infos 2015

décembre

Contexte social : une situation préoccupante qui appelle une réaction de l’employeur …

Alors que nous sortons d’une année éprouvante marquée par un dialogue social difficile avec l’employeur ; en témoigne l’absence de signature pour l’UNSA de nombreux accords tels que la NAO 2014-2015, le protocole expérimental « ambition réseaux », le contrat groupe obligatoire ;

Nous devons collectivement faire face à une situation inédite générée par la bascule des nouvelles offres, la nouvelle tarification, l’accueil de la MGET.

Le personnel déjà éprouvé au cours de l’année par des exigences élevées en terme de qualité de service et de résultats commerciaux, par des effectifs sur le fil du rasoir, et par de nombreuses évolutions métiers, fait aujourd’hui face à une montagne d’appels, de mails, de visites d'adhérents de plus en plus agressifs, de courriers sur l’ensemble des structures qui nous composent (SD/CT/CA).

La situation est extrêmement difficile pour les personnels, les mesures prises par l’employeur, telles que l’ouverture d’un nouveau centre d’appels à Nantes, le recours à un prestataire externe pour la gestion des flux téléphoniques, insuffisantes au regard du contexte qui s'aggrave.

L’UNSA-MGEN s’est donc adressé directement à notre président, Thierry BEAUDET, et à l’équipe dirigeante, afin qu’au-delà des mots, nous puissions, par une organisation plus efficiente, par un management réconfortant, par des temps de repos supplémentaire et par un encouragement  financier significatif, rassembler les énergies, maintenir une cohésion collective pour répondre aux mutualistes de la meilleur façon qui soit.

Voir site… UNSA-MGEN (y compris revendications salariales 2016).

NAO

Alors que c’est ouvert ce 16 décembre la NAO (Négociation Annuelle Obligatoire)  dans ce contexte, L’UNSA-MGEN rappelle ces principes et demande à l’employeur la prise en compte de ses revendications fort de sa représentativité (premier syndicat du secteur MGEN). Avant tout, l'attribution d'une prime immédiate exceptionnelle.

Nous privilégierons une approche collective en demandant une revalorisation générale de l’ensemble des salariés d’au moins 2.5% sur l’ensemble des éléments de rémunérations intégrant le salaire de base  mais aussi les éléments de la partie du choix (ligne du BS jamais indexée  ces dernières années) !!

La MGEN devra également tenir compte des salariés laissés pour compte l’année dernière (CA/CT, APS, SPS, CDD, Personnels en cours de CQP).

Enfin, fort de l’intégration de la MGET, un nivellement par le haut nous semble nécessaire sur la rémunération globalement, et, pourquoi pas, sur le temps de travail.

A ce stade, alors que nous savons que le plus dur est à venir, la réponse fournie par l’employeur n’est pour l’heure pas assez forte, ou plutôt si en NAO ce jour il nous annonce rien de plus qu'en 2014 !!! En dépit de l’allégement accordé sur les journées du 24 et du 31 (fermeture respective à 12h et 14h, 3 heures de l’après midi offertes et maintien du chèque déjeuner).

Vous l’avez compris, le refus d'attribuer, à ce stade, une prime spécifique ou de construire un accord particulier pour obtenir un retour sur investissement, conformément aux demandes que vous formulez à travers nos organisations, ne peut pas nous laisser sans réaction.

Un camarade, en réunion NAO ce matin, a évoqué une  mobilisation nationale forte… 

Depuis quelques semaines vous êtes nombreux à nous demander de passer par la grève s'il le fallait afin que l'employeur MGEN comprenne la hauteur du malaise et le besoin fort de reconnaissance pécuniaire par un acte immédiat.

En responsabilité, l'UNSA-MGEN invite l’employeur MGEN à prendre l'exacte mesure de la situation, de la détresse et de l’extrême fatigue des salariés, pour agir plutôt que réagir à des mouvements légitimes de ras-le-bol, de dépit et de contestation qui pourraient naitre face à l’absence d'écoute, de reconnaissance du redoublement d’efforts que nous sommes pour l’heure en train de fournir.

Déjà ici où là, la contestation s’exprime, l’usure se ressent, les arrêts pleuvent, les rapports humains se tendent quand délai et qualité de traitement doivent être préservés et les résultats commerciaux  être atteints coute que coute.

Le contrat groupe obligatoire

A ce stade, nous attendons toujours des réponses relatives  aux conséquences de la mise en place de la complémentaire santé obligatoire.

L’UNSA-MGEN considère que les adhérents « salariés » de l’offre globale et leurs bénéficiaires doivent se voir appliquer la même lecture statutaire et les mêmes opportunités de migration vers les offres MSP que les adhérents actuels.

Le flou entretenu et la distinction (entre salariés et les autres adhérents) que semble vouloir faire l’employeur est inéquitable donc intolérable, tout comme l’accès restreint aux offres additionnelles.

L’absence de réponses claires aussi cruciales que les modalités d’adhésion à l’offre prévoyance actif et affinité, le devenir et les choix possibles des adhérents salariés  et de leurs familles notamment leur accessibilité aux statuts de Membre Participant Associé, le sort des bénéficiaires de prestations prévoyance tels que le handicap, les prestations orphelinat,  la couverture internationale, le sort des salariés retraités… nous laisse là encore interrogatifs sur la volonté de l’employeur à se préoccuper sincèrement de notre protection sociale.

Enfin, nous attendons toujours de l’employeur qu’un travail pédagogique précis  soit entrepris, au-delà de la brochure technique, auprès des salariés  concernant nos garanties prévoyances « CHORUM » encore trop méconnues de tous.

MGEN Technologie dans l’UES

L’UNSA-MGEN se félicite de l’arrivée de nos collègues dans  l’UES et signera le protocole afférent à leur intégration.

En réintégrant l’informatique en son sein, la MGEN se donne les moyens de préserver l’emploi, de parfaire sa pertinence technique, de mettre en place des processus et outils  spécifiques  nécessaires pour gagner en agilité collective.

Nous avons accumulé du retard en la matière, par cette décision nous pensons que la MGEN s’oriente sur le bon chemin.

Le Conseil d’Administration MGEN     

-Une action militante salvatrice

L’état et les décideurs politiques menaçaient, très concrètement, dans sa loi de finance de la sécurité sociale de s’attaquer à nos prérogatives en matière de gestion sécurité sociale.

Nous félicitations la qualité du travail de  lobbying fait par les élus et militants MGEN, qui a permis de défendre le modèle MGEN, de préserver en partie (pour un temps au moins)  nos spécificités en matière de gestion dédiée du régime sécurité sociale de nos « assurés/adhérents », et, par la même de défendre nos emplois.

Cela est réconfortant, même si c’est un travail de tous les jours qu’il conviendra d’entretenir avec force et conviction.

- Renouvellement de nos mandant

Suite au processus électoral et grâce à vos votes, Monique AFONSO (déléguée centrale Cadre UNSA-MGEN) et Jonathan  FERRARI (secrétaire général adjoint UNSA-MGEN) poursuivront leur missions de représentation au sein de cette instance pour porter auprès des administrateurs vos préoccupations quotidiennes, pour anticiper les impacts et les risques sur les personnels des décisions stratégiques qui y sont prises.

Nous vous remercions de votre mobilisation et de votre soutien.

Le CPF

Depuis le 1er janvier 2015 le Compte Personnel de Formation remplace le Droit Individuel à la Formation (DIF), qui a lui-même pris fin au 31 décembre 2014. Le CPF est attaché à la personne, il est ouvert dès l’entrée dans la vie professionnelle (16 ans) jusqu’au départ en retraite.

En janvier 2015, un courrier a été envoyé par la MGEN afin de vous informer du nombre d’heures acquises au titre du DIF et non consommées au 31 décembre 2014.

Quoi faire ?

Vous devez reporter les heures acquises jusque là sur le site dédié afin de ne pas les perdre sur :

http://www.moncompteformation.gouv.fr/

Il est indispensable de vous inscrire sur ce site afin de créer votre compte personnel même si vous n’avez pas, pour l’instant, de projet de formation.

Chaque salarié doit créer son compte personnel avant le 31 mars 2016.

Pourquoi faire ?

Les formations éligibles au CPF

Il s’agit des formations permettant :

-  L’acquisition d’un socle de connaissances et de compétences

- L’accompagnement à la validation des acquis de l’expérience (VAE)

- L’acquisition d’une partie ou de la totalité d’une certification ou d’un diplôme.

Comment faire ?

La demande doit être faite auprès de l’employeur :

•  au moins 60 jours calendaires avant le début de la formation, lorsque la durée de cette dernière est inférieure à 6 mois

•  au moins 120 jours calendaires avant le début de la formation, lorsque la durée de cette dernière est supérieure ou égale à 6 mois.

La réponse de l’employeur doit être apportée au salarié dans un délai de 30 jours ; défaut de réponse valant acceptation.

Une information employeur devrait être prochainement accessible.

 

Nous vous souhaitons, malgré tout,

Une bonne fin d’année auprès des vôtres,

2016 sera à n’en pas douter une année chargée !!

A venir pour 2016 :

Intégration MGET, transferts MFPS, Suivi et élargisse.

Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants !

Ne soyez pas résignés, rejoignez nous !

 

 

infos

INFOS 2015

- décembre

- 23 novembre

- 15 octobre

- 07 octobre

- septembre 2

- septembre

- juin

- mai

avril

février (2)

février (1)

janvier

novembre

Complémentaire santé obligatoire pour tous les salariés UES-MGEN

Au CCE du 28 octobre, l'UNSA-MGEN a insisté sur la nécessité de répondre à nos revendications sur le calcul des cotisations, la participation sur toutes les offres et un alignement de la cotisation enfant sur nos mutualistes. La MGEN n'a rien voulu savoir et a indiquer refuser de faire un pas de plus en CCE sur ces sujets !! L'UNSA-MGEN forte de l'expression de sa commission exécutive et de vos mandats, s'est abstenu sur le protocole présenté en CCE car le travail effectué par nos représentants en négociation a permis d'aboutir à un bon accord santé, mais le système injuste de cotisation et l'abandon de la notion de solidarité ont justifié du refus de signature de l'accord présenté (lire la suite).

Rappel : L’ANI (Accord National Interprofessionnel) impose aux entreprises la mise en place d’une complémentaire santésous la forme d'un contrat de groupe pour tous les salariés de l'entreprise à compter du 1er janvier 2016.

L’UNSA vous informe de la situation sur la complémentaire santé applicable le 1er janvier 2016.

L’UNSA s’est positionnée, comme un acteur incontournable de la négociation : à travers notamment ses propositions en matière de garanties.

Malgré une expertise de terrain, et  la participation continue des ses élus locaux (DS, DP), l’UNSA regrette de ne pas avoir été pleinement entendue sur les cotisations en fonction du salaire, sur la prévoyance et l'action sociale...

En dépit de niveaux de garanties solides, l’UNSA-MGEN estime qu’il y a une rupture philosophique importante et une discrimination envers les salariés et les familles les plus fragiles.  C'est pour nous  inacceptable.

Par conséquent, le syndicat "UNSA-MGEN", après avoir sollicité l’avis de sa commission exécutive,fort des réactions de ses adhérents et sympathisants, décide de ne pas signer l’accord proposé par l’employeur sur la complémentaire santé  obligatoire d’entreprise malgré les pressions importantes qu'il a pu subir! L'UNSA-MGEN se réservant le droit de négocier en matière de prévoyance et de faire évoluer cet accord notamment en matière de solidarité (cotisation/ participation) conformément à son article 13.

L’employeur pourra cependant appliquer cet accord en l’état du fait de la signature de 2 organisations syndicales …qui malheureusement, par dogme plus que par sens des responsabilités, n’ont pas su être solidaires de nos positions et ainsi pousser l’employeur à d’ultimes aménagements en faveur des familles et des plus nécessiteux d’entre nous.

Les tarifs du Contrat Groupe Obligatoire:

Régime Général

Garanties socles

% PMSS

Euros

Reste à charge

Salarié  65% participation

1,61%

51,04€

17,86€ brut

Conjoint

1,61%

51,04€

51,04€

Enfant<18 ans

0,63%

19,97€

19,97€

Enfant >18 ans

1,11%

35,16€

35,19€

 

Gratuité au delà du 3em enfant

Garanties renforcées

% PMSS

Euros

Reste à charge

Salarié  65% participation

1,92%

60,86€

27,68 brut

Conjoint

1,92%

60,86€

60,86€

Enfant<18 ans

0,77%

24,41€

24,41€

Enfant >18 ans

1,34%

42,48%

42,48€

 

Gratuité au delà du 3em enfant

 

Les tarifs du Contrat Groupe Obligatoire:

Régime Alsace /Moselle

Garanties socle alsace moselle

% PMSS

Euros

Reste à charge

Salarié  65% participation

1,13%

35,82€

12,54 brut

Conjoint

1,13%

35,82€

35,82€

Enfant<18 ans

0,44%

13,95€

13,95€

Enfant >18 ans

0,78%

24,73%

24,73€

 

Gratuité au delà du 3em enfant

Garanties renforcées alsace moselle

% PMSS

Euros

Reste à charge

Salarié  65% participation

1,34%

42,48€

19,20 brut

Conjoint

1,34%

42,48€

42,48€

Enfant<18 ans

0,54%

17,12€

17,12€

Enfant >18 ans

0,94%

29,80%

29,80€

 

Gratuité au delà du 3em enfant

A savoir, pour mieux comprendre et choisir:

      La participatio de 65% s’applique uniquement sur la cotisation du Salarié et sur la base de l’offre socle (la différence de coût entre les garanties socles et renforcées sont à la charge du salarié).

      Le salarié est libre de choisir le niveau « socle » ou « renforcé »

      Tous les deux ans, un changement de Gamme peut être sollicité sauf cas spécifiques (déménagement, mariage, naissance …)

      Les bénéficiaires couverts ne peuvent opter pour une gamme différente

      Les seuls cas de dispense sont les suivants : contrat de moins  de 12 mois/ bénéficiaires de l’ACS et/ou CMU-C / régime local d’assurance maladie du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle / dispositif de prévoyance complémentaire collectif obligatoire (via le(la) conjoint(e))

      Le salarié peut compléter sa couverture prévoyance au-delà de Chorum en souscrivant à l’offre « prévoyance actif Seul ».

Ainsi il garde le statut de Membre participant, dispose de prévoyance renforcée, donnant accès à l’action sociale mutualiste et l’intégralité des offres additionnelles.

Les tarifs :

 

Moins de 30 ans

De 30 à 34 ans

De 35 à 39 ans

De 40 à 49 ans

A partir

De50 ans

Cotisation en % du salaire Brut

 

0,56%

 

0,59%

 

0,67%

 

0,95%

 

1,24%

 

      Le conjoint peut compléter sa protection en souscrivant à l’offre « MGEN prévoyance affinité », ou s’il veut se dissocier du salarié MGEN accéder au statut de « Membre participants Associé » en santé et prévoyance.

Les tarifs :

Prévoyance seule

MGEN prévoyance affinité

age

Cotisation annuelle

Cotisation mensuelle

De 0 à 29ans

30,00€

2,50€

De 30 à  34

33,00€

2,75€

De 35 à  39

39,00€

3,25€

De 40 à  44

42,00€

3,50€

De 45 à  49

51,00€

4,25€

De 50 à  54

63,00€

5,25€

De 55 à  59

72 ,00€

6,00€

De 60 à  64

81,00€

6,75€

De 65 à  69

90,00€

7,50€

De 70 à  74

102,00€

8,50€

De 75 à  79

123,00€

10,25€

De 80 et +

147,00€

12,25€

 

MEMBRES PARTICIPANTS ASSOCIES

ET BENEFICIAIRES CONJOINTS

SANTE

ET

PREVOYANCE

 

MGEN initiale

MGEN équilibre affinité

MGEN référence affinité

MGEN intégrale affinité

âge

Cotisation annuelle

Cotisation mensuelle

Cotisation annuelle

Cotisation mensuelle

Cotisation annuelle

Cotisation mensuelle

Cotisation annuelle

Cotisation mensuelle

                   

 

De0à 29ans

336,00€

28,00€

432,00€

36,00€

417,00€

34,75€

477,00€

39,75€

De 30 à  34

351,00€

29,25€

519,00€

43,25€

501,00€

41,75€

579,00€

48,25€

De 35 à  39

384,00€

32,00€

579,00€

48,25€

561,00€

46,75€

645,00€

53,75€

De 40 à  44

582,00€

48,50€

669,00€

55,75€

648,00€

54,00€

735,00€

61,25€

De 45 à  49

621,00€

51,75€

705,00€

58,75€

681,00€

56,75€

780,00€

65,00€

De 50 à  54

639,00€

53,25€

714,00€

59,50€

687,00€

57,25€

786,00€

65,50€

De 55 à  59

660,00€

55,00€

729,00€

60,75€

702,00€

58,50€

801,00€

66,75€

De 60 à  64

681,00€

56,75€

744,00€

62,00€

714,00€

59,50€

813,00€

67,75€

De 65 à  69

696,00€

58,00€

762,00€

63,50€

732,00€

61,00€

831,00€

69,25€

De 70 à  74

705,00€

58,75€

774,00€

64,50€

741,00€

61,75€

840,00€

70,00€

De 75 à  79

717,00€

59,75€

783,00€

65,25€

756,00€

63,00€

855,00€

71,25€

De 80 et +

744,00€

62,00€

816,00

68,00€

783,00

65,25€

876,00€

73,00€

 

      Le salarié doit faire ses calculs, dans certains cas il peut être intéressant de basculer les enfants avec son ou sa conjointe/ voir de leurs faire souscrire une offre MGEN FILIA ou autre pour les plus de 18 ans !

      A la retraite le salarié aujourd’hui adhérent à l’offre globale devrait pouvoir réintégrer les offres « MGEN Santé  Prévoyance ».

(Tarif compris en 4,02% et 4,82% de la pension selon l’offre choisie et l’âge)

Pour les autres, rien n’est moins sur…sauf si subitement il décide d’adhérer avant la fin de l’année dans le cadre des opérations « portes ouvertes » aux offres MSP actuelles, dans le cas contraire le salarié pourra rester à la retraite dans le contrat s’il le souhaite pour une cotisation majorée de 40% hors participation.

Par exemple, pour l’offre socle un salarié passe de 17,86€ en activité à 71,46€ en retraite.

Ce qui malheureusement n’est pas si excessif au vu du niveau de garantie et des prix pratiqués par la concurrence.

      L’UNSA à sollicité auprès de l’employeur une attention particulière et un éclaircissement pour les salariés et/ou leurs bénéficiaires disposant de prestations en cours.

Une communication spécifique devrait être faite par l’employeur… Tout contrat additionnel en cours (rassurcap, sollicitude, assurance de prêt..) perdure naturellement.

      Nous restons en attente de précisions sur l’accès via le contrat groupe à l’ensemble des offres additionnelles, notamment pour ce qui est des prestations "habitat"

L’employeur MGEN devrait communiquer rapidement auprès des salariés :

- Un bulletin d’adhésion sera fourni par l'employeur permettant d’opter pour le niveau de garanties souhaité, de rattacher le cas échéant ses bénéficiaires.

-Une attestation, de mutuelle obligatoire sera fournie aux salariés ne disposant pas de l’ « offre globale » permettant aux salariés de démissionner de leur contrat actuel dans un délai d’un mois. Les autres basculeront automatiquement.

-Une communication sur les garanties CHORUM serait en cours de réalisation, pour rappeler aux salariés leur niveau de garanties actuelles en prévoyance.

-Un « questions /réponses » sera communiqué permettant de répondre aux nombreuses interrogations qui se posent

N’oubliez pas d’organiser des réunions syndicales pour informer, récolter les questions, de poser vos questions à l’employeur en réunions DP…

Elections aux Conseils d’Administration

Les élections pour le renouvellement des salariés qui assistent aux conseils d'administration des mutuelles de l'UES MGEN va avoir lieu du 12 Novembre au 4 décembre seuls les délégués du personnel titulaires et les élus titulaires des différents CE votent.

L'UNSA MGEN soutien les candidatures et demande aux DP titulaires de voter pour :

  Jonathan FERRARI et Monique AFONSO pour MGEN

Marc SCHIELE et Mireille DEVILLERS pour MGEN ASS

Jeanne DAVID pour MGEN union

Accéder à l’historique des interventions :

http://www.unsa-mgen.fr/142830263

Négociation Annuelle Obligatoire

Elle va s’ouvrir prochainement, ce sera pour nous, entre autre,  l’occasion de revendiquer des hausses de Salaires pour toutes et tous en tenant compte du travail collectif.

Par ailleurs, sur la base de la négociation réalisée l’année dernière, une prime de performance devrait-être, en cas de réussite commerciale, versée en début d’année prochaine aux seuls salariés du développement (RE, CM, CADS)!!

Un complément d’intéressement pourrait- être versé (sans garantie à ce stade et peut être sans recours à la grève) d’ici la fin de l’année si le Conseil d’Administration estime là encore les efforts des salariés à hauteur des objectifs qualitatifs et quantitatifs fixés

Ambition réseaux

la commission de suivi devrait se tenir d’ici la fin d’année. Nous sommes preneurs de toutes vos remarques et expériences.

 

 

Pour rester : Plus forts ensembles,

Communiquons et restons vigilants !

Ne soyez pas résigné(e)s, rejoignez nous !

 

15 octobre

Bulletin info flash « brèves»

Octobre 2015

Commission paritaire nationale du 15.10

Téléphone secrétaire général 06.07.19.29.27.

Complémentaire santé obligatoire pour tous les salariés UES-MGEN..

Voilà ce que la MGEN nous propose après la négociation du 15 octobre 2015, nous avions envoyé à l'employeur (anonymement bien sur), parce que cela nous semblait important, vos nombreuses réactions et indignations.

La MGEN nous a proposé quelques aménagements, n’oubliant pas au passage de nous faire savoir qu’il serait bon que les salariés réfléchissent avant d'écrire de tels discours avec des propos quelquefois injurieux…  

Les représentants employeurs rappellent qu'ils font face à un dispositif législatif qu’ils n’ont pas choisi et auquel certains ont participé en signant l'Accord National Interprofessionnel …

L’UNSA rappelle qu'il est un syndicat représentatif des salariés qui s’expriment et qui lui accordent leurs voix.  

L'UNSA-MGEN reste solidaire des expressions de mécontentement qui témoignent, sans aucun doute possible, de la connaissance de la mutuelle et du partage de ses valeurs, malheureusement autant que d’une lassitude liée à la dureté des conditions de travail et à la sourde oreille souvent affichée par la hiérarchie.  

Cependant cette force dans l'expression marque aussi un attachement fidèle à la solidarité et à l’équité qu’ils sont en droit d’attendre d’un acteur tel que la MGEN. 

Le sujet ici négocié faisant directement écho à notre cœur de métier : la mutuelle.  

Nous avions tous les ingrédients pour que la passion et la raison se confronte !!

Pour ne rien vous cacher le climat était relativement tendu. 

Voici donc les éléments nouveaux : 

  • ØSur la retraite, la MGEN s’engage à étudier prochainement les conditions de réintégration aux offres Santé Prévoyance en retraite, et demande à ce qu’on lui fasse confiance car un travail approfondi sur les statuts doit être fait…
  • ØSur les offres additionnelles, la MGEN nous précise que l’étude technique est toujours en cours, que son souhait est de rendre possible un accès complet moyennant cotisation …et demande là encore à ce qu’on lui fasse confiance.
  • ØSur la cotisation, la MGEN a répondu à nos sollicitations par un effort : en réduisant le tarif de la cotisation enfant en moyenne de 5 euros par rapport à la proposition initiale et en  proposant également la gratuité à compter du 4ème enfant.

Il accepte d'augmenter sa participation sur la cotisation "garantie socle" du salarié à hauteur de 65% au lieu des 50% minimum imposés par la loi.

De plus, l’employeur propose de permettre aux salariés faisant face à une suspension de contrat (congé formation/sabbatique/parental) de pouvoir rester dans le contrat pendant un an et de continuer de participer financièrement lorsque cela est en rapport avec la parentalité. 

La proposition finale : 

L’organisme assureur est MGEN Filia/ L’organisme gestionnaire est ISTYA Collectives.

 

 

Couverture santé « obligatoire »

(au choix entre  1 et 2)*

 

 

Prévoyance (contractuelle)

 

Prévoyance

MGEN

(Facultative)

 

 

Niveau 1 « Socle »

Proche des   garanties santé « référence »

 

Niveau 2 « Renforcé»

Proche des   garanties santé « intégrale »

 

Garanties

« Chorum »

 

offre

« Santé Prévoyance »

Prévoyance actif seuls

Reste à charge* :

Salarié:17,86€ brut(26,53€)

Conjoint : 51,04€

Enfant-18ans : 19,97€ (25,04€)

Enfant+18ans :35,19€ (39,31€)

Reste à charge* :

Salarié:27,68€ brut (36,04€)

Conjoint : 60,86€

Enfant-18ans :24,41€(30,43€)

Enfant+18ans :42,48€(46,92€)

Charge salariale

% du salaire

fonction

de l’âge…

Offres

Additionnelles

(Facultative)

Payé par le salarié

   Accès A l’étude !!!?

-complément   d’autonomie /RASSURCAP/Sollicitudes/habitats…

 

*sauf régime SS Alsace/Moselle - tarifs spécifiques 

Le syndicat "UNSA-MGEN" est bien conscient que l’accord proposé préserve des niveaux de garantie santé  solides et permet un tarif attractif pour le salarié seul.

Nous connaissons tous le caractère obligatoire d'un accord sur la santé mais l'UNSA-MGEN ne peut pas occulter les garanties qui nous couvraient en matière de prévoyance. 

Suite à notre expression précisant que CHORUM ne proposait pas le même niveau de garantie en matière de prévoyance, L'employeur MGEN nous rappelle que nous pouvons souscrire "prévoyance actif seul".

Forts de vos expressions nous avons rappelé notre attachement fort à une différenciation de la cotisation en fonction des revenus et demandé à établir plusieurs tranches y compris en fonction du "plafond sécu" (en deçà et au dessus).

C'est le principe même de la solidarité mutualiste que l'employeur n'a pas voulu mettre en œuvre en nous expliquant que cela ne pourrait pas passer sur le secteur MGEN A.S.S…?! 

Même avec les avancées que nous ne pouvons contester, pour certains,  le présent accord fragilise la famille par des cotisations enfants encore trop élevé au regard de celles proposées à nos mutualistes. 

Par ailleurs, le présent accord facilitera l’accès aux garanties « renforcé » pour les familles qui pourront s'acquitter des cotisations correspondantes, au détriment des familles les plus pauvres qui auront encore du mal à assurer même avec une participation à 65% pour le salarié sur la garantie socle, ce qui nous semble contradictoire aux principes et valeurs de l'économie sociale et solidaire.

Enfin, nous regrettons l’absence d’avancée en matière d’action sociale (par un accord interne par exemple) qui ne sera finalement accessible au niveau actuel et uniquement pour le salarié, comme la prévoyance, que par la souscription complémentaire à l’offre « prévoyance actif seul ». Cette souscription volontaire et facultative sera donc pleinement à charge du salarié. 

La bascule à la retraite dans les offres Santé Prévoyance et l’accès complet aux offres additionnelles  restent malheureusement non garanties à ce stade bien qu’à l’étude.

Pour  L’UNSA, la négociation aurait mérité davantage de temps et d'écoute, une fois de plus à l'image "d'ambition réseaux", davantage de concertation même si la négociation est restée constructive (65% de participation employeur). 

L’UNSA s’est positionnée, comme un acteur incontournable : à travers notamment ses propositions en matière de garanties. Grâce à une expertise de terrain, un travail comparatif rigoureux a été effectué sur tous les aspects techniques de toute cette négociation.

L’UNSA regrette de ne pas avoir était pleinement entendue sur les cotisations en fonction du niveau social, la prévoyance, l'action sociale et déplore les conséquences éventuelles sur la motivation du personnel. 

Quoiqu’il advienne la MGEN devra communiquer rapidement avec précisions auprès des salariés, tant sur le dispositif législatif, sur le contenu et niveau  de garanties du dispositif, que sur la prévoyance « Chorum » trop méconnue des salariés. 

Nous vous invitons vivement à réagir et nous faire part de vos sentiments.

Ainsi nous pourrons nous positionner auprès de l’employeur. 

Pour l'UNSA-MGEN il n’est pas question de décider sans vous consulter !!! 

Rappel : L’ANI (Accord National Interprofessionnel) impose aux entreprises la mise en place d’une complémentaire santésous la forme d'un contrat de groupe pour tous les salariés de l'entreprise à compter du 1er janvier 2016.

En résumé, tout salarié devra, en cas de signature par les organisations syndicales représentatives du protocole négocié, se soumettre à la souscription du contrat obligatoire santé d’entreprise.

Certains cas de dispenses sont retenues par la MGEN : contrat de moins  de 12 mois/ bénéficiaires de l’ACS et/ou CMU-C / régime local d’assurance maladie du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle / Si le(la) conjoint(e) dispose par ailleurs d’un contrat groupe famille obligatoire.

 

Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants  

Ne soyez pas résigné, rejoignez nous !

07 octobre

Complémentaire santé : La fin de la mutuelle !

(Telle qu'on la connaissait : chargée de valeurs) !

 

                                                                                          

Rappel : L’ANI (Accord National Interprofessionnel) impose aux entreprises la mise en place d’une complémentaire santésous la forme d'un contrat de groupe pour tous les salariés de l'entreprise à compter du 1er janvier 2016.

 

 

L’UNSA –MGEN qui participe à la négociation d'entreprise en interne se doit de vous informer de  l’avancée des discussions en cours.

 

L’UNSA-MGEN, au regard de l'évolution de la situation, se doit de vous informer qu’Il n’y a pas un syndicalisme (comme certains pourraient l'imaginer) mais des expressions syndicales diverses et quelque fois surprenantes!!

 

L'expression de l'UNSA  se veut représentative, transparente, au cœur des dossiers tout en faisant en sorte que nos négociateurs restent vigilants, exigeants et représentatifs des préoccupations quotidiennes de nos adhérents/sympathisants.

 

Voilà ce que la MGEN nous propose après la négociation du 7 octobre 2015, Nous avons besoin de vos réactions après lecture et avant la prochaine négociation (le 15)…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La proposition :

 

 

Couverture santé « obligatoire »

(au choix entre  1 et 2)*

 

 

Prévoyance (contractuelle)

 

Prévoyance

MGEN

(Facultative)

 

 

Niveau 1 « Socle »

Proche des   garanties santé « référence »

 

Niveau 2 « Renforcé»

Proche des   garanties santé « int égrale »

 

Garanties

« Chorum »

 

offre

« Santé Prévoyance »

Prévoyance actif seuls

Salarié:26,53€

Conjoint : 49,14€

Enfant-18ans : 25,04€

Enfant +18ans :39,31€

Salarié:36,04€

Conjoint : 58,65€

Enfant-18ans : 30,43€

Enfant +18ans :46,92€

Charge salariale

% du salaire

fonction

de l’âge…

Offres

Additionnelles

(Facultative)

Payé par le salarié

  Accès A l’étude !!!?

-complément   d’autonomie /RASSURCAP/Sollicitudes/habitats…

 

La situation est préoccupante !!

Alors que nous avions obtenu des niveaux de "garanties santé" comparables à nos offres Santé/Prévoyance, nous devions finaliser le dispositif sur un certain nombre de points notamment la tarification.

Une fois encore, l’employeur reste sourd à nos arguments et va même jusqu’à faire de la provocation.

Nous rappelant qu’il y a bien deux catégories de personnes à la MGEN, les  salariés et les adhérents.

 

  • ØSur la cotisation, la MGEN met fin, dans sa proposition, à la solidarité et aux valeurs fondatrices que nous défendons au quotidien auprès des adhérents et des futurs adhérents !!

 

Deux exemples :

-fin de La cotisation selon les revenus !

Une cotisation unique pour tous les salariés quel que soit leur niveau de salaire.

Ainsi  cette caractéristique qui nous parait si juste lorsqu’on l’explique à nos mutualistes ne serait qu’un artifice commercial !!

-fin de la solidarité familialeillustrée par les cotisations enfants :

Pas de gratuité pour le 4ème enfant

Multiplication par deux des tarifs actuels, 39,31€ et 46,92€ pour les + de 18ans par exemple !!!

 

 

  • ØSur la prévoyance, Le salarié devra, s’il veut aller au-delà des garanties Chorum, payer un tarif significatif pour souscrire à la prévoyance seule.

Alors que nous demandions un comparatif sur les niveaux de garanties ; la MGEN refuse de jouer la transparence, et fait même obstacle à la diffusion de l’information en refusant de rendre accessible la notice d’information sur le portail.

Rappelons qu’un salarié, en congé parental, sabbatique ou autre, n’à plus de prévoyance par Chorum , son contrat étant suspendu…

Celui qui dispose de garanties en cours (dépendance, handicap…) devra étudier la possibilité de conserver ses prestations via le statut de membre participant associé pour le conjoint  ou en souscrivant à l’offre prévoyance seule pour le salarié moyennant un surcout significatif…

 

  • ØSur l’action sociale, la MGEN refuse l’accès à tous salariés à l’action sociale mutualiste,

En clair, nous n’avons plus de mutuelle mais un contrat santé !!

Un exemple :

Vous êtes seule, en convalescence et avez besoin d’une aide ménagère, la MGEN ne vous viendra pas en aide pour son financement…vous n’êtes pas adhérents !!!

 

  • ØSur la retraite, la MGEN refuse de nous garantir la réintégration en retraite  alors qu’elle avait affirmé le contraire dès le début de la négociation.

 

  • ØSur les offres additionnelles, la MGEN nous avait précisé qu’une étude technique était en cours, mais ne nous a toujours pas apporté de garantie sur la possibilité d'un accès complet…

L’UNSA attend et demande des réponses claires sur les intentions de l’employeur pour le 15 octobre, date, décidée par l'employeur MGEN, de la dernière rencontre sur le sujet !!

 

L’UNSA prendra ses responsabilités si les négociateurs MGEN ne rectifient pas en urgence leur copie.

1/prendre en compte la situation des familles et les inégalités salariales dans le calcul du tarif du contrat groupe obligatoire.

2/rendre accessible l’action sociale mutualiste aux salariés par le biais de la nouvelle mutuelle de groupe.

3/rendre accessible l’intégralité des offres additionnelles aux salariés.

4/garantir aux salariés retraités la possibilité de basculer dans les offres Santé Prévoyance.

 

Préserver les valeurs, prendre soin de ses salariés devrait-être l’orientation de notre employeur mutualiste.

En  profitant d’un dispositif ANI, qu’elle a, par ailleurs, dénoncé à maintes reprises en tribune de son assemblée générale notamment lorsqu’il desservait ses intérêts économiques, pour aujourd'hui insister sur la différence entre salarié et adhérent, comme s'il y avait des mutualistes plus "nobles" ou "méritants" que d'autres,

La MGEN, d'un revers de main, fragilise un peu plus le pacte social.

 

Il y aurait pourtant une opportunité dans cette négociation de créer la cohésion, dont le coût financier serait compensé par le renforcement de la culture d’entreprise source de  performance collective.

 

A ce stade nous en doutons, d’autant plus que d’autres syndicats semblent, comme à leur habitude, prompts à accompagner l’employeur quelles-que soient ses orientations…soyez en conscient !

 

 

 

 

 

 

 

L’enquête bien-être au travail enfin relancée !

 

L’information attendue depuis plusieurs mois est enfin parvenue : la MGEN relance une grande enquête auprès de l’ensemble des personnels. Elle permettra de mesurer la satisfaction des salariés et les risques psycho-sociaux pris au subis au travail.. Des 4 entités du Groupe MGEN… 5 ans après le 1er sondage Axis Mundi.

Cette enquête devrait-être l’outil incontournable pour alimenter le dialogue social entre employeur et organisations syndicales dans les années à venir. A partir des éléments constatés et analysés, vos représentants, siégeant en négociation et au sein des différentes instances (CE, CCE, CHSCT Mutuelle, Observatoire Qualité de Vie au Travail), seront force de propositions.

C’est l’intérêt de tous de participer en nombre à cette enquête, lieu de révélation d’éventuelles difficultés, insatisfactions, problématiques… mais aussi l’occasion d’énoncer ce qui est à valoriser, à partager… tout ceci en complément des expressions rapportées par les organisations syndicales qui vous représentent.


 


L’enquête en quelques mots :

 

  • La démarche est confiée aucabinet STIMULUS

 

  • Elle se déroule sur 3 semaines, dulundi 5 au vendredi 23 octobre 2015

 

  • L’enquête est réaliséeen ligne uniquement; chaque salarié reçoitsur sa boîte mail professionnelle les codes d’accèsnécessaires pour se connecter au site de l’enquête.

 

 

 

MGET

Le processus d’intégration se poursuit, au-delà de nos divergences de point de vue entre l'employeur et les salariés que nous écoutons,

Des disparités financières au niveau des rémunérations et des qualifications qui s'accompagnent d'une réduction  des opportunités d’évolution/promotion pour tous !!

Nous devrons, malgré tout, les accompagner au mieux dans ce nouvel environnement.

Nous savons par avance que vous serez à la hauteur.

Ambition réseaux

Suite à quelques situations rapportées du terrain, l’UNSA est intervenue auprès du président directement afin de signaler des débordements intolérables et de ne pas entraver l'expérience mise en œuvre.

Nous souhaitions disposer des consignes qui seraient données suite à l'application de la décision unilatérale du protocole proposé et non signé par les Organisations syndicales.

Alors qu’aucune diffusion de quelconques directives auprès des secrétariats locaux, organisations syndicales n’avaient été effectuées, sur le terrain, nous constations de nombreux débordements managériaux considérant que dans les régions expérimentales, la décision unilatérale était actée !

Par conséquent les salariés devaient appliquer sans plus d’explication les nouvelles orientations organisationnelles (horaires notamment) en dépit de la précédente, et pourtant en vigueur,  Décision Unilatérale de l’Employeur du 13 mars 2009 relative aux Horaires Individualisés au sein de l’UES MGEN.

La MGEN nous annonce que suite aux échecs de la négociation sur l’expérimentation « ambition Réseaux », elle nous fournira la copie de la nouvelle décision unilatérale sous peu…

Nous devrions l’avoir en main en début de semaine prochaine et ainsi pouvoir partager avec vous les conditions d’application, répondre aux éventuelles questions et autres difficultés inhérentes aux nombreuses contraintes nouvelles que vous seriez en mesures de subir si l’appel au volontariat et à l’intelligence collective n’était pas respecté…

Vos remontées sont primordiales sur ce dispositif !

Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants !

Ne soyez pas résigné, rejoignez nous !                                                              

Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

Prochaine CPN –Commissions Paritaires de Négociation- :

15 octobre

septembre 2

info mi septembre

Complémentaire santé : en direct des négociations

                                                                                    

Quelques éléments de contexte : L’ANI (Accord National Interprofessionnel) impose aux entreprises la mise en place d’une complémentaire santé pour tous les salariés de l'entreprise à compter du 1er janvier 2016. L’ANI fixe à 50% le montant de la participation minimale de l’employeur. L’esprit de cette nouvelle règlementation s’appuie sur la nécessité que chaque salarié ait accès à une complémentaire santé en plus de la protection de base offerte par la sécurité sociale. Le constat d’un nombre important de salariés se privant de mutuelle, faute de moyens, a largement motivé cet accord signé au niveau interprofessionnel.

L’UNSA –MGEN qui participe à la négociation d'entreprise en interne se doit de vous informer de  l’avancée de la négociation en cours.

L’employeur, après nous avoir écouté, nous a fait part d'une série de propositions qu'il semble retenir en matière de garanties santé.

Nous nous dirigeons, peut-être, vers deux niveaux de couverture santé : un premier niveau dit « socle »proche de l’offre Référence,un autre dit « renforcé » proche du niveau de l’offre « Intégrale ».

Le salarié devrait alors arbitrer, entre l’une ou l’autre, moyennant une participation individuelle plus conséquente s’il  optait pour le niveau de garanties le plus élevé, à ce jour nous n'avons aucune idée du montant des cotisations que cela pourrait générer.

Aujourd’hui nous pouvons affirmer que la négociation pourrait permettre d’accéder à une offre santé d’un bon niveau général comprenant :

Les actes médicaux courants, la pharmacie, l’hospitalisation, l’optique, le dentaire, les soins coûteux, le forfait « se soigner autrement » et le forfait « prévention », ainsi que les autres soins (prothèse, audioprothèse, amniocentèse…)

Nous ne pouvons pas fournir un détail précis pour le moment, d’une part parce que la négociation est  en cours et nous n'avons pas d'autres éléments que synthétiques …

La situation pourrait être, pour un salarié actif, la suivante :

 

 

Couverture santé « obligatoire »

(au choix entre  1 et 2)*

Payé par l’employeur et le salarié

 

Prévoyance (contractuelle)

Charge salariale

Prévoyance

MGEN

(Facultative)

Payé par le salarié

Offres

Additionnelles

(Facultative)

Payé par le salarié

 

Niveau 1

« Socle »

 

Niveau 2

« Renforcé»

 

Garanties

« Chorum »

 

offre

« Santé Prévoyance »

Prévoyance actif seuls

-complément d’autonomie

-RASSURCAP

-Sollicitudes

-habitats

Soins courants, hospit, dentaire,   optique, cure thermale…

Décès , invalidité, orphelinat,   IJ…

PID, AJ/IJ, frais funéraires, PTA,   SAD, Action sociale…

         

 

Certains cas de dispense pourraient être acceptés comme : contrat de moins  de 12 mois/ bénéficiaires de l’ACS et/ou CMU-C / régime local d’assurance maladie du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle / dispositif de prévoyance complémentaire collectif obligatoire (le caractère obligatoire s’entendant également pour l’ayant droit)

Ce qu’il reste à discuter, à évoquer, à déterminer :

  • ØLe travail sur la tarification que va nous proposer la MGEN va s’initier en octobre et cela n’étant pas une mince affaire pour les spécialistes chargés de les calculer au plus juste (moyens /besoins/etc..).

Nous attendons sur ce point que l’employeur soit au rendez-vous !!

Les négociateurs de L’UNSA-MGEN considèrent qu’en dépit d’une participation employeur qui ne serait attribuée qu'au salarié, nous ne pouvons pas faire abstraction du poids des cotisations enfants et conjoints dans le cadre d’une adhésion familiale.

Le prix global doit rester accessible au salarié et sa famille, le niveau renforcé de couverture ne doit pas être réservé qu’aux plus aisés d’entre nous et demandons à ce que la marche soit raisonnable et dans la limite de nos possibilités actuelles.

L’employeur devra pouvoir participer à hauteur de nos attentes et certainement au-delà des 50% légaux comme nous le revendiquons depuis le départ

  • ØL’accessibilité et/ou le retour aux offres Santé Prévoyance, devra être éclairci et déterminé. Il nous parait essentiel que les salariés puissent accéder à une mutuelle complète, incluant la santé et la prévoyance y compris lorsqu'ils atteignent l'âge de la  retraite.

Il s’agirait pour L’UNSA-MGEN d’un juste retour des choses notamment  pour ceux et celles qui tous les jours sont au contact du mutualiste. Ils mutualisent, fidélisent, et doivent gérer qualitativement et parfois dans des conditions difficiles, les contrats de plusieurs millions de mutualistes.

Offres MGEN en retraite : SANTE PREVOYANCE

Référence/Equilibre/Intégrale

Offres additionnelles

àSoins courants, hospit, dentaire, optique, cure   thermale…

àDependance, PID, frais funéraires, SAD, Action   sociale…

 

  • ØPour L’UNSA-MGEN, l’accès pour les salariés à l’Action Sociale en section départementale doit être possible pour tous les salariés sans exclusion.
  • ØEnfin, L’UNSA MGEN considère que la gestion de ce contrat de groupe, une fois négociée, se doit d’être effectuée en interne par les salariés du groupe, dans le cadre de la préservation de l’emploi !! Au-delà de notre propre "contrat groupe" la MGEN (filia, istya-co,) doit récupérer à terme tous les contrats de groupe qu'elle a laissé en sous-traitance à ce jour.

Ce capital travail doit rester dans le « giron MGEN »,  nous pourrons ainsi maintenir et préserver la qualité de service que nous défendons et mettons en œuvre au quotidien …

L’UNSA-MGEN, attend donc des avancées constructives et n’entend pas bâcler les la négociation par des contraintes calendaires !

Plus forts ensembles, communiquons et restons  vigilants !                                                                                                                     

Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

 

Prochaines CPN –Commissions Paritaires de Négociation- :

7, 16 et 27 octobre

rentrée

Infos de rentrée :

  • Ø      Mutuelle d’entreprise
  • Ø      Création Centre d’appels de Nantes
  • Ø      Ambition réseaux
  • Ø      Nouvelle prestation CCE

 

En cette période de fortes évolutions de la mutuelle et du monde de l’assurance, à l’heure de la rentrée, face à certaines informations contradictoires des uns et des autres.. UNE INFO UNSA avec  les derniers éléments en notre possession sur plusieurs sujets.

« De votre coté, quelle que soit votre position dans la hiérarchie MGEN (l’UNSA  à la MGEN est le seul syndicat à avoir des élus dans tous les collèges y compris des élus cadres),   il reste impératif que vous puissiez nous faire part de votre quotidien, de vos critiques, de vos interrogations, de vos difficultés, de vos propositions, afin que nous soyons le plus pertinents et le plus représentatifs possible dans nos prises de paroles et défenses de nos intérêts collectifs. »

 

      Mutuelle d’entreprise

(contrat groupe imposé par l’A.N.I. rendu obligatoire)

Beaucoup de rumeurs et fausses informations circulent, alors que la négociation s’est concrètement engagée et qu’elle est loin d’être terminée, nous n’en sommes qu’au début mais il nous parait important de faire le point avec les seuls éléments avérés en notre possession.

Rappel du contexte : L’ANI (accord national interprofessionnel) impose aux entreprises la mise en place d’une complémentaire santé à compter du 1er janvier 2016  et fixe à 50%  le montant de la participation minimum de l’employeur.

A ce jour, les salariés MGEN ont, dans leur grande majorité, choisis  d’adhérer à la MGEN « offre globale » et bénéficient de la participation de l’employeur.

Cependant, Le dispositif législatif ANI impose à TOUS : Employeurs MGEN et salariés MGEN, une évolution réglementaire.

Notre responsabilité, à l’UNSA-MGEN, nous impose de nous battre afin de préserver la qualité de la couverture santé et prévoyance des salariés tout en maintenant les prestations dont nous bénéficions et la  maitrise des coûts associés, afin de ne pas voir nos cotisations monter en flèche !!.

L’UNSA –MGEN  s’inscrit dans la négociation avec  plusieurs exigences:

1/ Garantir un niveau de couverture santé au moins équivalent à celui dont nous disposons actuellement et tenant compte des niveaux de protections proposés aux mutualistes dans les nouvelles offres globales (Equilibre/Référence/Intégrale) et de la force de nos réseaux agrées.

2/ Préserver le niveau de protection des salariés en matière de prévoyance (Maladies, décès, invalidité…).

3/ Permettre aux salariés prochainement retraités de réintégrer les « Nouvelles Offre Globale » à la retraite.

4/ Disposer d’un niveau de participation de l’employeur au-delà de 50% pour le salarié et d’une tarification abordable pour les bénéficiaires.

5/ Permettre aux salariés de continuer à avoir accès aux offres additionnelles (habitat,sollicitude,rassurcap…)                                                                                                                                 

A ce stade, forts de notre expertise du terrain, de notre connaissance approfondie des niveaux de garanties actuelles, nous intervenons pour construire pas à pas un dispositif de qualité. L’employeur semble être réceptif aux arguments présentés et finalement, s’il ne triche pas,   assez proche de nos positions. Il nous dit réfléchir à la faisabilité technique et réglementaire.

Nous ne disposons pas encore de la synthèse de toutes nos exigences prises en compte par la MGEN. Cette synthèse  devrait nous être présentée par la MGEN. Nous pourrons savoir si, comme cela sera désormais le cas pour les mutualistes, la MGEN nous propose ; un ou plusieurs niveaux de garantie.

Cela pourrait permettre à chacun de se positionner en fonction de ses besoins.

Les représentants UNSA-MGEN entendent rester vigilants sur la qualité de la gestion du contrat. Sous toute réserve, sans présumer de l’issue de la négociation, nos contrats seraient gérés par MGEN-FILIA.

L’UNSA-MGEN rappelle qu’il serait bon que les dossiers soient intégralement traités par les centres de gestions MGEN pour le compte de Filia.

La négociation se poursuit avec des points importants tels que la tarification et le niveau de prise en charge de l’employeur, le montant de la cotisation des bénéficiaires enfants et conjoints, les modalités de dispenses d’adhésion, les niveaux de garantie santé et prévoyance, le volet action sociale (garantie des prêts-soins coûteux- dépendance ni handicap- perte d'autonomie- frais d'obsèques de 800 €- prestation décès- orphelinat- aide ménagère SAD- AJ - solidarité- caution /assurance des prêts habitat- aide au mutualiste aidant) Nous seront extrêmement attentifs aux niveaux de garanties proposées, en intégrant le fait que « CHORUM », notre prévoyance actuelle, intègre déjà certains éléments de protection."

L’UNSA-MGEN  sera vigilante à  la mise en place d’un dispositif certes contraignant mais qui se doit d’être le plus juste possible, de qualité et abordable dans la droite ligne de l’idéal mutualiste, et l’exemplarité défendus par la MGEN.

 

     Création d’un Centre d’appels à Nantes

La MGEN nous informe, en CE, de la création d’un nouveau centre d’appels à Nantes en fin d’année, motivée par le contexte de fusion, le développement de nouvelles activités (multi proximité, digitale…),  et par les difficultés de gestions de flux.

Ce centre devrait monter en charge progressivement, débuter avec un effectif de 30 personnes et atteindre à horizon 2017-2018  un effectif de 130 salariés.

L’UNSA-MGEN accueille favorablement cette création, tant le contexte de hausse d’activité via l’accroissement de la population gérée, les évolutions de l’offre et de tarification nécessitaient une réponse organisationnelle forte.

Par ailleurs, l’UNSA-MGEN dénonce la forte dégradation des conditions de travail des salariés des centres d’appels durant l’été au détriment de la qualité de services et « in fine » des mutualistes.

Pour les salariés il doit y avoir là des opportunités de mobilité et de promotion auxquelles nous vous invitons à être attentif.

Pour rappel, la mobilité est encadrée par le protocole de 2004 qui prévoit un certains nombre de dispositions sous certaines conditions d’ancienneté et de distance:

-prise en charge déménagement et frais d’installation,

-jours d’absences

-prime de mobilité

Nous restons à votre disposition sur le sujet.

 

    Ambition réseaux

La négociation a échoué, l’employeur se montrant sourd à nos arguments visant à encadrer le recours à la mobilité régionale, au travail en soirée  et au samedi.

Sans nous en démontrer l’utilité stratégique autre que celle d’un recours à une souplesse organisationnelle illimitée et fortement teintée, l’employeur entends balayer d’un revers de main les difficultés et contraintes, le stress et la perte de motivation que cela génère pour les salariés.

 

L’employeur devant nous présenter prochainement le détail du dispositif retranscrit par décision unilatérale, et parallèlement nous savons, d’ors et déjà, que des bouleversements organisationnels sont initiés dans les régions pilotes concernées.

Nous vous invitons à nous faire part des expérimentations menées, de vos difficultés éventuelles.

L’UNSA –MGEN a voulu utiliser le droit de veto en matière d’horaires individualisés en C E MGEN mais n’ayant pas réussi à réunir l’unanimité parmi les élus du CE (certains syndicats n’étant pas prêts) L’UNSA  a demandé la réouverture des négociations et rappelé à l’employeur que la commission de suivi trimestrielle sera considéré par les  élus comme instance de négociation.

Par ailleurs l’UNSA MGEN rappelle que nous ne sommes pas dupes et que d’autres régions  rejoindrons cette « expérience ». Dans ce cas, faute d’écoute des salariés, l’UNSA utilisera son droit de veto en la matière à la majorité des élus du CE !!!

Pour rappel, Les représentants de l’UNSA-MGEN souhaitent que le recours au travail le samedi soit exceptionnel, compensé financièrement ou récupéré avec une majoration à négocier, réservé à des opérations commerciales spécifiques en section départementale (et pas ailleurs !).

En tenant compte des spécificités de nos champs de recrutement, de la disponibilité de nos prospects sur les plages conventionnelles en semaine et des pratiques concurrentes ayant d’ores et déjà marginalisé le travail le samedi après-midi par exemple!

L’employeur considérant aujourd’hui qu’un samedi reste « un jour comme un autre » !! allez expliquer cela aux jeunes parents !!

      Cheque Culture : une nouvelle prestation CCE !!

A l’occasion des réunions de bureau de cette année, les élus ont acté la mise en œuvre d’une nouvelle prestation à destination des adultes. Pour rappel, les membres de l’UNSA au sein du bureau du CCE sont : Dominique Chaloubie en qualité de trésorier du CCE, Joseph Mellerin (trésorier-adjoint) et Jonathan Ferrari (président de la Commission Formation du CCE).

 

Un chèque-culture adulte sera versé en fin d’année selon ces modalités :

-          100€ pour les salariés dont le salaire est inférieur à 2500€ brut

-          50€ pour les salariés dont le salaire est supérieur à 2500€ brut.

 

Cette prestation sera distribuée sous forme de chèque-culture utilisable dans de nombreux points de vente (sur le même modèle que celui versé aux enfants de + de 12 ans).

 

Le chèque-culture sera accordé aux collègues n’ayant pas bénéficié de prestations directes ou tourisme (voyages, séjours familiaux et voyage CCE/FNA) sur l’année N-1 (2014).

Les formulaires, édités par l’ATRT (atelier thérapeutique du CSMRP –Centre de Santé Mentale de la Région Parisienne-), seront disponibles via les DP à partir de septembre.

 

juillet 2

 dernier bulletin avant les vacances

 

L’Assemblée Générale 2015 à Metz a confirmé que l’entreprise MGEN confortait sa stratégie Pas un mot sur le rôle des salariés…. Inquiétant ? ou pas ?!

Ainsi l’appel au rassemblement militant, la fusion avec la MGET, le rapprochement avec Harmonie Mutuelle sont pour nous autant de faits marquants qui nous imposent une grande vigilance sur le maintien de l’emploi !

L’UNSA-MGEN retiendra les mots de clôture prononcés par le Président qui rappelle que « par nature, le militantisme MGEN est un appel au collectif »

Si il pouvait aussi récompenser les salariés collectivement et entendre les O.S. sur la reconnaissance attendue par rapport au travail fourni par tous et toutes.. !

A peine sommes nous rentrés de cette assemblée que l’employeur MGEN, en CCE, nous annonce vouloir imposer par décision unilatérale son projet de réorganisation du réseau commercial « Ambition Réseaux ». Sourd à notre demande de réouverture de la négociation, l’employeur MGEN nous rappelle sa notion du collectif et réaffirme à nouveau son militantisme corporatiste

 

L’UNSA-MGEN continue d’œuvrer pour plus de cohérence collective et rappelle avec force que « sans respect pour l’ensemble des parties prenantes de la mutuelle, il n’y a pas de réussite possible !!»

MENU :

Prime d’Intéressement /Fusion MGET

MGEN Technologie

En annexe sections departementales :

Revalorisation Salariale

Ambition réseaux: La MGEN passe en force !

  • MGEN Technologie

La MGEN s’agrandi, ce sont prés de 400 salariés qui nous rejoignent !!

Anciennement salariés d’effigie…cette réintégration des fonctions informatique aurait pour objet plus d’efficience dans la gestion de nos projets informatiques… MGEN TECHNOLOGIES

  • Fusion MGET

Favorables à une fusion rapide afin de renforcer la place de la MGEN dans le monde mutualiste et de limiter les contraintes telles que le gel des embauches, Les A.G. des 2mutuelles ont acté la fusion.

L’UNSA restera soucieuse de l’impact social que cette fusion génèrera chez les salariés. Nous militerons pour que chacun trouve sa place et que l’égalité salariale progresse.

Notons qu’au delà des quelques 350 salariés MGET qui nous doivent nous rejoindre au 1 janvier 2016, la MGEN nous apprend, en catimini, qu’elle serait dans l’obligation d’intégrer 200 salariés supplémentaires provenant de la MFPS en charge de la gestion du RO pour le compte de la MGET !!! Nous sommes pour l’heure en attente de précisions de la part de l’employeur afin de mesurer l’impact potentiel sur les Centres de Traitement notamment !

 

  • INTERESSEMENT

Au final, même si nous ne disposons pas du recul suffisant et si nous ne sommes loin du niveau que nous souhaitons, l’UNSA-MGEN sur le sujet obtenant une potentielle réévaluation du montant distribué, la création d’un dispositif de supplément d’intéressement, une proposition de renégociation future des dispositifs d’abondements, un engagement à moyen terme de poursuivre la réévaluation de l’enveloppe allouée s’engage dans la poursuite de la négociation.

 

Ce qu’il faut retenir du nouvel accord :

Applicable pour 3 ans de versement : 2016, 2017 et 2018

Augmentation de l’enveloppe allouée : 1,4% de la masse salariale nous demandions 1,5%.

Composition de la prime :

50% sur critères UES / 50% sur critères Mutuelle :

Un supplément intéressement pourrait être débloqué par le Conseil d’Administration...

 

  • Principales Négociations en cours ou/et à venir en Septembre

Mutuelle d’entreprise… (Reste du calendrier non déterminé) L’UNSA revendique comme planché les garanties actuelles et une participation au moins égale……

En cette période de fortes évolutions, en lien à vos nombreuses sollicitations, nous vous avons fait part des derniers éléments en notre possession.

« De votre coté, quelle que soit votre position dans la hiérarchie MGEN (l’UNSA à la MGEN est le seul syndicat à avoir des élus dans tous les collèges et des élus cadres), il reste impératif de nous faire part de votre quotidien, de vos critiques, de vos interrogations, de vos difficultés, de vos propositions, pour que nous soyons le plus pertinents et le plus représentatifs possible dans nos prises de paroles et défenses de nos intérêts collectifs. »

Liens et info utiles ;

Adresse :UNSA-MGEN, 7 Square Max-Hymans (Bureau 03-04), 75015 PARIS.

Cotisations/ trésorerie 2015, n’oubliez pas ….

Pour joindre joseph le trésorier ; 06 61 17 30 69 josephmellerin@aol.com

Numéro vert si vous rencontrez des difficultés (Risques Psycho Sociaux) 0 800 159 136 confidentialité garantie.

NUMERO RESSIF (réseau des services sociaux interentreprises de France) 04.37.56.85.41

UNSA MGEN ; http://www.unsa-mgen.fr

Mail : dominique.chaloubie@wanadoo.fr(depuis un poste « MGEN » ne pas mettre de majuscules)

La réception de ce mail vaut accord expresse de votre part. Si vous ne souhaitez plus recevoir d’infos, faites le savoir par retour de mail,

 

Annexe

Sections départementales

JUILLET-AOUT 2015 

SITE internet http://www.unsa-mgen.fr

  • Ambition réseaux et expérimentation

L’UNSA-MGEN a demandé à l’employeur de poursuivre les négociations forte des retours, sollicitations, interrogations et échanges que nous avions eu avec les salariés de terrains, élus et adhérents UNSA-MGEN, estimant que nous avions encore matière à négocier avec l’employeur.

Nous avons exprimé d’ultimes revendications permettant de limiter l’utilisation abusive d’un protocole expérimental peu protecteur pour le salarié.

Nous lui avons proposé :

-d’encadrer l'application du travail itinérant.

-d’encadrer l'amplitude horaire en limitant le travail en soirée imposé (2 maximum mois), laissant entière place au volontariat.

-de faire appel au volontariat pour le travail éventuel du samedi en le limitant à 10 pour l'ensemble des centres et en majorant de 25% les heures réalisées.

-de généraliser le financement des CESU pour l’ensemble des salariés disposant d’un enfant à charge quelque soit son âge. La limite de 6 ans n’est pas réaliste. Ce qui n’est toutefois pas la solution pour faire garder les enfants les jours habituels de repos collectifs.

L’employeur MGENnous met devant le fait accompli : il refuse de négocier davantage !! « la négociation est close !! » Dit-ilet il poursuit :Enl’absence de signature, il procédera par décision unilatérale ! En renonçant ainsi à certaines avancées du protocole en matière de report de crédit d’heures, il est temps de contester en justice et de se faire payer les heures illégalement écrêtées, organisez vous et saisissez les instances prud’homales locales ! Tout travail effectué reste dû …

L’UNSA-MGENa demandé, sur ce sujet, en réunion plénière du C.C.E une interruption de séance afin d’opposer un droit de veto à l’employeur en vertu de l’article L3122-23 du code du travail.

Si l’ensemble des Organisations syndicales ont voté contre le protocole, l’unanimité demandée sur le droit de veto n’a pas été suivie, démontrant le rôle de certains en la matière.

 

Notre sentiment est celui d’un réel mépris de l’employeur sur le sujet, d’une co-construction évoquée uniquement pour l’affichage. Son choix de passer en force sur cette expérimentation en plein mois de Juillet n’apparait pas anodin…l’ouverture potentielle à d’autres régions dans les mois à venir sans concertation apparait comme une provocation de plus !!

 

L’UNSA-MGEN n’accepte pas l’absence de compensation et de prise en compte des contraintes personnelles et familiales des salariés surtout quand l’employeur MGEN nous répond que le travail en soirée et le samedi ne représentent pas une contrainte pour les salariés !

l’employeur MGEN reste bien loin des valeurs éducatives et familiales qu’il défend par ailleurs !!

L’UNSA-MGEN n’accepte pas d’être montrée du doigt par certains « responsables » MGEN lorsqu’elle milite simplement pour un dialogue social intelligent tenant compte de l’avis des salariés de terrain qu’elle représente et de l’intérêt des mutualistes.

L’UNSA-MGEN n’accepte pas la négation du travail de tous et toutes, la non-reconnaissance de l’investissement quotidien des salariés en matière de mutualisation.

 

La position actuelle de l’employeur constitue une fragilisation du pacte social et une atteinte à la culture d’entreprise source de résultats collectifs !!!!

 

Nous invitons à nouveau l’employeur à faire preuve de discernement et à revenir autour de la table de négociation, ce qui démontrerait sa force et non une faiblesse à nos yeux…

 

  • Revalorisation salariale des fonctions commerciales

Sur la base de plusieurs remontées de mécontentement, nous avions exigé à avoir une présentation complète du dispositif de réévaluation salariale pour les fonctions commerciales.

 

Nous avons pointé du doigt plusieurs injustices ressenties légitimement par les salariés et demandé à ce qu’on y remédie.

Ainsi, les APS et SPS qui sur certains centres font du commercial sont exclus, celles et ceux qui ont obtenus leurs CQP en 2015 également et enfin les salariés  qui sont en CDD depuis plusieurs mois, avant 2015, subissent la même pénalité.

 

L’employeur nous explique en CE qu’il reste dans sa logique de NAO « : c’est non négociable !! »l’UNSA après avoir consulté a refusé de signer !!

Et pour cause !!

L’employeur nous informe s’être basé sur le bulletin de salaire de janvier, comme à son habitude et n'avoir accordé cette revalorisation qu'au personnel disposant d'un CDI, faisant partie de la filière commerciale. L'employeur n'a pas souhaité développer ce qui à motivé la distinction entre CDI et CDD, invite les SPS à devenir CADS et précise que les APS sont passés T1 sans parcours qualifiants !! Enfin, pour ce qui est des personnels récemment confirmé au poste de CADS et CM via les CQP, ces personnels devront  patienter jusqu’à  l’année prochaine, puisque l’employeur souhaite s’engager de manière pluriannuelle sur le sujet…sans pour autant s’engager sur l’issue des prochaines NAO !!!

Lamentable attitude d’un employeur de l’économie sociale et solidaire !!

Les Service RH se refusent à toute transparence sur le sujet et ne nous remettent aucun document nous permettant d’appréhender pleinement le dispositif. Nous ne pouvons donc pas en expliquer davantage !!

La MGEN nous démontre, malgré une revalorisation touchant plus de 740 salariés s’élevant en moyenne à 90 euros/brut, qu’il s’avère possible par une communication défaillante et des incohérences marginales de générer plus de mécontentement que de satisfaction !!

Aujourd’hui l’UNSA MGEN ne peut qu’intervenir avec force pour faire part de votre ressentiment, appuyer pour que le sujet soit traité avec équité et en conformité avec la loi.

Le climat social de la rentrée devrait-être à la hauteur de ce que vous revendiquez avec nous !

 

Solidairement et amicalement,

L’équipe UNSA-MGEN

juillet

Avec l’UNSA LIBRES ENSEMBLES….

 

Nous avons été victimes d’un « BUG » informatique et nos fichiers destinataires ont été faussés, aussi en cette période ou l’actualité dense du moment nous impose un maximum d’échanges et d’informations entre nous, vous voudrez bien diffuser largement nos flashs, bulletins, comptes rendus, etc.. En confiance et en transparence avec ceux qui font L’Union Nationale des syndicats Autonomes (UNSA), vous, acteurs du terrain.

Nous avons besoin de faire le point sur les sujets sensibles qui animent notre action syndicale quotidienne en CE, CCE, Commission Paritaire de Négociation, CHSCT, Conseil d’Administration et rencontres avec les salariés…

De votre coté, quelle que soit votre position dans la hiérarchie MGEN (l’UNSA,  sur MGEN est le seul syndicat à avoir des élus cadres et dans tous les collèges),   il reste impératif de nous faire part de votre quotidien, de vos critiques, de vos interrogations, de vos difficultés, de vos propositions, pour que nous soyons le plus pertinents et le plus représentatifs possible dans nos prises de paroles et défenses de nos intérêts collectifs.

La notion d’ensemble, en cohésion sur des bases solides, reste plus que jamais nécessaire et indispensable face aux difficultés que l’on rencontre toutes et tous, à tous les niveaux.

 

Une nouvelle mobilisation et la poursuite du mouvement de grève, même si certains ont signé la NAO, ne sont pas à exclure au vue du contexte explosif du moment.

    INFO « Ambition réseaux » :

Tout d’abord, nous aurions pu partager avec l’employeur l’objectif du projet, visant à améliorer nos résultats commerciaux par une refonte de l’organisation de l’activité commerciale, pour pérenniser notre modèle mutualiste, renforcer notre positionnement sur le marché et assurer l’avenir des mutualistes (et des salariés).

Dans un contexte où, malheureusement, dans sa forme actuelle, les incohérences, apparaissent trop nombreuses, et s’avèrent génératrices d’un mal être palpable à chacun de nos déplacements sur le terrain (il n’est pas un centre de travail ou un salarié n’est pas arrêté pour dépression) où à la lecture de vos nombreux mails qui font état des incohérences entre la vrai vie et le discours politique de nos responsables.

 

Trouver la bonne formule, reste ce vers quoi nous voulons aller, intégrer les salariés de terrains (pas uniquement les cadres et les politiques) à la réflexion nous semble une méthode adéquate pour y parvenir même si la frilosité traditionnelle de l’employeur à faire confiance aux représentants syndicaux que nous sommes, nous laisse dubitatifs.

Le SEMINAIRE « ambition réseau » (les O. Syndicales ne participent pas) :

  Le séminaire semblerait avoir débouché sur plusieurs pistes de réflexions, dans un climat relativement tendu puisque le projet porte en lui un axe de transformation majeur pour les directions locales qui, elles aussi, doivent accepter l’évolution de leurs missions et de leurs positionnements hiérarchiques…

 

Nous ne ferons pas d’ingérence sur la gestion des fonctionnaires détachés,  même si au quotidien nous en subissons les effets pervers; cependant plusieurs situations retiennent notre attention et nous amènent à nous interroger sur la réussite du projet.

Le choix des participants nous interroge puisque relevant parfois, rarement, de l’appel au volontariat, d’autres fois du « fait du prince » à bon ou mauvais escient, ou d’éléments (secrets ou presque) prédéterminés que l’on nous a soigneusement caché…ce que nous avons eu l’occasion de rappeler vivement à l’employeur.

A ce jour, les questions de « qui fait quoi ? », « qui manage qui ? », « avec quels statuts »  restent posées, et c’est bien le cœur du sujet.

Nous aurions, à ce jour, dans la ligne managériale des régions concernées :

 

-Au niveau régional :

  Un Administrateur chargé de région, un Responsable opérationnel régional, un animateur de Pole développement,  un Conseiller développement régional

-Au niveau départemental :

Directeur, Délégué(s) mutualisation et Responsable(s)  d’équipe réseau

Chargés d’accompagner APS, SPS, CADS, CM, voir les salariés multi-proximité de centres d’appels.

L’UNSA attend des précisions sur l’articulation de ses métiers, la définition du rôle de chacun, pour la gestion des activités : militantes, de formations, managériales, gestionnaires, commerciales, administratives, de gestion du RO. Rien que ça !!

Le devenir de la polyvalence, notamment en moyenne et petite section, se pose bien évidemment,  dans les centres de service où la spécialisation (respect de la fiche fonction) n’est pas effective et ne reste évoquée qu’au moment de l’entretien annuel dans l’esprit festif qui s’impose et que nous ne connaissons que trop bien.

A l’UNSA MGEN, nous nous interrogeons, en plus des éléments précédemment évoqués, sur le choix des responsables opérationnels régionaux, postes accaparés par des militants alors qu’ils étaient, nous avait-on dit, accessibles aussi à des salariés ?

A ce titre, sans rien enlever aux compétences certaines des candidats retenus, nous déplorons cette hégémonie notamment dans cette phase expérimentale capitale.

Nous serions déçus s’il ne s’agissait que de cannibaliser des fonctions  en vue de préserver certaines susceptibilités, et la main mise militante sur le management local qui, en partie, est un des sujets à l’origine  du projet tant il a généré des difficultés dans la mise en œuvre de la politique de développement partagé initiée ces dernières années.

 

Notons que la situation  des CDR, à moyen terme, nous interpelle,  pour nous, ces collègues n’ont pas vocation  à devenir la filière « secrétariat » des responsables régionaux ni à être mis au placard.

Comme pour les autres métiers  une réflexion sur leur mission va devoir être clairement engagée.

 

Certaines pistes pourraient apparaitre positives, ainsi la réflexion sur la mutualisation régionale du travail des CM, CADS et SPS peut être une idée à creuser, le travail d’amélioration des outils de mobilité une urgence à mettre en œuvre (véhicule, tel, ordi et imprimante pour devis et signature en direct), une révision des accords horaires pour faciliter le travail pourraient être des éléments à prendre en compte …

 

La NEGOCIATION sur ambition réseau, le début.. :

 

L’employeur nous a  présenté les éléments de négociation d’un projet de protocole expérimental qui devrait pouvoir être mis en œuvre à la rentrée prochaine durant 18 mois, uniquement(pour le moment) pour les salariés issus des trois régions retenues (Rhône Alpes, Pays de la Loire, PACA-Corse).

 

Voici les éléments soumis à négociation par la MGEN :

 

-Durée et aménagement du temps de travail, horaires individualisés

-Situation des Conseillers Mutualistes

-Déplacements au sein des régions (indemnités etc..)

-Outils de nomadisme….

 

L’employeur a lancé des premières propositions concernant les aménagements horaires pour l’ensemble des salariés et plus spécifiquement sur les CM faisant partie des régions pilotes !!

Ainsi l’employeur souhaiterait assouplir le report d’heure hebdomadaire d’une semaine sur l’autre de 3 à 5h en avec un crédit d’heure individualisé pouvant aller jusqu'à 15h contre 10h actuellement.

Si, Pour L’UNSA-MGEN, cette proposition, sur laquelle il nous faudra échanger,  n’a rien de choquant en soit, elle ne saurait être pertinente à nos yeux que si la récupération du crédit d’heures en journée pleine était mise en place.

Il faudrait, aussi, que l’employeur, par obligation, prévienne le salarié lorsqu’il est proche du plafond,  afin que cesse les écrêtages (interdits par la loi et la jurisprudence constante en l’espèce !) insupportables auxquels les salariés font face régulièrement.

 

Plus difficile a entendre ; l’employeur souhaite assouplir le travail du samedi pour l’ensemble des salariés des régions pilotes (on passerait d’une limite de 8 samedi par an à 12), tout en évoquant la possibilité d’une ouverture des sections concernées plus large pour les sections de grandes tailles basées dans des territoire à fort potentiel de développement.

 

 

Ainsi, l’employeur MGEN évoque la possibilité d’envisager de mettre en place deux équipes sur ces sites : une qui travaillerait du mardi au samedi et l’autre du lundi au Vendredi. L’UNSA-MGEN n’a pas de mandat pour l’ouverture du samedi !! Et encore moins sans compensation !!!

 

Si la démarche peut apparaitre logique pour nos patrons, cela ne serait pas sans effet secondaire sur la vie de famille, la prise de congé et RTT, l’activité du lundi. Etc..

 

Enfin, l’employeur laisse entendre que l’amplitude horaire de travail en section serait réduite d’une heure, ne pouvant pas aller au-delà de 19h tout en précisant que la fin de journée devra être une tranche horaire privilégiée.

Enfin l’employeur évoque la possibilité de faire basculer les Conseillers Mutualistes au forfait sans nécessairement les passer cadres.

Nous n’avons pas encore pu échanger, à ce stade, sur les conditions de la mobilité des personnels à l’échelon régional, ce qui semble pour la MGEN une piste privilégiée pour une dynamique collective (et, pour nous UNSA, sans aucun doute, pallier à des ratios d’effectifs calculés trop  restreints)

 

Pour l’UNSA,  il est hors de question qu’ambitions réseaux soit synonyme ;

De moins disant social,

D’un levier pour installer une souplesse (sic) unilatéralement profitable à l’employeur !!

 

L’UNSA demande des contreparties si on devait entrer en négociation sur le travail du samedi, que le volontariat soit privilégié dans tous les cas y compris pour les horaires tardifs.

 

Nous revendiquons, plutôt que la mise en place du forfait, l’arrêt des plages fixes, invitant l’employeur à responsabiliser le salarié et les équipes, à se faire confiance.

 

L’UNSA sera vigilante à préserver la qualité de vie au travail, l’articulation entre travail et vie personnelle des salariés,  considère que les évolutions sur la durée du temps de travail ne pourrait être envisagée uniquement comme une évolution bénéfique aboutissant à plus de souplesse et non pour créer de nouvelles contraintes, sans quoi le projet ne saurait aboutir à la dynamique collective envisagée par l’employeur.

 

L’UNSA s’opposera à la mise en place de forfait jour pour les CM, les délégués syndicaux UNSA déçus et confortés par l’expérience acquise avec l’évolution contrainte ayant impacté les Responsables d’Equipe en sections départementales ayant entrainé, pour eux, pour bon nombre, un effondrement de la qualité de vie au travail.

Sans pour autant, que l’autonomie qui caractérise le statut de cadre leur soit acquise.

 

Concernant les déplacements nous revendiquons une indemnité pour les missions extérieures et une comptabilisation à 100% des temps de déplacement.

 

L’UNSA demande que la négociation intègre une réflexion sur les filières métiers et sur les fiches fonctions des acteurs (forcément les rémunérations).

La garantie que les régions, en dehors du dispositif, respectent les accords encore en vigueur dans l’entreprise MGEN,  notamment l’accord unilatéral sur les horaires individualisé décidé en son temps par l’employeur MGEN !

 

L’UNSA revendique la mise à disposition d’outils de travail en adéquation avec les ambitions commerciales affichées tant au niveau des applications et moyens nomades, que de l’outil GRM aujourd’hui dépassé (voitures au logo MGEN, téléphones et ordinateur adaptés, imprimantes pour devis et contracter en direct.. Etc)

 

L’UNSA demande qu’un éclaircissement sur le rôle, le niveau d’autonomie, les missions de chacun soit rapidement mené  pour permettre à toutes et à tous de se projeter dans ce  projet qui pourrait être ambitieux si partagé par le plus grand nombre.

 

 

 

      Prime Variable

 

« La performance est aussi source de bien être », voila la doctrine de la MGEN terme utilisé et  exprimé par son représentant en cours de négociation !

Si nous ne nions pas que cela puisse parfois être le cas à titre individuel, nous ne pouvons valider cette philosophie (s’il en est) comme base de travail.

A  l’UNSA, nous pensons que la somme des performances individuelles et  la différence de chacun, suivant les domaines, restent la force d’un collectif fort.

 

L’UNSA a largement exprimé son opposition à la mise en place de cette prime au détriment d’une augmentation générale des salaires et d’un climat social apaisé dans un contexte où, pour notre part, nous considérons que l’ensemble des salariés du secteur MGEN  (Sd, CT, CA) contribue  à l’obtention des bons résultats.

L’employeur nous rappelle que le sujet ne fait pas l’objet d’une négociation, mais d’une simple présentation (orale puisqu’aucun document écrit ne nous a été fourni), par conséquent voici les informations en notre possessions et les éléments de positionnement transmis à l’employeur :

 

Combien: 250 000 euros/an si 120% des résultats atteints !

Qui: RER, CM, CADS  (à terme et sans certitude, les autres acteurs de sections, les CA…)

Quand : en 2016 en fonction des résultats commerciaux 2015

Comment : 70% de la prime dépendra des résultats régionaux, 30% des résultats individuels. Le seuil de déclenchement serait autour de 80-90% des résultats atteints (Offres globales et offres additionnelles compris), la prime versée proportionnellement à l’atteinte du résultat, pouvant aller jusqu’à 120% si dépassement des objectifs fixés.

Le montant versé serait identique pour toutes les fonctions…

Au niveau des objectifs régionaux l’indicateur de réussite serait le nombre de contrats réalisés, au niveau individuel

Pour les RE, le nombre d’entretiens de progrès réalisés (risque de multiplier les entretiens quantitativement mais pas qualitativement avec une augmentation du stress pour les salariés qui ne bénéficieraient pas d’un accompagnement bienveillant,

Pour les CM et CADS, le nombre de rendez-vous et le taux de transformation (ce qui revient à attribuer individuellement les adhésions, avec le risque d’engendrer une compétition malsaine sur le terrain !!

L’employeur neutraliserait les objectifs individuels cette année admettant qu’aujourd’hui l’entreprise ne dispose pas d’outil de reporting fiable !

 

Bilan, le dispositif reste discriminant, et de fait participera sans aucun doute à la décrédibilisassions de la politique salariale déjà fortement contesté à juste titre par les salariés.

L’employeur a de nouveau fait un tour de passe-passe, en intégrant le budget alloué à ce dispositif aux NAO 2014 alors que le budget ne sera imputé qu’en 2016 !!!

Le budget alloué à cette nouvelle usine à gaz ne sera jamais versé en intégralité, du fait de la fixation d’objectifs réalisée de manière unilatérale, souvent trop ambitieux, et du fait de la difficulté des salariés d’avoir tout les feux aux verts !

En revanche chaque année ce budget viendrait en déduction de l’enveloppe collective dont nous disposons !!

 

Les salariés de sections qui ne font pas partie du dispositif (GPS, SPS, APS) et qui pourtant participent, indirectement et directement, aux résultats commerciaux seront invités par l’employeur  pour répondre à leur mécontentement à devenir CADS !

Les sections qui bénéficieront de l’apport de l’Atelier multi-proximité et d’un transfert d’activité anticipé seraient elles aussi avantagées.

 

Enfin, les indicateurs retenus nécessitent de renégocier avec l’employeur  les critères de réussite permettant le versement de l’intéressement, car dans l’état actuel il y a un doublon, les deux dispositifs étant basés sur les objectifs commerciaux !!

 

Nous rappelons à l’employeur que les salariés aux quotidien, fidélisent, accompagnent, gèrent les réclamations, gèrent le régime obligatoire.

L’instauration de primes, comme celle qui nous est présentée, pourrait inciter certains salariés à délaisser ces tâches aux détriments d’autres collègues et même du mutualiste.

 

 

 

      En VRAC :

 

Partenariats (HARMONIE/MGET/LMDE)

 

Notre direction générale et politique semble vouloir aller plus en avant, et instaurer une dynamique nouvelle plus efficace.

L’UNSA suit attentivement le développement des partenariats, tant celui  avec Harmonie mutuelle qui porte en lui des raisons de croire à la pérennité du modèle mutualiste, que la fusion avec MGET pour laquelle nous avons demandé, conjointement avec les autres organisations Syndicales, une expertise économique sur les conditions de réalisation du projet.

Concernant la fusion avec la MGET prévue pour début 2016, nous sommes solidaires des salariés MGET, mais nous restons attentifs aux impacts qu’elle pourrait avoir sur les personnels MGEN.

 

Nous pensons au vu de la densité de l’activité, malgré la concurrence accrue sur la mobilité interne, le gel des embauches et les difficultés à intégrer à la MGEN certains métiers spécifiques à leur modèle.

Cette opération reste aussi une opportunité dont il faudra savoir tirer profit.

Les niveaux de salaires et les accords d’entreprise plus favorables en partie, dont les salariés MGET bénéficient, devraient amener l’employeur MGEN à faire un travail d’introspection sur lui-même lui permettant de faire progresser ses dispositifs à notre égard et de négocier.

 

Concernant la LMDE, la situation reste compliquée, nous espérons que la situation juridique n’aboutira pas à un impact financier néfaste pour l’entreprise MGEN en partie injuste du fait du scénario rocambolesque auxquels nous avons à faire !!

Nous restons très attentifs à la situation des ex-salariés de la LMDE nous ayant rejoint ; à leur devenir, à leur quotidien et à leurs évolutions dans l’entreprise, la MGEN devant, pour cette partie, assumer pleinement la responsabilité, humainement et de manière cohérente.

La MNT se positionne pour la reprise du R.C. de la L.M.D.E, ce que nous pourrions voir d’un bon œil dans une stratégie de groupe mais qui nous engage à la prudence au regard de l’expérience acquise avec la  MNH qui en son temps s’était brutalement éloignée des projets communs.

 

Points Métiers

 

En section : nous avons alerté l’employeur en CE sur les difficultés que rencontrent les salariés notamment entre l’inadéquation des fiches fonctions et le travail réalisé au quotidien par les salariés.

Nous interpellons régulièrement l’employeur sur les disparités relatives à la taille des centres ou à des pratiques managériales aléatoires.

De manière plus générale, nous avons alerté l’employeur, depuis de long mois déjà, de la situation de détresse dans laquelle se trouve un  nombre important de collègues, du fait d’une évolution professionnelle permanente et d’exigences parfois disproportionnées et maladroites.

 

Plus spécifiquement, nous avons signalé dans plusieurs instances à la MGEN le mal-être des APS, tant leur situation semble dépourvue de perspectives claires pour lesquelles le projet « ambitions réseaux » ne lève, à ce stade, aucune ambiguïté. Cette persistance partagée avec les acteurs, engendre une réflexion plus approfondie de la part l’employeur nous a t’il dit…

Enfin la situation des RER nous interpelle, leur situation est tout aussi difficile et leur positionnement de manager de proximité, entre les exigences toujours plus forte des directions locales, l’absence de l’autonomie que cela  engendre et l’épuisement de plus en plus palpable des salariés qu’ils managent, rend leur mission particulièrement inconfortable.

L’UNSA a demandé en CE à ce qu’un bilan sur les heures de travail effectuées par les Responsables d’équipes au forfait soit fait, pour mesurer l’impact du passage au forfait et pour palier au non contrôle par certaines directions du quota (souvent énorme !) d’heures hebdomadaires effectuées.

L’UNSA garde une vision collective de la défense des salariés sans différence catégorielle en se souciant de l’intérêt de toutes et tous,  collectivement nous serons plus fort, plus écoutés !!

 

Sur les CA, là aussi, nous restons vigilants, la mise en place d’un nouvel atelier multi proximité sur le centre d’appels de Bordeaux nous laisse perplexe, du fait du faible nombre de candidats retenus, en interne, sur la nouvelle fonction de Conseiller Développement et fidélisation.

 

L’UNSA considère qu’il y avait là une opportunité à faire évoluer les salariés de centres d’appels et s’interroge sur la politique de recrutement.

Le développement de nouveaux métiers ou de nouvelles missions reste un axe de revendications, au même titre que la mise en place de passerelles plus effective au sein des autres structures de l’entreprise.

 

Enfin les CT  devront faire face à l’arrivée de nouvelles charges de travail en lien avec les transferts d’activités et la mise en place de nouvelles offres, là aussi nous devrons collectivement nous assurer de la bonne adéquation avec les effectifs à disposition.

 

 

 

 

Négociation complémentaires à venir

 

Mutuelle d’entreprise

La négociation va commencer fin mai.

4 points pour l’UNSA:

Rien de moins que les garanties actuelles

-améliorer les garanties et pas les réduire!

-réduire le cout pour le salarié et sa famille

-anticiper sur les conséquences que cela pourrait avoir pour le salarié retraités

.

Intéressement

La négociation va commencer début mai.

2 exigences pour l’UNSA:

-Augmenter le montant au niveau du marché

-Revoir les indicateurs de réussite pour ne faire doublon avec la prime variable

                                             

Nous restons à votre écoute ;

Faites nous part de vos remarques, de vos difficultés,

de vos avis et points de vue, de vos coups de gueule !

01 avril

Négociation Annuelle Obligatoire:  

Malheureusement, ne cherchez pas le poisson, il n’y en a pas !!

La CFDT et la CFE/CGC ont signés la N.A.O. .. En pratiquant ainsi, ils ont mis fin à l’action collective que nous avons mené ensemble. Pour l’UNSA et la CGT  le compte n’y est pas !

De plus, la ligne sur laquelle est portée toute augmentation de salaire reste la ligne de la « prime au choix » cette ligne n’est pas indexée à chaque négociation donc, l’augmentation se traduit par l’obtention d’une prime qui n’augmente pas si le salaire est négocié à la hausse pour les années futures.

La CGC qui voulait une augmentation sur tous les éléments de la rémunération a pourtant signé..

Nous ne sommes pas là, à l’UNSA, pour critiquer les positions des autres, vous serez assez responsables pour juger vous-même, mais pour affirmer les nôtres et nous ne pouvions pas accepter l’absence d’augmentation globale et l’individualisation de la « prime à la vente »..

Vos réactions, nous n’en doutons pas, devraient être nombreuses ….

 

CHSCT MUTUELLES élections….

MGEN

Membres 6 sièges  = 4 UNSA : Nordé BOUBAA, Christelle  FOUQUEZ, Maryline BONNET, Catherine HERCHIN + 1 CFDT  1 CGC

Secrétaires CHSCT = Claire DURIEUX, Nathalie LEROUX, Saad ELOUADI et Christine KRIKORIAN + un représentant syndical UNSA : Jonathan FERRARI

ASS

Membres 4 sièges = 3 CFDT  et 1 UNSA :

Madeleine PORNIN

Secrétaires CHSCT = Sylvie LACROIX, Agnès DELCAMBRE, Sylvie FRERE et Jean-Michel SOLLERS  + représentante syndicale UNSA : Laëtitia GUICHARD

Centres de Santé

Membres 3 sièges = 2 CGC : 1 CFDT

CHSCT = Elisabeth DARMON LAFOUCRIERE

+ représentante syndicale UNSA : Patricia DEJEAN.

 

Sur le processus fusion MGET

Le dossier présenté en CCE a, de la part des élus, fait l’objet d’une demande d’expertise et nous aurons à nous prononcer début mai… (le C.E. MGET a initié la même démarche)

Voilà ce que nous avons répondu aux D.P. qui nous ont demandé conseil ou avis, puisque consultés en amont…

« Nous n’avons pas d’éléments suffisants sur la répartition des postes et des emplois pour vous conseiller, nous avons diligenté une expertise au C.C.E de la MGEN…

Vous pouvez attendre le résultat de l’expertise avant de vous prononcer,

Vous référer à l’avis à venir du C.E.

Vous pouvez refuser de voter..

Vous pouvez vous exprimer et voter si vous l’estimez possible en argumentant..

Dans tous les cas, tenez nous au courant..

Dominique »

Nous vous informerons quand nous aurons des informations fiables sur Harmonie mutuelle etc…

 

Ambition réseau

Nous n’avons pas d’autres informations fiables que celles qui figurent sur le portail, sauf à dire qu’une fois de plus on parle de co-construction mais nous savons que ce sont les politiques qui se sont répartis les postes clefs et qu’ils gardent la main mise sur cette démarche qui, pourtant, nous semblait, au départ, très ouverte…

Dossier à suivre..

 

Q.V.T.Par Hervé SOUILLART (assisté de Marc SCHIELE)

L’observatoire qualité de vie au travail c’est réuni le 13 mars.

La MGEN nous annonce  ENFIN  la mise en place d’une nouvelle enquête bien être au travail.

Elle sera réalisée auprès des salariés avant fin juin 2015. La précédente a eu lieu il y a 5ans, l’employeur nous annonce d’entrée que les comparaisons d’amélioration ou de dégradation du bien être au travail des salariés ne pourrons pas être faite compte tenu du trop grand entre ces deux sondages.

L’UNSA MGEN a rejeté le fait qu’aucune comparaison ne pourra être réalisée et rappelle à la MGEN que le but est bien de voir si la souffrance au travail, constaté lors de la première enquête, à diminuer ou c’est aggravée depuis la mise en place des actions spécifiques sur ce dossier, numéro vert, RESSIF et accord sur la qualité de vie au travail et la prévention des risques psychosociaux, et confirme que l’UNSA fera bien un rapprochement des deux enquêtes.

L’enquête se déroulera en 4 phases.

Un cabinet indépendant, spécialisé et expert dans le bien être au travail et la santé au travail a été retenu par la MGEN il s’agit du cabinet STIMULUS.

1) Une phase préparatoire (pré diagnostic)

Le cabinet devra s’approprier : l’organisation, le contexte, le vocabulaire interne, les activités, les spécificités afin d’identifier un socle de problématique.

2) Une phase d’enquête

Sous forme de questionnaire informatisé chaque salarié recevra par mail le lien informatique et un code d’accès personnel afin de compléter un questionnaire de 12 items pour un total de 42 questions.

Plus un questionnaire spécifique qui permettra de mesurer les réalités et les spécificités des l’entreprise.

3) Une phase d’entretiens auprès des salariés.

Technique : entretiens semi directifs, en face à face, confidentiels, durée de 60 à 90 minutes, les modalités d’échantillonnage seront déterminées par le comité de pilotage.

Thèmes principaux d’entretiens : organisation et outils de gestion, contenu et déroulement de l’activité, changements, difficultés rencontrées, source de frustration, source de satisfaction et motivation, profils et parcours professionnels des salariés.

4) Dernière phase plan d’action.

La dernière phase sera définie dès que les éléments du rendu de l’enquête seront connus. Il faudra définir des objectifs, identifier des actions, organiser le déploiement … etc.

L’UNSA, qui depuis plus de deux ans, réclame cette deuxième enquête se félicite de cette mise en place

 

Déploiement du dispositif des Intervenants Qualité de Vie au Travail.

14 personnes de l’entreprise ont été formées en qualité de IQVT, elles seront chargées, par binôme, d’intervenir localement pour solutionner des situations dite « complexes » relevant d’un ressenti de harcèlement, de conflits relationnels récurrents ou de situations complexes n’ayant pu être solutionnées par le management local.

Une information complète aux salariés sera faite via le PORTAIL et TEMPO afin que chaque salarié soit informé des modalités de saisine de mission et d’interventions des intervenants.

Bilan d’activité du réseau RESSIF (assistants sociaux)

 

Rappel en 2013 sur les 9 mois de l’année RESSIF avait traité 296 appels.

En 2014  le nombre d’appels sur 12 mois est de 117, donc une baisse très importante de plus de 50%.  Néanmoins les domaines principaux d’appels restent les mêmes qu’en 2013 en premier : le budget, viennent ensuite le logement et la santé au travail, et les régions en tête l’ile de France, puis Rhône alpes et Languedoc Roussillon.

Pour l’UNSA voir en tête du palmarès le budget et le logement ne nous étonne pas,

Nous sommes confrontés tous les mois aux difficultés  pour vivre décemment avec nos maigres salaires  et ça devient réellement la galère lorsqu’il s’agit de ce loger.

D’autre part nous avons informé l’employeur de l’efficacité de RESSIF à traiter certains dossiers mais par contre dans certains cas les réponses apportés aux collègues qui attendent des solutions à leurs soucis sont maladroites voir inadaptées.

 

Bilan 2014 IAPR  (N°vert)

Les appels semblent avoir trouvé leur rythme de croisière, ils proviennent en grande partie de la région parisienne, Rhône alpes et midi Pyrénées. Néanmoins, des situations difficiles se font échos de tous les coins de France. Cette démarche a son importance et permet de désamorcer certaines situations d’urgence. Par contre les réseaux IAPR et RESSIF vont entrer dans le dispositif de la gestion des risques psychosociaux.

Des indicateurs nous permettront de voir la pertinence des différents dispositifs en vigueur : Observatoire, CHSCT centraux, IQVT, IAPR et RESSIF.

 

Pour l’UNSA les conditions de vie au travail de nos collègues ce sont dégradées

La pression du quotidien

Les non remplacements,

Le personnel est débordé et à bout

Dans trop de centres on ne gère que les urgences et les priorités et les salariés sont en souffrance à force de vouloir faire l’impossible.

Sur le prestataire les informations qui nous sont remontées font état, dans certains cas, de salariés IAPR très professionnel qui sont à l’écoute et apportent des solutions, par contre pour d’autres l’accueil réservé aux collègues est délétère,  les collègues se font carrément « envoyé balader » et même on entend : « je ne peux pas vous répondre, je suis dans les transports en commun » !!!!

Insupportable à entendre pour un salarié qui se sent en détresse et qui entreprend la délicate démarche de composer le N° vert.

                                             

Nous restons à votre écoute ;

Liens et info utiles ;

Nouvelle Adresse : 

UNSA-MGEN, 7 Square Max-Hymans  (Bureau 03-04),  75015 PARIS.

Cotisations/ trésorerie 2015, n’oubliez pas ….

Pour joindre joseph le trésorier ;  06 61 17 30 69  josephmellerin@aol.com

Numéro vert si vous rencontrez des difficultés (Risques Psycho Sociaux)  0 800 159 136 confidentialité garantie.

NUMERO RESSIF  (réseau des services sociaux interentreprises de France) 04.37.56.85.41

Dominique CHALOUBIE secrétaire du CE MGEN à     CEMGEN@wanadoo.fr

UNSA MGEN ; http://www.unsa-mgen.fr

Mail : dominique.chaloubie@wanadoo.fr (depuis un poste « MGEN » ne pas mettre de majuscules)

février 2

Avec l’UNSA LIBRES ENSEMBLES….     infofévrier 2015 NAO suite

NAO :

Nous voici arrivé en fin de NAO… !

Une FIN sans avoir l’impression que la MGEN y ait mis les moyens !!

Une négociation dans une enveloppe fermée « si on donne d’un coté on sort (reprend) de l’autre ».

Nous sommes loin de nos deux revendications du 26 décembre 2014….

Après lecture, à vous de voir et de nous dire rapidement si, à votre avis, l’UNSA-MGEN doit signer, ou non, ces accords… Certes, quelques avancées ont été faites en cours de négociation, mais seulement par rapport aux propositions initiales de l’employeur !

Pas de réponse à hauteur des revendications exprimées par les 4 Organisations syndicales au début de la négociation en intersyndicale.

L’UNSA-MGEN, fidèle à l’inter, avait annoncé comme point de rupture, une augmentation générale des salaires et le retrait de la prime aux commerciaux non négociée…

La MGEN ne l’a pas entendu de cette oreille ; elle ne propose pas d’augmentation collective et maintient de la prime de performance non négociée dans le dispositif NAO (N.A.O cela veut dire Négociation Annuelle Obligatoire !!, si il n’y a pas négociation possible on retire ce point de la N.A.O)

Au cours de la réunion du 13 février, L’UNSA-MGEN a tout d’abord informé la MGEN des nombreux messages d’alertes que vous, salarié(e)s, nous aviez envoyés suite à l’annonce d’une prime aux commerciaux à la signature du contrat et du climat détestable que cela va générer.

Course à la signature, choix des tâches rémunératrices aux dépends du travail à constituer en amont, relations humaines dégradées, effet contraire à celui attendu en matière d’efficacité, etc.. Restent des éléments qui ne peuvent pas être effacés d’un revers de manche.

Il reste inconcevable, pour l’UNSA-MGEN de mettre cette forme de rémunération en place sans une sérieuse négociation et après avoir rétabli un équilibre salarial en amont. Nos mandats, à l’UNSA-MGEN, tiennent compte de vos réticences à voir évoluer la rémunération sous une forme individuelle plutôt que collective.

L’UNSA-MGEN a rappelé, à nouveau, les attentes du mouvement social et l’exigence initiale porté par une majorité de salarié(e)s d’une augmentation générale des salaires de 2, 5 %.

Suite à une interruption de séance voici les dernières propositions de l’employeur

- Hausse des salaires pour les salariés sous convention UGEM : 0,3% du RMAG    (y compris indemnité différentielle de transposition 2004, E.P.A, P.P.G à l’exclusion de toute autre prime) en plus des 0,2% UGEM, de plus cette augmentation sera portée sur la ligne du choix ; donc, NON INDEXEE .

Nous réclamions 1% minimum, l’employeur propose 0,3% en fin de négociation pour l’unsa il manque 0,5 nous aurions pu englober les 0,2 de l’UGEM dans les 1%

- Maintient à 115% du SMIC pour les bas salaires, soit 1675 euros brut mensuels

L’employeur à renoncé à l’objectif de 120% du SMIC initialement fixé prévu pour le repousser à 2018

LA MGEN avait décidé, unilatéralement, une hausse des bas salaires pour atteindre 120% du SMIG en 2015, aujourd’hui, elle est incapable de tenir sa parole sur ses propres décisions et repousse l’objectif à 2018…. Difficile à entendre !!

- enveloppe à 0,1% de la masse salariale pour la parité Hommes/Femmes

Cette par de la masse salariale, cette mesure semble ne concerner que quelques rares cadres au siège national.

- évolution des fonctions et qualification (0,3% de la masse salariale)

Nous avions 0.4 l’année passée..

- Prime au choix :

(0,7%) pour les fonctions non commerciales

La MGEN nous annonce en séance que cette enveloppe concerne uniquement les CT, CA et le siège ce qui veut dire en section, pas commercial ; pas de prime. Lors de la dernière réunion la MGEN proposait à 0,5%, l’employeur a évolué de 0,2% durant la négociation

(0,5%) pour les fonctions commerciales enveloppe destinée aux sections (RE, CM et CADS)                                                                                                      QUID! des APS, GPS et SPS qui participent aussi à l’accueil physique et téléphonique et à la vente des produits eux aussi ont des objectifs annuel fixés lors de leur entretient annuel !!!!

Nous pensions, à l’UNSA-MGEN, que cela concernerait tous les salariés sous fonction commerciale, il semblerait que non et que chaque direction locale ferait un arbitrage en fonction d’éléments transmis par le siège qui ne nous ont pas été divulgués !!

Sans négociation possible, voilà une raison de plus pour que l’UNSA-MGEN en fasse un point de rupture !!

- Introduction d’une Prime de performance (SD) basé sur des mécanismes collectifs en majorité : 0,27% de la masse salariale (laquelle ?) avec ouverture prochaine d’une séance de négociation (CPN)

ðNous avons fait part de notre refus d’intégrer ce dispositif unilatéral dans la négociation et avons demandé sans succès que l’enveloppe prévu soit réaffectée aux autres dispositifs …(cependant cette disposition ne figure pas sur le protocole de fin de négociation)

-Prime de « vie chère » augmentation de 10 euros /mois pour les salariés des DOM/TOM proratisée en fonction du temps travaillé (à peine de quoi acheter un camembert !)

- Renégociation à venir sur le dispositif d’intéressement

L’employeur ayant accepté au cours de la négociation, de ne pas imputer le budget alloué à ce dispositif sur l’enveloppe mise à sa disposition par le conseil d’Administration à la négociation en cours.

L’UNSA-MGEN a pris note que l’employeur MGEN, cette année, sur le secteur FEHAP

(MGEN Action Sanitaire et Sociale, a dégagé un certain nombre de propositions ;

-0.2 % de la masse salariale annuelle à des promotions (ex les formateurs IFSI promus sur le métier de cadre de santé).

-0.8% pour revaloriser les métiers en tension (aides soignants, A.M.P).

-prime décentralisée à négocier.

-négociation sur la prime de transport.

Même si la MGEN propose sur le secteur UGEM quelques mesures, encore trop faibles, nous considérons, à l’UNSA-MGEN, que les propositions sont trop axées sur des évolutions individuelles et que ce choix va générer inévitablement des tensions importantes, nuire à la qualité de vie au travail dans les équipes, et aboutir à l’ opposé des effets recherchés.

Vous, salarié(e)s de la MGEN, l’avez d’ailleurs signalé dans les nombreux mails individuels ou collectifs que l’UNSA-MGEN a reçu ces derniers jours.

Nous, UNSA-MGEN, avons également fait part à l’employeur de notre difficulté à accepter ces propositions et de l’impossibilité d’adhérer à un dispositif dont nous ne détenons aucune explication sur les mécanismes d’applications, sur l’absence de détails, sur l’absence de concertation/négociation..

L’UNSA-MGEN, dans ce domaine, ne signera pas un chèque en blanc à l’employeur …

L’UNSA-MGEN rappelle à l’employeur qu’en négociation, nous représentons les personnels et qu’à ce titre, nous sommes mandatés pour lui faire part des revendications. Cette précision nous semble nécessaire cartrop souvent la MGEN nous fait part de sa perception différente des attentes du terrain.

L’UNSA-MGEN, représente et veut continuer à protéger le salarié qui, par son expression, peut être exposé à réprimande ou discrimination de la part de responsables locaux de proximité.

Bien évidemment, l’UNSA-MGEN attendra vos retours, très rapides, pour pouvoir faire la synthèse, prendre une position définitive en responsabilité avec les pouvoirs, missions et représentativité que vous nous avez attribués en Assemblée Générale et lors des dernières élections. Même si nous avons déjà prévenu l’employeur MGEN que, pour l’UNSA-MGEN, le compte n’y est pas !!

Nous avons rappelé à l’employeur MGEN que nous avons su l’accompagner dans de nombreuses évolutions structurelles, nous avons pu participer à élaborer des stratégies courageuses et nécessaires au vu du contexte environnemental,

Co-construction, pourquoi pas ? Avec les mêmes éléments et jamais sans une politique salariale ambitieuse et négociée à la hauteur des enjeux qui nous attendent, seul remède contre la cristallisation chronique qu’engendre la faiblesse de nos salaires actuels.

Nous restons à votre écoute ;

Liens et info utiles ;

Nouvelle Adresse :

UNSA-MGEN, 7 Square Max-Hymans (Bureau 03-04), 75015 PARIS.

Cotisations/ trésorerie 2015, n’oubliez pas ….

Pour joindre joseph le trésorier ; 06 61 17 30 69 josephmellerin@aol.com

Numéro vert si vous rencontrez des difficultés (Risques Psycho Sociaux) 0 800 159 136 confidentialité garantie.

NUMERO RESSIF (réseau des services sociaux interentreprises de France) 04.37.56.85.41

Dominique CHALOUBIE secrétaire du CE MGEN à CEMGEN@wanadoo.fr

UNSA MGEN ; http://www.unsa-mgen.fr

Mail : dominique.chaloubie@wanadoo.fr (depuis un poste « MGEN » ne pas mettre de majuscules)

La réception de ce mail vaut accord expresse de votre part. Si vous ne souhaitez plus recevoir d’infos, faites le savoir par retour de mail,

février

info février 2015

NAO

Suite à la dernière info, vos retours sont nombreux, ils démontrent que notre position reste la bonne par notre connaissance du terrain grâce aux échanges nombreux et au réseau syndical UNSA que nous avons mis en place.

Toutes vos expressions témoignent de votre attachement au collectif, à la reconnaissance du travail de tous, du travail de chacun et de celui de ses collègues sans discrimination…

Nous vous remercions de continuer à nous aider à vous représenter au mieux et de la confiance que vous nous accordez.

Nous avons tenu une intersyndicale le 4 février, et sur la base d’une expression commune avec les autres organisations syndicales, au regard des propositions de l’employeur (voir info de janvier, pour certaines positives, secteur FEHAP ), nous avons, ensemble, décidé :

- d’attendre les réponses de la MGEN avant de poursuivre ou non le mouvement du 26 décembre 2014,

- de réaffirmer notre volonté de privilégier dans la négociation actuelle une hausse générale des salaires de l’ordre de 1% (position responsable et consensuelle, suite aux propositions faites la semaine précédant et au regard des 2,5% exprimés lors du mouvement social)

- de faire porter le montant de l’enveloppe au choix à 1% (au lieu des 0,5% proposés par l’employeur)

- le refus d’intégrer dans la N.A.O.le projet de mise en place d’une rémunération variable pour les fonctions commerciales des sections départementales !!(comme exposé dans la dernière info) initialement proposé par l’employeur pour les fonctions commerciales.

- De renégocier tous les éléments de la prime d’intéressement.

Ainsi, chaque organisation, en début de séance N.A.O. a rappelé ces points comme préalable à toute négociation, même si l’une d’entre-elle en a rajouté et semblait un peu « à coté » de ce que nous avions décidé collectivement..

Réponses de la MGEN-employeur

La MGEN, après nous avoir écoutés (non pas entendu), nous annonce au milieu d’une valse de bons mots citations employeur ;(« l’entreprise a besoin de s’appuyer sur toutes les forces de l’entreprise », «il faut du temps pour faire le chemin, pas de volonté de passage en force », « s’adapter en privilégiant le collectif il peut aussi valoriser la performance individuelle », « on est en avance dans la réflexion par rapport à vous, nous ne voulons pas aller vers l’individualisation mais favoriser la dynamique du collectif », etc..) sur son sens des responsabilités, sur ses valeurs, il nous propose l’ouverture de commissions paritaires de négociations sur les points suivants :

La prime à la performance (secteur UGEM)

Mise à plat des systèmes de retraite (UES )suite aux nouvelles dispositions législatives.

Prime décentralisée (secteur FEHAP)

Renégociation de l’Intéressement (UES)

La MGEN nous informe que les efforts sur les bas salaires et l’objectif de 120% du SMIC fixé initialement pour 2015 sont repoussés à 2018, nous restons à 115% pour 2015.

L’employeur nous annonce pour la journée du pont que l’arbitrage et la répartition de l’attribution entre le 13 mai et le 15 juillet sera du ressort de chaque responsable de centre et que la MGEN ne fermera aucun centre de travail ces jours là,

Enfin, la MGEN-employeur nous annonce, en complément de ses propositions initiales, être prête à mettre en place une augmentation pour tous, tenez vous bien de 0,1 % (soit un café par mois/par salariés grosso modo !!!)

Et de passer le montant proposé/ alloué à l’enveloppe consacrée la prime au choix de à 0,5% à 0,6% !!!

Il ne sort pas de l’enveloppe N.A.O. le montant consacré à la rémunération variable.

L’UNSA-MGEN a répondu que ces propos étaient incohérents voire contradictoires et que les propositions étaient irrecevables en l’état, au regard de nos propositions intersyndicales confortées, pour l’UNSA-MGEN, par vos nombreuses réactions et retours.

- Pas de prise en compte par la MGEN-employeur :

des difficultés financières de nombreux salariés, de leur investissement important, de la hausse continue de la charge de travail, du retard de l’évolution des rémunérations pris par l’entreprise depuis des années avec les normes du marché pouvant aller jusqu’à 15% selon les propres aveux de l’employeur, du mouvement social de la fin d’année passée.

A ce sujet, rien n’indique que les mesures proposées participent à un quelconque rattrapage des salaires par rapport au marché, bien au contraire, nous pensons que nous prenons même du retard, encore une fois, là ou l’employeur semble privilégier la compétitivité de sa masse salariale au détriment de la performance sociale.

Nous serons de plus en plus confrontés à des difficultés de recrutement de personnels qualifiés et à garder nos bons éléments. La situation n’est tenable que grâce à un taux de chômage records dans le pays et il reste à souhaiter (pour la MGEN-employeur qui reste loin, dans ce cas, de ses valeurs) que la reprise économique ne pointe pas le bout de son nez afin d’éviter que cette fragilité structurelle et idéologique ne vienne pas nous accabler à l’avenir.

Bien évidemment, très rapidement, nous comptons sur vos réactions pour savoir jusqu’où pouvons aller et, si besoin, poursuivre et relancer le mouvement du 26 décembre si la MGEN-employeur ne fait pas un pas à la fin de la N.A.O..

L’UNSA-MGEN a fait part de ses observations négatives sur la stratégie de l’entreprise en matière de rémunérations…Il est clair que les dispositifs proposés, que l’UNSA-MGEN conteste en l’état, vont attiser les tensions dans les équipes.

Deux mécanismes déjà identifiés :

Prime à la performance

-Fracture avec une partie des acteurs salariés des sections départementales, SPS et APS, que le dispositif envisagé rejette, ce qui va entrainer, inévitablement, une démobilisation de ces personnels à contribuer, comme actuellement, au développement commercial. Nombreux sont les centres où la polyvalence exige une contribution de tous les acteurs sur la vente de produits.

-Fracture pour les acteurs du développement, entre eux, course à la signature, nature d’une activité et une organisation qui ne permet pas toujours d’identifier individuellement l’auteur de la vente.

Risque de rejet des tâches ingrates et/ou invisibles, certains inévitablement seront tentés de refourguer aux voisins ses activités non rémunératrices, au détriment du service à rendre aux mutualistes.

Ainsi la gestion du RO, la gestion des réclamations, la prise d’appels ODIGO, les dossiers particuliers et complexes, etc. ne deviendraient, pour certains, que perte de temps…

- Fracture avec la chaine de services, en n’intégrant pas dans le dispositif les salariés des centres d’appels et des centre de traitements qui contribuent, aussi, à la vente de produits MGEN (au regard de la qualité de service et de l’image d’excellence qu’ils savent insuffler à nos adhérents par un traitement qualitatifs des dossiers, des mails, des appels, des réclamations et même, aujourd’hui, pour ceux qui prennent directement des rendez vous pour les sections départementales via les expérimentations en centres d’appels).

Cette rémunération variable, dont le montant global de la prime nous reste inconnu, reste fonction des performances (définies comment) n’est garantie acquise pour personne.

L’UNSA-MGEN à ce stade est plus que frileuse à la mise ne place d’un système de mise en compétition des salariés entre eux, au détriment du service à rendre au mutualiste, c’est l’ensemble de la chaine qui doit être concerné.

L’UNSA-MGEN ne comprend pas que la MGEN-employeur n’envisage pas pour cette révolution idéologique y mettant les moyens par des budgets spécifiques sur le budget global de la MGEN, pour gagner davantage, il faut savoir investir.

Prime au choix

L’employeur nous annonce qu’elle serait distribuée aux acteurs ne bénéficiant pas de l’hypothétique prime de performance ? Est-ce comme cela que nous allons vraiment gommer le sentiment d’injustice ressenti par ceux et celles qui n’en bénéficient pratiquement jamais alors qu’ils fournissent un travail de qualité !!

Pour l’UNSA-MGEN, la performance collective n’en sortirait pas grandie. Il reste important que chaque acteur, militant, élu, salarié, mutualiste, trouve une raison à défendre, développer, faire adhérer continue d’affirmer que notre modèle solidaire et responsable reste le modèle vertueux sur lequel il faut s’appuyer.

L’UNSA-MGEN, dans l’esprit du mouvement social, s’engage, avec les organisations syndicales qui ont initié le mouvement, même si nous sentons bien, qu’ici où là, certaines pourraient être tentées de privilégier la stratégie des hautes sphères à la défense d’un militantisme responsable et éclairé, consacré à la défense des salariés que nous représentons.

Les salariés ont exprimés de manière forte leurs revendications par un mouvement social de grande ampleur. Nous avons sacrifié du temps et du salaire, la MGEN-employeur doit répondre à la mesure des revendications par des propositions responsables mais aussi exceptionnelles.

Le 13 février est programmée une réunion de NAO, l’UNSA-MGEN forte de votre soutien et de nos échanges argumentera avec force convictions auprès de la MGEN-employeur, tout en envisageant déjà la suite si la négociation venait à échouer…

Autres Négociations à venir

Mutuelle d’entreprise(repoussée de mois en mois…cette négociation devrait être mise en route au cours du semestre en cours)

Centre D’appels :

Suite au bilan effectué, nous sommes en négociation pour redéfinir le protocole existant, définir des règles collectives plus pertinentes, plus souples (redéfinition du cycle, faciliter les échanges horaires, réflexions sur la prise de pauses repas et les amplitudes etc..) Une négociation sur la redéfinition des nouveaux métiers résultants de l’expérimentation positive en cours (Lyon, Bordeaux). Nous sollicitons une réflexion sur les Centre d’appels ne bénéficiant pas des nouveaux dispositifs valorisant (CF RENNES et PARIS).

Ambition Réseau :

L’employeur souhaite négocier ? La mise en place du dispositif expérimental (3 régions seraient retenues dans un futur proche parmi : PACA, Pays de Loire, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et Versailles) Nous devrions être sollicités au niveau syndical afin de négocier (nous l’espérons) les conditions de travail et notamment les moyens financiers et matériels mis à disposition…

Nous restons à votre écoute ;

Liens et info utiles ;

Cotisations/ trésorerie 2015, n’oubliez pas ….

Pour joindre joseph le trésorier ; 06 61 17 30 69 josephmellerin@aol.com

Numéro vert si vous rencontrez des difficultés (Risques Psycho Sociaux) 0 800 159 136 confidentialité garantie.

NUMERO RESSIF (réseau des services sociaux interentreprises de France) 04.37.56.85.41

Dominique CHALOUBIE secrétaire du CE MGEN à CEMGEN@wanadoo.fr

UNSA MGEN ; http://www.unsa-mgen.fr

Mail : dominique.chaloubie@wanadoo.fr (depuis un poste « MGEN » ne pas mettre de majuscules)

La réception de ce mail vaut accord expresse de votre part. Si vous ne souhaitez plus recevoir d’infos, faites le savoir par retour de mail,

info janvier 2015

info janvier

Avec l’UNSA LIBRES ENSEMBLES….

Info

Nous avons déménagé et nous sommes désormais au

UNSA-MGEN                                                  CE MGEN (Dominique)

7 Square Max-Hymans                                     7 Square Max-Hymans

Bureau 03-04                                                  Bureau 03-14

75015 PARIS.                                                  75015 Paris

Conseil d’administration/ CE MGEN/ Négociation Annuelle Obligatoire (NAO)

 

 

CE MGEN

- Un point d’échange (en C.E. on ne négocie pas) sur l’aménagement et l’organisation du travail en centre d’appel qui devrait déboucher sur un avenant de l’accord après négociation en Commission Paritaire Nationale (CPN) et l’information de l’extension de l’expérimentation d’une équipe dédiée multi-proximité dans le cadre de la nouvelle offre en étendant à tout le territoire qui serait positionnée à BORDEAUX.

- Le clou de cet ordre du jour ; projet de mise en place d’une rémunération variable pour les fonctions commerciales des sections départementales !!

Je ne vous cite que quelques phrases et nous attendrons vos réactions….

La R.H. nous présente le dossier en nous expliquant « c’est un dispositif qui complète » « sur un principe d’équité » « c’est une émulation collective » « il faudra mesurer le niveau de la contribution » « 70% de collectif et 30% d’individuel » « les RE concernés entretiens, référentiel métiers » « pour les CADS, CM taux de transformation » « c’est un système qui complète le choix, l’intéressement » « on connaitrait le budget en début d’année » « à la fois une reconnaissance des pratiques collectives et des pratiques individuelles » « versement 2016 au titre de 2015 » « concerne l’ensemble des sections » « mettre en cohérence avec les attendus de la MGEN » « concernés C.A.D.S/CM/Chargé de coordination/ les encadrants des sections »

« C’est un dispositif employeur il n’est pas négociable !! »

L’UNSA MGEN a réagit fermement à ces propos, en effet, il n’est pas question, pour nous, de cautionner cette forme de discrimination, tout le monde participe à l’action de mutualisation et doit, en retour, bénéficier des retombées en matière salariales (vous lirez le PV du C.E quand il sortira).. De plus, l’employeur nous dit : ce n’est pas négociable ! Quel respect des salariés au travers de leurs organisations !

Nous vous laissons faire les commentaires…..

NAO du 04/12/2014

Propositions de l’employeur MGEN en début de séance :

Le conseil d’administration a validé l’esprit de la négociation sur la pluri-annualité de certaines mesures.

Sur l’UES (unité économique et sociale, tous secteurs de la MGEN confondus) pas forcément tout et tout le monde de suite. Dans le cadre du budget alloué le cadre FEHAP est plus contraint que Mutualité..

- La problématique des premiers niveaux de salaires à objectif ; 120% du SMIG ? Nous ne remettons pas cela en cause, nous dit la MGEN, mais pour cette année, afin d’éviter les effets de tassement des salaires, nous resterons à 115% pour finaliser à 120% l’année prochaine.

- Poursuivre à corriger les écarts de salaire entre hommes et femmes, à renégocier, il est consacré une enveloppe de 0,1% de la masse salariale (commentaires UNSA il doit parler de quelques cadres du siège car la MGEN nous disait qu’il n’y avait pas de différence entre hommes et femmes à la MGEN).

- propositions spécifiques FEHAP (établissements) : 1/ une enveloppe d’évolution des qualifications par promotion de 0,28% de la masse salariale. 2/ revalorisation des métiers en tension (aides soignants par exemple) 0,8% de la masse salariale..

- Propositions mutualité ; la MGEN reconnait le décalage fort en matière de rémunération, avec le secteur sur les fonctions commerciales il consacrerait 1/ 0,5% de la masse pour cette opération.. (Commentaires UNSA, la MGEN nous a dit en C.E. ce n’est pas négociable !)

2/ 0,3% pour les promotions évolutions des qualifications (commentaires UNSA : après parcours).

3/ 0,5% pour l’enveloppe au choix pour l’équilibre entre les métiers…

La prime de performance, dit la MGEN, que nous souhaitons mettre en place sur le réseau MGEN, dans l’enveloppe NAO 2015, c’est un mécanisme introduit qui n’est pas négociable, en jouant sur la dynamique d’équipe 0,27% tout en précisant que ce n’est qu’une étape et que les mesures seraient étendues au CA / CT mais plus tard..

Enfin, sur les centres de santé, la MGEN propose 1/ une enveloppe de 0,30% pour les techniciens en optique, secrétaires médicales, assistantes dentaires..

La MGEN nous annonce la prise jour de pont le 13 juillet, prétextant que le mois de mai est un mois remplit de jours fériés… Vous nous demandiez le 15 mai (faites savoir votre mécontentement à vos directions sur ce sujet..

La MGEN nous rappelle que les 2,5 % demandés par l’intersyndicale ne sont pas possible à donner, c’est pour cela qu’elle a fait toute cette série de propositions…

L’UNSA MGEN et les autres, ont rappelé le mouvement du 26 novembre 2014, nous attendons, même si certaines propositions sont dignes d’intérêt, davantage de collectif pour rester fidèles à la demande des salariés en grève.

Il n’en demeure pas moins que la mesure du salaire variable des commerciaux n’est pas négociable, elle viendrait grever le budget de l’enveloppe au choix !! Si cette mesure est en complément de ce qui existe, elle ne doit pas faire partie de la NAO et encore moins venir en diminution du budget consacré au choix (tous les salariés sont en attente) L’UNSA ne signera aucun accord incluant cette mesure tant qu’elle ne sera pas collective. En préalable à toute discussion, il nous faut une augmentation collective…

A près de longs débats, la MGEN propose une interruption de séance et revient avec, en sachant qu’elle consacre 2,5% de la masse pour MGEN et 2% pour FEHAP qu’elle serait prête à envisager, en plus des mesures annoncées, une augmentation générale de ? en plus de l’augmentation négociée à l’UGEM fixée à 0,2%...

L’UNSA MGEN ne se prononcera qu’après réunion de l’intersyndicale du 04 février 14h, mais proposerait, en plus des propositions employeurs (dites nous en retour si accord) Au moins 1% collectif (voir si UGEM compris) une enveloppe choix rétablie à 1%, et l’exclusion de la négociation de ce qui n’est pas négociable…

Ensemble, en intersyndicale, nous échangerons demain.

CHSCT national

Une circulaire est arrivée dans vos centres sur les propositions faites au collège désignatif (DP/ élus CE) de modalités des élections sur la mise en place des CHSCT Mutuelle et la représentation des CHSCT existants dans celui-ci. Ces modalités devraient permettre au corps désignatif d’exercer toutes ses prérogatives.

Les candidatures étant libres, vous pouvez vous présenter, sachant que ce sont les élus qui votent vous pouvez nous faire parvenir copies de celles-ci afin que l’UNSA se positionne et puisse, éventuellement, donner des consignes à ses électeurs…