconnaissance salariale… lui aussi permanent.

  • Notre prochain rendez-vous pour la NAO est fixé au 9 février

Nous vous avons envoyé l'appel intersyndical où 2 revendications essentielles pourraient être la garantie d'une paix sociale :

-                             Une prime collective exceptionnelle est plus que jamais nécessaire !

-                             Une augmentation générale des salaires dans tous les secteurs de l’UES

Nous avons envisagé une éventuelle série d'actions si l'employeur devait nous contraindre à ce dernier recours… en cas de réponse négative sur ces deux points.

Tout ceci dans une situation où, fait rare, l’unité syndicale est au rendez-vous !!

 

Mutuelle de groupe : ça fonctionnera quand ?

Le 15 janvier, nous avons adressé à l’employeur une liste d’anomalies relatives à la mutuelle d’entreprise obligatoire, sur la base de vos nombreuses remontées et de votre colère face au constat, qu'à nouveau, les questions RH seraient reléguées au second rang des priorités.

A ce stade nous répertorions encore des dysfonctionnements liés à l’enregistrement de dossiers ou à celui des bénéficiaires, à la réception des cartes de tiers payants, aux remboursements de soins, aux cotisations, aux difficultés (voire impossibilités) à joindre le service dédié etc…

L’UNSA exige de pouvoir avancer sur ces questions ! L’employeur MGEN a, depuis, affiché certaines informations sur le portail et s’attelle, nous dit-il, à stabiliser la situation.

Les salariés attendent maintenant des réponses personnalisées : le prélèvement de notre cotisation est effectif, nous sommes donc en droit d’en obtenir le service dû !

De plus, une solution à destination de ceux et celles qui disposaient des prestations Orphelinat et Handicap (en tant qu’adhérents MGEN) a été initiée, permettant de préserver les bénéficiaires actuels et moyennant la souscription à « MGEN Prévoyance Affinité »…

L’UNSA a, par ailleurs, soulevé les difficultés liées à la souscription des offres additionnelles et habitat et à l’absence d’enregistrement des contrats «MGEN Prévoyance Actif ».

Nous avons réclamé que le délai d’adhésion sans période de carence à « MGEN Prévoyance Actif seul » soit prolongé d’un mois, donc au-delà du 31 janvier 2016.

Nous avons aussi demandé qu’une communication spécifique soit faite auprès des salariés venant de la MGET et des collègues de MGEN Technologies.

Le capharnaüm général sur le sujet reste symptomatique de l’attention qui nous est portée, du manque d’anticipation et de professionnalisme et de la carence de moyens à certains niveaux de l’entreprise.

Groupe MGEN-HARMONIE :

Le rapprochement envisagé sur le modèle de celui initié il y a quelques temps avec ISTYA est en phase de lancement.

L’UNSA, en dépit de l’intérêt majeur à renforcer le modèle mutualiste par la création d’un « mastodonte » du secteur et ainsi permettre d’agir et de défendre notre modèle économique et philosophique auprès des décideurs politiques, restera vigilante sur les conséquences éventuelles pour les salariés.

L’UNSA demande à l’employeur toute la transparence sur ce projet stratégique et sur les éventuelles réorganisations ou économies d’échelle recherchées que ce nouveau schéma pourrait entraîner à moyen terme.

Pour l’heure, l’employeur s’engage à revenir régulièrement vers nous (élus du CCE) dans cette phase de construction et nous rappelle que "nous ne sommes pas ici dans un modèle de fusion mais dans celui d’un rapprochement stratégique par la création d’une Union  Mutualiste de Groupe".

Il précise que "l’entité MGEN a vocation à perdurer, tout comme son modèle de gouvernance".

Les deux acteurs s'entendent à ce que chaque partie soit égalitairement représentée dans le pilotage futur de cette nouvelle entité.

Rapidement, le Livre 3 (les Etablissements) serait concerné par ce rapprochement, dans un esprit de complémentarité d’activités de soin. Peu d’informations sont disponibles à ce stade sur la nature de ces rapprochements à connotation partenariale ou une « affiliation » plus construite ?

 ….beaucoup de questions… trop peu de réponses à ce jour.

L’UNSA-MGEN reviendra vers vous sur ce sujet capital et demande à l’employeur d’œuvrer à l’apaisement collectif par la diffusion d’informations pédagogiques explicitant les enjeux du modèle retenu et les conséquences organisationnelles qu’il impliquera. 

 

Enquête bien-être au travail

Pour rappel cette enquête a été réalisée du 5 au 30 octobre par internet et a été prolongée jusqu’au 16 novembre compte tenu de la faible participation dans le secteur sanitaire et social.

Les membres de l’observatoire ont été réunis par l’employeur en janvier sur le sujet.

Nous pensions alors avoir les résultats de cette enquête, DECEPTION !!!

Nous n’avons donc eu qu’une restitution quantitative... en attendant celle plus qualitative.

  • 4223 questionnaires ont été complétés sur 9217 salariés soit 45,8% de participation. Pour l’UNSA ce résultat est décevant (pour rappel en 2010, 52% des salariés avaient répondu).

Participation par Secteur : 

MGEN - - - - - - - -   61%

ASS - - - - - - - - - -   24% 

Centres de Santé - 71%

Union            - - - - - - - - - - 61%

Pour l’UNSA la participation très disparate à l’enquête nous permettra néanmoins d’avoir une analyse précise et fine des résultats sur 3 des 4 secteurs (MGEN Technologies n’avait pas encore rejoint l’UES).

Sur ASS, où seul 24% des collègues ont répondu, la vraie question reste de savoir pourquoi, malgré les réserves et remontées quant au manque d’accès informatique, d’autres modalités de réponses n’ont pu être retenues ???

Cette faible participation très problématique des Etablissements ASS modère largement les chiffres de la participation globale !

Ces éléments permettront-ils de tirer des conclusions fiables ?

Autre donnée : le taux « d’hyper-stress » dans l’entreprise (d’un peu moins de 30%) est supérieur au panel des entreprises de même nature réalisé par le cabinet Stimulus.

Les facteurs de risques dans l’UES 

1) La Charge de travail

  • Fréquence des imprévus
  • Charge quantitative (quantité/délais)
  • Rythme

2) La conduite du changement

  • Fréquence des changements
  • Perception de son avenir

3) Clarté d’organisation

  • Qui fait quoi ? Qui décide de quoi ?

4) Reconnaissance

  • Cohérence travail/rémunération

Les facteurs de protections 

1) Fierté d’appartenance

  • A son métier
  • A la MGEN

2) Intérêt du travail

  • Possibilités d’apprendre
  • Intérêt de l’activité quotidienne

3) Autonomie

4) Reconnaissance des effort   

Dans un deuxième temps le cabinet Stimulus doit se rendre dans divers centres de travail des entités de l’entreprise pour interroger en face à face des salariés (sur la base du volontariat et de l’anonymat).

Suite à ces entretiens, et sous réserve d’un bon niveau de participation, le cabinet devrait ENFIN nous communiquer les résultats de cette enquête.

L’UNSA ne manquera pas de vous informer au fur et à mesure de la restitution des résultats.

Le contexte particulier de l’entreprise nous incite à vous rappeler l’importance de se syndiquer et de nous donner, par vos voix et vos adhésions, toute légitimité à œuvrer en votre nom.

Syndiquez-vous UNSA, faites adhérer autour de vous… c’est plus que jamais nécessaire.

Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

février

Chroniques –  février 2016

 

Vache maigre pour les établissements en 2016

                        Tandis que la MGEN n’a su prendre qu’en partie la mesure du profond malaise qui grogne dans le Secteur MGEN depuis plusieurs mois…. elle laisse une fois de plus les établissements sur le bord de la route.

Quelle est la « plus-value » pour un salarié ASS d’appartenir au Groupe MGEN ?

L’UNSA a posé la question et la réponse de l’employeur, édifiante, confirme que le parent pauvre de cette grande entreprise compte près de la moitié de ses salariés !

ASS devra se contenter de très peu !!!

Et la réponse, aussi nécessaire que justifiée, parvenue pour nos collègues du Secteur administratif (une prime exceptionnelle de 500€ brut) est aujourd’hui insuffisante.

En effet, la migration des offres (abandon de la mutuelle globale au profit d’un panel d’offres pour les mutualistes) cumulé aux changements tarifaires et à l’accueil MGET ont créé une situation inédite : une charge de travail exponentielle et une pression autour de l’accueil des mutualistes ; phénomène concentré au 1er janvier dont la charge se manifestera encore dans les mois à venir.

Dans ce contexte si spectaculaire pour MGEN et si « chronique » pour ASS, l’UNSA a consulté ses adhérents pour arrêter sa position : nous ne signerons pas le protocole NAO… trop de salariés sont oubliés dans cette négociation

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

La NAO point par point…

Pour information, la NAO aborde tous les secteurs de l’UES-MGEN à savoir : MGEN, ASS, Centres de Santé, Union et depuis le 1er janvier, MGEN Technologies (ex-Chorégie) et se décline pour les 4 Conventions Collectives existantes : UGEM, FEHAP, convention des médecins Centres de Santé et Syntec. Notre délégation de négociation UNSA a donc logiquement intégré notre collègue, Jean Barret, par ailleurs secrétaire du Comité d’Etablissement MGEN Technologies.

Pour le détail des mesures UGEM et Syndec, reportez-vous aux flash-infos de notre site.

UES

      Augmentation de la « rémunération seuil » : le salaire plancher dans l’entreprise est valorisé à 115,2% du SMIC soit 20 280€ par an et 1690€ brut par mois (1300 salariés du Groupe devraient être concernés, sur MGEN et ASS principalement).

L’UNSA, qui reste favorable à un 1er salaire révisé régulièrement, n’est pas dupe des effets pervers de ce mécanisme. Les nombreux bas salaires de notre secteur, corrigés par certaines mesures comme la revalorisation des aides-soignants et AMP en 2015 (également concernés par cette rémunération seuil), bénéficient donc de 2 mesures qui peuvent s’annuler entre elles. Le gommage du rattrapage salarial et de l’ancienneté est mécaniquement activé par cette mesure SMIC. Nous regrettons ici que la MGEN ne « s’attaque » pas aux « coefficients de référence » de ces métiers, tels qu’ils sont définis par la FEHAP.

      Mise en place de l’Indemnité Kilométrique Vélo (IQV).

D’ores et déjà nous savons que l’IQV sera de 0,25€ du kilomètre et plafonnée à 200€ par an.

Le syndicat UNSA était demandeur et avait inscrit cette revendication en début de NAO. A côté de la satisfaction de voir cette nouvelle mesure appliquée (non obligatoire selon la loi), nous mesurons son caractère assez anecdotique au regard du vrai problème de notre secteur : la stagnation depuis 2010 des salaires !

Concernant la mise en œuvre de l’IQV (modalités ? déclaratif ? rétroactivité ? …), une séance de négociation est programmée le 5 avril prochain : Marc Schiele, Valérie Laurent, Michel Laugier et Xavier Perez composeront la délégation UNSA.

    Octroi d’une enveloppe de 0,1% de la masse salariale pour compenser les écarts de salaires femmes / hommes. Sans commentaire….

      Modification du « CESU garde d’enfant(s) » : l’utilisation du chèque sera possible jusqu’aux 6 ans de l’enfant. La MGEN annonce 500 enfants de plus concernés ; aujourd’hui près de 1200 salariés en sont bénéficiaires.

L’extension du CESU en faveur des gardes des 3-6 ans, dépenses couteuses et parfois acrobatiques pour les salariés parents isolés et/ou ceux contraints à des horaires décalés (nuits, week-end…), va dans le bon sens pour financer les très nombreux temps périscolaires.

FEHAP : MGEN Action Sanitaire et Sociale

      Revalorisation salariale de certains métiers : masseur-kinésithérapeute, ergothérapeute, psychomotricien, orthophoniste et « certains médecins spécialistes ». Une enveloppe, annoncée comme conséquente (0,85% de la masse salariale), est accordée.

Malgré des demandes répétées, nous ne savons pas quelles spécialités médicales sont concernées ???

L’UNSA, fidèle aux positions actées dans le cadre de l’intersyndicale (regroupant les 4 syndicats représentatifs : CFDT, CGT, CGC et UNSA), a revendiqué une augmentation générale des salaires, pour tous… Les majorations par métier, sur des fonctions dites « en tension », ne sont pas suffisantes. Même si nous pouvons adhérer à des actions plus ciblées, notre demande légitime pour que tous les salariés bénéficient d’un geste n’a pas été entendue !

Pour ASS, notre organisation syndicale a plaidé pour la mise en œuvre d’un point MGEN (à intégrer au calcul du salaire) permettant de pallier les carences du point FEHAP, inchangé depuis 2010 !!!

La MGEN n’a visiblement que peu d’ambition pour les salariés de ses établissements.

 

      L’attribution de 0,3% de la masse salariale pour le financement des promotions

Le flou de cette mesure nous fait craindre qu’elle ne soit que partiellement mise en œuvre : il revient à chacun, représentant du personnel sur le terrain (Délégué du personnel et /ou Délégué syndical) de la faire valoir en local, au sein de chaque établissement. Il nous faut rendre ces promotions à la fois concrètes et plus lisibles.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Alors que l’employeur avait listé dans les propositions une supposée augmentation du point Fonction Publique… ayant une incidence probable sur celui de la FEHAP (« on est un peu, là, dans le roman d’anticipation…»), cette disposition n’était déjà plus abordée lors de la dernière séance de négociation… sans doute trop hypothétique.

Enfin, la MGEN nous annonce que la prime d’intéressement de cette année devrait être calculée et versée ? pour fin avril / début mai à l’ensemble des personnels de l’UES. 

En résumé, beaucoup d’incertitudes et de trop modestes perspectives pour ASS !

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Calendrier des prochaines réunions :

-          CE ASS : 17 mars

-          CCE : 22 mars

-          CHCT Mutuelle : 24 mars

-          Commission Paritaire de Négociation : IQV + Prime décentralisée FEHAP

-          Bureau UNSA : 6 avril