dernier bulletin secteur MGEN

informations ANNEE 2017

 29 novembre 2017

Alors que la période de rentrée scolaire est désormais loin derrière nous, chacun
s’active dans son domaine afin de répondre aux exigences professionnelles du
moment dans un cycle de fin d’année toujours chargé en matière de
développement, de fidélisation, et de services à l’adhérent.
A noter, que la convention de référencement, débutera en janvier, et sera le point de
départ d’une concurrence accrue sur notre champ historique.


Nous revenons, pour partager avec vous les dernières informations en notre
possession, à la veille de l’ouverture de la NAO, prévue le 12 décembre, précisons
par avance, qu’il faudra sans aucun doute, attendre le début d’année prochaine pour
disposer d’une visibilité quant aux intentions réelles de notre employeur en matière
d'évolution de la rémunération…
L’UNSA-MGEN, dans la droite ligne des années précédentes et de ses mandats,
continuera d’exiger une reconnaissance pécuniaire pour tous.


Par ailleurs, l’UNSA-MGEN voit se poursuivre la construction du groupe VYV, et
accompagne, à son niveau, les derniers transferts du moment.
Si certaines garanties quant au maintien de la souveraineté de MGEN semblent avoir
été apportées, nous restons vigilants au sujet des structurations en cours, notamment
sur le livre 3 (secteur ASS et Centres de santé), qui nous semblent complexifier
toujours un peu plus le pilotage par un empilement de strates qui nous laisse
perplexe.
Dans cet environnement, nous nous interrogeons sur l’éloignement toujours plus
fort, des lieux de dialogue social avec le salarié de terrain.
Un comité de groupe devrait être mis en place au niveau de VyV, auquel nous
participerons. Nous serons ainsi amenés à échanger sur la situation financière et les
orientations stratégiques de ce groupe.


Concernant le dialogue social, il a été décidé collectivement de proroger les mandats
actuels, du fait des ordonnances Macron. Les élections d’entreprises seront, elles,
repoussées probablement à 2019.



L’UNSA-MGEN rappelle la nécessité absolue de maintenir un dialogue social de
proximité, au regard de la disparition programmée des délégués du personnel
aujourd'hui élus pour être remplacés par des représentants de proximité
"désignés" (pour lesquels il reste à déterminer les attributions, le nombre, les moyens à sa
disposition, le mode de désignation).


L’UNSA-MGEN considère qu’il doit y avoir au moins un représentant sur chaque
site de travail où il y a en poste une directrice ou un directeur.
L’employeur MGEN aura ici l’occasion de démontrer son attachement au dialogue
social et de faire la preuve que les employeurs de l'économie sociale et solidaire
mutualistes seraient capables de donner l'exemple du maintien des valeurs qui
sont affichées dans l'entreprise en maintenant avec force publicité cet échelon de
discussion (en dépit des intentions non-dissimulées des directives gouvernementales).

 


 


Depuis le 1er octobre, deux organisations syndicales ont signé, à notre grand
désarroi, le nouveau protocole horaire venant définir les règles en la matière
(ambition réseaux).
Les pressions de l’employeur et une certaine méconnaissance des enjeux semblent
avoir été déterminants pour arracher la signature de nos camarades.
L’UNSA-MGEN reste dubitative quant à l’application d’un protocole qui accentuera
potentiellement le recours au travail le samedi, ce qui fragilise la garantie
première d’une qualité de vie déjà fortement détériorée ces dernières années.
Nous observons d’ores et déjà les prémices ici ou là, par opportunisme, ou par zèle,
d’une volonté de tester le modèle expérimental inclus dans le protocole visant à
basculer sur un modèle de travail du mardi au samedi, au grand désarroi de la
majorité des salariés !
A ce stade, une mobilisation sur ce sujet n’est pas exclue, si un passage en force
était tenté par l’employeur…


Par ailleurs, la pérennisation d’un système de comptabilisation à 50% des heures
de déplacements sur certains créneaux horaires, dans un contexte où le recours à ces
dernières serait amené à être accentué du fait de la stratégie de développement, nous
semble tout aussi inacceptable… (D’autant plus, pour celles et ceux qui travaillent dans des
départements éloignés des grands centres urbains !)


D’autres modifications ont été apportées par cet accord, sur lesquelles il vous faut
être vigilant :
-Le versement d’une prime le samedi de 40€ ou 80€ brut : dont les conditions de
versements nous semblent peu lisibles.
-Le crédit d’heures individualisé peut être porté à 15h (dans la limite de 5h/hebdo),
ce qui pourrait être considéré comme un plus, mais qui ne doit pas masquer les
difficultés à poser 2 jours de récupération une fois ce niveau atteint.
Nous avons sollicité la régularisation rétroactive des compteurs Agate pour le mois
d’octobre…
-La récupération ou le paiement des heures de déplacements : attention, il ne faut
les envisager qu’au delà de l’horaire de travail de référence (soit au-delà des
37hrs/hebdo).
-Les Conseillers Mutualistes, n’ont plus de plages fixes : cela laisse une plus
grande liberté, sauf les jours où ces derniers seraient inscrits sur un planning
d’activité particulier. Ils peuvent faire une seule session de 5hrs (perte du ticket
restaurant dans ce cas là).
Attention : interdiction d'écrêter des heures !! heures travaillées =heures dues !


Enfin, nous vous invitons à nous faire part de vos interrogations, à partager avec
nous les divergences d’interprétation du protocole, à nous alerter sur les recours
trop systématiques aux horaires tardifs imposés, sur le manque de concertation au
sein de la ligne managériale.

Nous observons encore de trop vives tensions qui nous semblent exacerbées par
un management qui ne montre pas toujours cohérence et cohésion, tant au
niveau local, que régional, ces postures desservant l’ensemble des acteurs. Sans
le recul, la confiance, la sérénité et l'adhésion de tous, la MGEN ne pourra
atteindre ses objectifs.


Sur ce dernier point, notons la mise en place d’un plan sur 3ans (2018 à 2020)
relatif aux « objectifs managériaux » sur lequel nous reviendrons sans doute
ultérieurement. La MGEN entend accroître significativement ses résultats
commerciaux, en dépit d’une concurrence accrue !!
Nous pouvons entendre et concevoir, la nécessité de mieux organiser l’activité de
développement par une stratégie nationale plus lisible, par le pilotage régional,
par l’appui renforcé des ateliers en centres de contacts, par la meilleure
compréhension de l’activité de chacun, par l'identification et l’analyse des
difficultés rencontrées sur le terrain. Néanmoins, nous refusons les pressions
autoritaires, les dénigrements, les comportements toxiques qui persistent dans un
certain nombre de centres de travail.


Nous appelons chacun à témoigner et à nous alerter face à ses situations.



Dans la continuité des informations ci-dessus, nous vous présentons succinctement le
schéma organisationnel au niveau régional, ainsi que les nouveaux métiers.
Les fiches fonctions seront visibles dans le portail cette fin de semaine. Nous les
tenons à votre disposition si besoin.
On notera le rattachement des CDR aux régions, la pérennisation des CADS
régionaux (qui par ailleurs disposent désormais d’une prime de 220€/brut/mensuel / courant
2018, des postes en CDI seront ouverts à celles et ceux qui souhaiteraient s’y inscrire…), la
transformation du poste d’APS en Secrétaire Administratif(ve) Polyvalent (e) (avec la
garantie que cette fonction soit préservée dans chaque SD sous la responsabilité hiérarchique du
directeur et non du RER).
Pour chaque métier nous avons tenté d’ajuster plus finement le contenu du poste,
de valoriser davantage la dénomination, d’interpeller sur les formations et les trop
faibles rémunérations en général.
Nous avons aussi alerté fortement au sujet des incohérences vécues (excès de
polyvalence, l’absence de lisibilité du lien hiérarchique, périmètre d’intervention…) sans
toujours parvenir à une écoute.

- Les évolutions métiers au niveau régional :

 

 


- Les évolutions métiers au niveau départemental :

 

 



- Don du sang : Nous avons interpellé l’employeur sur la nécessité de
permettre le don du sang sur son temps de travail dans le respect du
Décret D1221-2 du code de la santé publique, acceptant par avance un
cadrage du dispositif pour que chacun s’y retrouve. L’employeur nous a
répondu favorablement et nous dit travailler à une circulaire…


- Protocole Horaire en Centre de Contacts : L’employeur nous donne
rendez-vous le 10 janvier…


- Télétravail : Suite à la signature par l’ensemble des Organisations
syndicales, une expérimentation sur deux ans est désormais en cours sur
le siège (UNION) et sur Mgen technologies. En fonction du bilan, nous
pourrions l’étendre à l’ensemble des secteurs.

- CQP et formation : Nous restons en attente de visibilité sur le bilan 2017 et
le plan de formation 2018.
Par ailleurs, nous avons exigé de disposer des précisions sur les règles de
reconnaissance de l’expérience acquise (VAE) et sur les critères
d’intermédiation imposés par la branche face aux difficultés de certains
salariés à se voir imposer des parcours complets alors que leur formation
initiale pourrait les en dispenser.


- Futurs retraités Pensez-y : En cas de départ en retraite, vous pouvez (re)
basculer dans l’offre MSP (référence)… Le contrat de génération peut vous
permettre d’aménager votre départ en réduisant votre temps de travail
(8O%) les deux dernières années, tout en compensant votre cotisation
retraite. L’utilisation du CET (Compte Epargne Temps) peut aussi être
envisagée…


- Supplément d’intéressement 2017, un fantasme ou un réalité !? Les
résultats commerciaux plutôt convaincants et le résultat des placements
financiers pourraient-ils concrétiser une mesure que nous avions signée
en 2015 et pour l’heure jamais déclenchée ? A suivre…

__________________________________________________________________________________


L'AG UNSA-MGEN se tiendra au Verdon sur Mer les 16/17 18 mai 2018.
Le mercredi 16 : réunion de bureau matin et Commission exécutive AM.
Le jeudi vendredi 17 : AG extraordinaire matin puis AG en suivant sur la journée
Le vendredi 18 : mise en oeuvre de la résolution finale…avec un retour prévu
Bordeaux vers 15h30/16 heures.
Un document de pré-inscription vous sera envoyé dans les jours suivant cette
info afin que nous puissions organiser au mieux cette assemblée générale.
Si vous ne pouvez pas y assister personnellement, vous pouvez missionner un ou
une collègue qui sera pris en charge par l'UNSA MGEN pour les frais liés au
déplacement et par l'employeur pour le temps de travail….
Chaque centre de travail se doit d'envoyer un / une collègue afin de participer
activement à cette assemblée générale.
Cette assemblée revêt une importance particulière car nous allons renouveler,
autour du secrétaire général, de nombreux postes nationaux (délégué central,
trésorier, membres du bureau national et militants locaux), de nombreux
collègues ayant atteint l'âge et le droit à une retraite bienvenue…

Baromètre social par l’UNSA-MGEN:

 

 


QVT et Handicap


Bilan Contrat groupe obligatoire


NAO (du 12 décembre à février 2018)


Dialogue social et futures élections professionnelles
(énorme chantier au regard des "ordonnances gouvernementales" et la refonte,
pas au profit des salariés et de leurs représentants, du code du travail.)



· Rappel : le CCE tient une commission sociale destinée aux salariés en
difficultés. Elle se réunit chaque mois pour examiner les situations qui lui sont
soumises (dossier à renseigner) et peut octroyer, selon le cas, des secours ou
des aides (remboursables) jusqu’à 1500€. Christine Elmassian y siège pour
l’UNSA.


· BOURSE des VOLS: Un nouveau service pour l’achat de vols « secs » à tarifs
Préférentiels a été mis en place par le CCE, vous y accéder depuis :
ce.bourse-des-vols.com avec l’identifiant : MGEN et le mot de passe :
BDV75015
Ou par téléphone 0 891 040 01


Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous
rencontrez dans votre travail. Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.


Vous aimez recevoir nos informations ? Vous voulez que ça continue ? Partagez-les autour de vous,adhérez et faites adhérer, participez à la réflexion…le Syndicat c’est vous !!!
Soutenez ceux qui vous représentent, c’est plus que jamais nécessaire.
Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et
éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.


Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants ! Ne soyez pas résignés, rejoignez-nous  !

 
 

 

 
 info de septembre
 
 
Après un été qui, nous l’espérons, a pu permettre à chacun de prendre un peu d’air,
la reprise est déjà bien engagée, dans un environnement concurrentiel renforcé par
le référencement sur notre champ historique d’acteurs du secteur lucratif, et une
hiérarchie sollicitant toujours un peu plus l’énergie des salariés.

A cela s’ajoute de nombreux bouleversement, sur lesquels nous revenons, qui
placent cette rentrée sous le signe du changement, des transformations, des
innovations et de l’affirmation du modèle Mutualiste Solidaire.

Environnement interne : Création du groupe.

En actant la création du groupe vyv, le 13 septembre 2017, les élus militants des
différentes mutuelles, au delà de l’aspect historique de cet acte fondateur, donnent
les moyens au mouvement mutualiste de réaffirmer ses valeurs, son rôle et son
existence dans le monde de demain.
C’est sous l’impulsion de Thierry BAUDET et Joseph DENIAUD initiateurs de cet
ambitieux outil d’influence et de développement, c’est par l accompagnement des
salariés et cadres dirigeants pour ce qui est de sa construction technique, et avec la
contribution des organisations syndicales dont l’UNSA-MGEN par la signature
récente d’un accord sur le statut social des salariés appelés à travailler au sein du
siège du groupe, que cette opération a été rendue possible.
Avec 10 000 élus mutualistes, 35 000 collaborateurs et prés de 10 millions de
personnes couvertes, le groupe VYV, dont la MGEN occupe une place centrale
devient le plus grand groupe de protection sociale mutualiste apte à répondre à
l’environnement et le contexte économique concurrentiel d’aujourd’hui.

L’UNSA-MGEN ne pourrait qu’enjoindre chacun à s’inscrire dans la dynamique
initiée, et soutenir un projet enthousiasmant en de nombreux points ce qui devrait
nous permettre une réussite collective dans la mesure où les emplois de tous et
chacun seraient préservés pour s'intégrer dans une ambition qui, nous dit-on, resterait
de faire progresser les solidarités, le mieux-vivre, en inventant la protection sociale
de demain …

Dans cet environnement, l’UNSA-MGEN entend jouer son role d'acteur
incontournable du dialogue social, tant dans les négociations, que dans son rôle de
médiateur et de représentation des salariés au quotidien, ou encore dans la défense
des salariés qui aspirent à un environnement de travail sain, à une reconnaissance
concrète de leurs engagements.

La confiance en chacun devrait être réciproque entre tous les acteurs, et nous
savons que vous qui, au quotidien, apportez votre contribution active par votre
engagement professionnel, avez de fortes attentes aux regards de dysfonctionnements
qu'il nous tarde de solutionner collectivement.

Le groupe VYV, au-delà des envolées lyriques qu’il provoque, devra aussi
transformer l’essai par des évolutions concrètes de notre environnement de travail
pour que la bataille engagée avec nos concurrents ne soit pas déstabilisée par le
dénigrement de nos forces vives et par des disputes stériles entre acteurs internes.

Nouvelle Organisation territoriale.

L’UNSA-MGEN, après consultation de ses élus (DP/DS), a transmis sa position à
l’employeur, qui pour l’heure reste sans réponse.
Nous restons surpris de l’empressement de certains syndicats à soutenir un protocole
en l’état tout en reconnaissant la légitimité de nos demandes.
Disons que nous avons vu soutien plus efficace sur un sujet aussi crucial touchant
chaque salarié dans sa pratique quotidienne même si l’épisode, pas si lointain, de la
négociation sur la complémentaire santé d’entreprise, nous avait familiarisé à de
telles attitudes…

Cet accord serait amené à s’étendre dés le 1er octobre sur l’ensemble du
territoire dans les sections départementales, les espaces mutuels et la SEM.
nous alertons l'employeur dans toutes les instances à disposition afin qu'il prenne conscience des enjeux et attentes des salariés rappelant que l'entreprise est aussi un territoire de santé, de prévention et de protection sociale.

Ci-joint vous trouverez un extrait du courrier adressé à nos décideurs et pourrez juger
de notre esprit d’ouverture par des propositions qui ne semblent pas relever d’une
éventuelle provocation mais bien de la recherche de compromis.

« Suite à la réception fin aout du projet de protocole relatif à l’organisation et à l’aménagement des déplacements et du temps de travail dans le cadre de l’organisation de travail, l’UNSA-MGEN, après consultation, ne peut accepter ce projet de protocole en l'état.

Notons que si une partie du territoire a pu, au moins partiellement, faire l’expérience dans le
cadre " d'ambition réseaux " d’un certain nombre de propositions mentionnées dans le présent
3 projet sans toutefois faire l’unanimité, le reste du territoire apparait très inquiet vis à vis des modifications envisagées.

Comme nous l’évoquions en début d’expérimentation, faute de consensus, les dispositions prises, notamment celles faisant le plus débat, telles que le travail du samedi ou les extensions tardives, bien qu’utilisées en grande majorité à bon escient et parcimonieusement durant la phase expérimentale, laissent une trop grande liberté d’action à l'encadrement. Cette situation fragilise un peu plus le salarié, notamment pour les CADS, SPS et APS ; et CM bien que cette fonction soit libérée des plages fixes (par ailleurs sans garantie de plus d’autonomie). Elle n’en rend pas plus facile les missions et le travail d’encadrement des Responsables d’équipes.
Aujourd’hui, le management local ainsi que le pilotage régional, au regard des difficultés qui nous sont remontées, tant individuelles que collectives, au regard du climat relationnel, des pressions faites sur les représentants du personnel, des interprétations diverses et variées des accords d’entreprises qui encadrent les pratiques professionnelles, rendent difficilement acceptables les propositions qui nous sont faites.
Ajoutons, que les résultats de l’enquête sur la qualité de vie au travail, ont démontré l’urgence àagir.

L’UNSA-MGEN, dans une démarche constructive, en dépit de l’absence de lisibilité, pourtant
réclamée, des dernières modifications apportées par l’employeur, fait un certains nombre de
propositions visant à enrichir le texte et à le rendre acceptable pour ceux que nous représentons : Points majeurs sur lesquels nous souhaitons des évolutions:
 
Sur les Temps de déplacement :
L’octroi d’un temps de repos à 50% pour les déplacements en dehors de l’horaire de travail de
référence, n’est pas acceptable pour les salariés qui nous mandatent, encore moins dans un
contexte où les déplacements se multiplieraient. Nous demandons une comptabilisation du temps passé à 100% au motif qu’il ne s’agit pas de temps où l’on peut librement vaquer à ses
occupations et dans la mesure où l’on reste dans un lien de subordination. Ce temps reste du temps de travail même s’il n’est pas considéré comme effectif.

Sur le Travail et Indemnité pour les Samedis travaillés :
Ouverture du Mardi au Samedi : L’expérimentation du mardi au samedi n’est, pour nous, pas
acceptable, sans qu’il soit fait mention d’un périmètre précis, à savoir uniquement sur de nouvelles implantations et encore moins sans application de l’indemnité légale (40€/80€brut par samedi travaillé).

Indemnité du Samedi : L’UNSA ne comprend pas la formulation dans un contexte où le travail le
samedi résulterait systématiquement d’une décision managériale. Difficile d’imaginer un salarié
décidé de venir de sa propre initiative dans sa section ou son Espace Mutuel ces jours là.
Dans la mesure où l’action est déclenchée par la direction, nous demandons à ce qu’une indemnité de 40Euros soit versée pour une demi journée travaillée (3h42) et qu’une seconde indemnité de 40€ brut soit versée au-delà de 5h de travail. La formulation proposée par l’employeur en l’état ne pourra que générer incompréhensions et tergiversations stériles dans son application.

Nb de Samedi : L’UNSA demande à rester sur un plafond de 10 samedis et pas 12. En cas de
maintien de ce niveau de plafond, nous demandons à réinscrire la notion de volontariat et de fixerla limite de deux samedis consécutifs imposés, en respectant les 48h de repos hebdomadaire.
Notons que la tentation de plus en plus fréquente du management , à demander aux équipes de
générer « artificiellement » de l’activité le samedi , sans doute pour en justifier le recours, ainsi que les demandes dérogatoires à la convention collective en matière de repos hebdomadaire.


Environnement externe : dialogue social.
Concernant la reforme du travail par ordonnance, l'UNSA-MGEN appelle à la
responsabilité individuelle et à l'expression des convictions personnelles dans
une logique d'autonomie politique et partisane qui caractérise notre syndicat...

L’UNSA nationale s’exprime en ces termes :
« Prétendre réguler les relations de travail en les déséquilibrant au profit des chefs d’entreprise,
c’est oublier l’objectif de justice que doit viser la loi.
Dans le domaine du Travail, cela implique de compenser par le droit la relation de subordination
entre le salarié et son employeur, de conforter la possibilité de représentation collective de salariésque leur contrat individuel de travail isole.
En facilitant les licenciements, allant jusqu’à imposer à la justice prud’homale une limitation des  ndemnités versées aux victimes de licenciements illégaux, en réduisant les moyens et la capacité de représentation collective des salariés en entreprise, à travers l’imposition d’une instance unique du personnel, les projets d’ordonnances déséquilibrent les relations de travail.
Équilibrer les relations de travail, c’est une question de justice sociale autant que d’efficacité
économique.»

Au-delà de la loi, nous avons déjà alerté notre employeur sur le respect de nos équilibres historiques, sur le maintien d'élus de proximité sur chaque site de travail


Par ailleurs, nous rappelons que dans le secteur privé, les salariés qui veulent utiliser
leur droit de grève dans le cadre d’un mouvement social identifié n'ont pas à respecter
de préavis.
Chacun est libre de s’inscrire dans le mouvement ou pas, pouvant le décider au
dernier moment s’il le souhaite…Il n’existe aucune durée minimum. La grève peut
être de courte durée (1 heure ou même moins) ou bien se poursuivre sur la journée
complète. Le décompte, sur la paie, est proratisé.

Les sujets des négociations à venir pour lesquelles nous avons pour
certaines relancées fortement l’employeur au regard des attentes :

Fiches fonctions (RU régional, Assistant régionaux, CDR)
Protocole des centres d’appels
Mise en place du télétravail
Election d’entreprise et structure représentative
NAO










 INFOS JUILLET
 
 
 
 UNSA-MGEN / dernières informations avant l'été. En vous souhaitant de très belles
vacances et un bel été.

Les choses s’accélèrent à la veille de l’assemblée générale de Montpellier, avec la
construction d’une U.M.G (Union Mutualiste de Groupe) proche d’être finalisée, des
instances dirigeantes bientôt renouvelées, une nouvelle organisation territoriale en
cours de généralisation, et le référencement Education Nationale activé à la dernière
minute !!!

Revenons sur quelques points clés :

U.M.G : L’UNSA continue de considérer l’intérêt stratégique de cette
construction comme un élément déterminant pour la survie du modèle
mutualiste et celui de la MGEN.
L’UNSA contribue au projet à chaque étape, dans les différentes instances de
consultation.
Aussi nous oeuvrons aujourd’hui au sein d’un groupe de dialogue social
spécifique sur le sujet.
Au-delà des enjeux stratégiques et de la nécessité à disposer de toutes les
informations susceptibles d’impacter nos quotidiens, nous gardons le souci de
permettre à ceux qui, dés demain rejoindront cette nouvelle entité, disposent de
toutes les garanties nécessaires.
Nous négocions point par point, avec l’ensemble des organisations syndicales,
tous les éléments relatifs au futur statut social des salariés mutés (temps de
travail, conditions de mobilité, CET…).
Nous exigeons que chacun dispose de la visibilité requise dans le futur
environnement UMG, et qu’au sein de la MGEN chacun, en dépit de certains
transferts d’activités, puisse trouver sa place dans des services en recomposition
(au Siège National principalement).
Nous restons, vigilants quand au surcoût que cela représente (prés de 30
millions d’euros par an), mais aussi attentifs à l'éventuelle pression
commerciale qu’elle pourrait induire.

Nous rappelons à chaque instant le sens du projet humain qu’elle entend défendre, la nécessité d’inclure dans la dynamique tous les acteurs,
la protection sociale, la solidarité, la qualité de vie au travail, les salariés doivent aussi pouvoir en disposer…

Référencement : Alors que nous étions proches de la « deadline », nous voici confrontés au dispositif "référencement", au détriment des agents de la fonction publique et à contre courant de la volonté de leurs organisations syndicales, à la faveur des appétits féroces de nos concurrents (Interial-AXA et CNP). La MGEN se dit prête, forte de ses atouts et de son professionnalisme.

Pour les personnels, se sera donc de nouvelles formations, de nouveaux documents, de nouveaux tarifs, de nouveaux argumentaires, de nouveaux savoirs, un travail de fidélisation accru !!!

Rien d’insurmontable si cela s’accompagne de la bienveillance et de la compréhension requise dans la ligne managériale…

Nouvelle Organisation territoriale :
(SD, SEM, espaces mutuels et régionaux)

Ambition réseaux laisse place, au gré des activations successives au sein des régions, à un nouveau modèle organisationnel sur l’ensemble du territoire.
Si politiquement tous les détails ne sont pas réglés, sans que cela ne soit une surprise ; l’employeur nous détaille sa proposition quand aux modalités d’organisation, de déplacements et de temps de travail.
A ce stade le texte n’est pas finalisé.
A notre demande, L’UNSA-MGEN a exigé à ce que de nombreux points soient formulés de manière moins ambigüe sur le projet de protocole proposé sur le sujet, pour minimiser les réinterprétations locales qui ne cessent de polluer les relations de travail au quotidien.

Si nous pourrions disposer d’une proposition satisfaisante quand à la valorisation du travail du samedi (40€ par demi journée travaillée), d'un possible assouplissement de l’usage du crédit d’heures ; la hausse du plafond à 12 samedis par an nous pose question, tout comme l’absence de référence au volontariat sur certaines conditions du protocole, l’absence de limite claire quand au recours à la mobilité régionale pour les CADS, le manque de cadrage d’une expérimentation possible quand à l’ouverture du mardi au samedi (sur des sites bien spécifiques nous dit-on !). Autant d’éléments qui nous laissent sur la réserve…

Si nous avons pu éclaircir certains points concernant les « CADS régionaux », nous restons en attente d’une fiche fonction dédiée, tout comme pour le poste de Responsable d’unité secrétariat régional.
Enfin, nous essuyons un refus, pourtant légitime au regard du droit, quand à la prise en compte intégrale du temps de déplacement, y compris hors des plages
horaires habituelles pour mettre fin au décompte à 50% des temps de déplacements…
De la même manière, un autre refus quand à notre demande d’étendre à 14 ans les dispositifs de gardes d’enfants pour plus d’équité dans l’entreprise…

Une fois le texte en main refusant, comme d’autres syndicats semblent vouloir le faire, de passer par un genre d’ « ordonnance » interne, nous consulterons nos délégués syndicaux de chaque site, afin de recueillir leurs avis.
Ainsi nous serons en mesure de nous positionner définitivement sur un texte qui n’est, ni plus ni moins, que le texte qui fixe les règles qui vont régir votre quotidien à compter du 1er octobre!

L’UNSA-MGEN reviendra rapidement vers vous avec plus de détails, pour vous consulter sur notre positionnement final.

Négociation sur l’Intéressement :
L’UNSA-MGEN a, une nouvelle fois, fait des propositions pour améliorer le dispositif négocié au sein de l’entreprise.
L’UNSA-MGEN s’est attardé sur 3 points pour formuler des pistes visant à permettre aux salariés, in fine, d’atteindre des sommes -à récupérer ou à placer- plus conséquentes.

Nous souhaitions :
• Augmenter l’enveloppe globale consacrée à la prime à 2%.

• Revoir les indicateurs par mutuelle qui représentent 50% de la somme (l’autre moitié –critère UES- étant conditionnée aux résultats financiers du Groupe MGEN).

• rééquilibrer les dispositifs d’abondement (PEE et PERCO).Nous souhaitons un abondement à la même hauteur pour les 2 dispositifs, de moyen et long terme,

L’employeur, peu ouvert à l’ensemble de nos propositions, accorde pour l’an prochain une revalorisation de l’enveloppe dédiée à l’intéressement de 1,6% à 1,8%.

Nous avons rappelé que le secteur MGEN, fort de ses résultats dans un contexte difficile, de son rôle stratégique dans la réussite de l’entreprise, est resté le secteur le moins valorisé cette année.

L’UNSA-MGEN, faisant face à des refus catégoriques sur l’ensemble des propositions effectuées visant à rendre plus juste et équitable le dispositif, a décidé, en dépit de l’enthousiasme de certains, de ne pas signer l’avenant proposé.

Ci-joint les résultats des produits financiers chez Natixis:
 


Mutuelle Obligatoire :
A l’occasion de ce point d’étape, après un an et demi de fonctionnement, l’UNSA a pris le soin de décrire la réalité vécue par les salariés vis-à-vis de leur nouvelle mutuelle… en décalage inquiétant avec les éléments donnés par l’organisme IstyaCo.

L’UNSA-MGEN a relevé, entre autre:
- La qualité de la relation client vécue sur place très médiocre.
- Le défaut de procédure d’urgence… sauf à passer par la DRH Groupe ou le DGA !!!
- L’absence de réponse écrite, aux mails notamment...
- Les délais inacceptables...
- La non-prise en compte fréquente du régime local Alsace Moselle.

Plus largement, nous avons demandé de la visibilité statistique et plus de clarté sur la gestion : Où sont les chiffres sur les taux de décrochés (réponse aux appels téléphoniques) ? Le nombre de courriers et réclamations? La récurrence des demandes? Y a t il une norme AFNOR? Que représentent les frais de gestion?

L’UNSA-MGEN continue de considérer que la ré-internalisation de la gestion doit être envisagée rapidement. Le travail peut être effectué par nos collègues de centre de gestion ; le parti-pris de l’employeur d’externaliser d’emblée l’activité (gestion du Contrat Groupe) est incompréhensible à la lumière du faible niveau qualitatif du prestataire extérieur.

De plus, nous faisons toujours le constat d’un niveau de cotisation pour les bénéficiaires (enfants et conjoints) trop onéreux sans pour autant disposer d’une écoute sur le sujet.

Sur les tarifs, les prestations, la gestion, l’employeur se montre inflexible, considérant que nous n’avons pas assez de recul (moins de 2 ans) pour modifier en profondeur le contrat Groupe.

Toutefois, l’employeur concède une vraie problématique sur la qualité de la gestion comme la communication d’Istya Collectives.

Pour l’UNSA-MGEN, une enquête de satisfaction s’impose ainsi qu’une prise de conscience de l’employeur quand au différentes problématiques soulevées.

Rémuneration et primes :
Faisons un point sur les différents dispositifs. / Prime au choix et revalorisation: Afin que chacun puisse appréhender au mieux la situation, en dépit d’un dispositif contestable en de nombreux points que nous avions soulevé en son temps (exclusion ou favoritisme, reconnaissance de l’ancienneté…) nous avons sollicité l’employeur pour plus de précisions quand au dispositif ayant trait aux revalorisations et attributions de la prime au choix.
 
Ainsi les grands principes seraient les suivants :
L’employeur a, cette année, fondu les revalorisations avec le choix, pour, nous dit il, permettre aux managers de mieux reconnaitre la performance individuelle et collective en leurs laissant plus d’autonomie de décision. Cette démarche se voudrait plus équitable et lui apparaitrait dans le contexte de cette année, globalement plus cohérente.
 
L’employeur nous dit avoir cadré un certains nombre de points auprès des responsables locaux et rappelle que les sommes attribuées restent fonction de la masse salariale de chaque centre.
 
Outre la performance et l’atteinte des objectifs fixés, le positionnement salarial du salarié entre en compte, tout comme le fait de n’avoir bénéficié d’aucun dispositif d'augmentation individuelle depuis 5 ans. Instruction aurait été donnée pour qu’à minima 40% des salariés environ de chaque site en soient destinataires moyennant des enveloppes comprises entre 30€ et 130€.
 
Les sommes attribuées devraient être versées aux salariés présent en 2016 et non à ceux embauchés en 2017.
 
L’employeur rappelle que l’augmentation n’est pas automatique même lorsque l’on atteint ses objectifs individuels mais concède que dans ce cas les managers se doivent d’expliquer systématiquement la raison d’une non attribution lorsqu’ils ont une rémunération inférieure au marché.

Il concède qu’il n’y a pas de solution miracle, mais estime avoir transmis des éléments de cadrage suffisants pour limiter au maximum les iniquités qui pourraient être générées par cet exercice délicat.
L’employeur nous informe que ce sont prés de 2130 personnes qui seraient directement concernées.
 
Par ailleurs, la MGEN, nous indique qu’une « prime nationale » est accordée à certains collaborateurs en charge d’un remplacement temporaire sur une fonction d’encadrement ainsi que pour ceux et celles qui seraient investis sur des projets nationaux (groupe de travail). A notre demande, vous trouverez ci-dessous le salaire médian « externe » actualisé sur certaines fonctions fourni par le service R.H.

 

Primes variables : A défaut de salaire fixe, chacun sa prime !!! (Sauf les gestionnaires, spécialistes et autres oubliés du quotidien... !!!)
 
L’UNSA-MGEN continue de considérer la mise en oeuvre de ces dispositifs comme une « fausse bonne idée » tant ils ne permettent pas aux salariés de connaitre par avance leur salaire annuel.
 
Il s’agit d’une forme de précarisation, soumise aux aléas d’objectifs individuels et collectifs qui ne font l’objet d’aucune concertation avec les représentants de personnels que nous sommes, aussi bien sur les montants théoriques attribués que sur le choix des critères retenus. Les plus fins d’entre vous auront compris qu’il est surtout très avantageux pour l’employeur qui, en plus d’instiguer un esprit de compétition chez les salariés (autrement dit de l’individualisme), pourra s’en dispenser en cas de « mauvais » résultats.
 
On peut néanmoins reconnaitre une certaine « coloration mutualiste » dans les dispositifs avec, à chaque fois, des indicateurs collectifs qui pèsent pour 70%..
 
. Nous noterons l’apparition en 2018, d’une prime spécifique pour les salariés des ateliers en Centre de Contacts et une prime « service » pour les responsables d’équipe (Uniquement !!!) des Centres de Gestion (CT) et Centre de Contacts (CA).

En voici la synthèse :
 
 
 

A noté que la prime d’intéressement, qui complète le dispositif de rémunération variable, est versée en MAI.
 

Petites infos et Brèves du moment:
- Accès Fiches Fonctions : Vous retrouvez votre fiche fonction ou celle sur laquelle vous voulez postuler dans l’Outil « Trajectoire »…
.
- Outlook /office 365: Au-delà d’une certaine instabilité observée, nous vous appelons à la vigilance en vous incitant à vérifier régulièrement le contenu du dossier «courriers indésirables ».
- OFA Livre3 : L’appel à la mobilisation constructive et argumentée de l’UNSA-MGEN, la grève qui en a résulté, ainsi que la solidarité affichée dans les établissements de santé par l’ensemble des personnels à l’égard des personnels administratifs ont permis de faire modifier le projet initial, et de repousser, à moyen terme, les licenciements annoncés. Félicitations à tous nos militants et sympathisants !
- DOM/TOM et déplacements en métropole: Une journée de temps de déplacement sera accordée pour certaines situations d’attente entre l’arrivée en avion et le début de la formation , une attention particulière sera porté sur les jours fériés résultant d’usage locaux (abolition esclavage etc…), les formations seront positionnées davantage le mardi afin de respecter au mieux le repos dominical…
- Centre de contacts / centre de Gestion : Une nouvelle terminologie (que nous appelions de nos voeux) est enfin adoptée. Elle apparait plus conforme à l’activité et symboliquement, elle permet de valoriser d’avantage les salariés qui y travaillent…
- Transferts d’activité : L’employeur expérimente une organisation régionale quand aux modalités de traitement des AI/AJ. Certains CADS seraient amenés à être recentrés sur les activités commerciales…L’UNSA-MGEN exige plus de concertation sur des sujets aussi sensibles pour les personnels !
 

info de mai

 U.M.G, Référencement, nouvelle organisation territoriale, autant de sujets
d’importance qui ponctuent l’actualité du moment.


Concernant le rapprochement avec Harmonie Mutuelle et la constitution du
groupe, le projet s’accélère.


L'UNSA et d'autres représentants des salariés des mutuelles entrant dans le
groupe, ont été convoqués pour assister et participer (éventuellement) à un
groupe paritaire de réflexion avec les différents acteurs du dialogue social afin
de dessiner les contours juridiques du futur siège du groupe et d’envisager le
futur statut social de ces salariés (qui seraient principalement issus de MGEN
union pour ce qui concerne l'U.E.S. MGEN) des différentes entités, susceptibles
d’être basculés ou recrutés.


L’UNSA rappelle à son employeur, à cette occasion, l’importance de sa
représentativité et la nécessité d’initier une construction sur des bases saines
respectueuses des effectifs de chaque mutuelle et du poids de chaque
organisation au global des instances représentatives.


Par ailleurs, l’organigramme nous est dévoilé peu à peu, et nous apporte
quelques garanties sur la place stratégique de la MGEN dans cette construction
historique, qui regroupera demain plus de 38 000 salariés, protégeant plus de
10 millions de personnes.


L’UNSA-MGEN rappelle que le futur groupe devra savoir partager ses réussites
avec ses salariés et qu’il devra se fixer des objectifs de progrès social au delà de
la simple préservation de l’emploi afin de ne pas vider de leur sens, les valeurs
mutualistes, l'humanisme et la protection sociale qu’il entend défendre et
prôner plus encore demain…


Alors que l’épisode présidentiel est passé, nous ne pouvons que constater
l’absence de réponse liée au référencement MGEN. Sauf revirement de dernière
minute, nous sommes dans une forme d’impasse.


L’UNSA-MGEN, estime que la MGEN doit saisir l’opportunité pour défendre ses
positions et sensibiliser les futurs décideurs sur le risque majeur porté au modèle mutualiste que constituerait la poursuite sur les bases actuelles du
processus de référencement tel qu'engagé.


Parvenir à prolonger les conditions de référencement pour une année
supplémentaire et redéfinir un cahier des charges plus respectueux de l’étique
mutualiste, resterait la meilleure alternative même si rien n’assure que ce
secteur d’activité ne soit pas bouleversé en profondeur tant la fragilité du
système de santé nécessite des reformes conséquentes.


Enfin, concernant « ambition réseaux » et la « nouvelle organisation territoriale »,
nous constatons, contrairement à son versant politique (vos directions) toujours
aussi inopportunément sclérosé, une formalisation de plus en plus proche de la
ligne opérationnelle à l’échelon régional.


A ce stade, au-delà des difficultés récurrentes du terrain à allier performance
commerciale et management bienveillant, beaucoup de sujets restent à négocier:
Modalités de déplacements, mobilité, amplitude horaire et jours travaillés,
accueils décentralisés, articulation : vie personnelle/ vie professionnelle,
parentalité, repères managériaux, fiches fonctions, transfert d’activités…


L’UNSA-MGEN, rappelle que sur le terrain, ce sont beaucoup les devoirs et
obligations qui reviennent aux oreilles des salariés, rarement il est question des
droits qui nous le rappelons ne sont pas à géographies variables mais bien cadrés
par des circulaires et des accords nationaux.


Une négociation d’ampleur, sur ce sujet, s’étalera en mai et juin, sur laquelle nous
reviendrons vers vous à chaque étape importante.


Intéressement :


Alors que la réunion avec l’employeur n’est prévue que le 16 mai, nous
apprenons par Natixis le montant auquel nous auront finalement droit !!! Tout
un symbole !(sur le respect des uns et des autres).


Il vous faut avant cette date, vous positionner sur les arbitrages, à savoir disposer
de ce montant immédiatement ou le placer sur un PEE (Plan d’Epargne
Entreprise) ou un PER CO (Plan Epargne Retraite Collective)..
Nous rappelons que la législation ayant évolué les sommes dues seront affectées
par défaut au Plan d’Epargne Entreprise (PEE).


Les montants démontrent que la position de l’UNSA l’année passée (refus de
signature de l’avenant) avait du sens tant les indicateurs et l’absence de prise en
compte des perturbations générées par la bascule MGET nous pénalisent…

Réévaluer le montant, ajuster les indicateurs, rééquilibrer l’abondement entre
PEE et PERCO, seront nos exigences pour cette négociation.


Les Montants 2017 :
(proratisé en fonction du temps de présence et temps de travail sur l’année N-1)


Secteur MGEN : 316€ Brut
Secteur ASS: 432€ Brut
Secteur Centre de Santé : 354€ Brut
Secteur UNION : 335€ Brut
MgenTechnologie : 355€ Brut


Modalités d’abondement du PEE (Epargne bloquée 5ans)
Versement de l’intéressement Abondement
De 1€ à 100€ 150%
De 101€ à 200€ 70%
De 201€ à 300€ 30%


Modalités d’abondement du PERCO(Epargne bloquée jusqu’en retraite)
Versement de l’intéressement Abondement
De 1€ à 100€ 200%
De 101€ à 200€ 100%
De 201€ à 300€ 50%


Illustration sur l’abondement:
Par exemple, prenons un chiffre rond, en plaçant 200 euros sur le PEE, et 100
euros sur le PERCO. Votre Epargne se porterait à 420 euros sur le PEE et 300
euros sur le PERCO, soit 720 euros au total.


Attention, le placement sur les plans d’Epargne se fait sur des produits
financiers dont il revient à chacun de mesurer le risque …
Il existe un certain nombre de cas de déblocage anticipé que nous tenons à votre
disposition (Mariage, départ en retraite, achat immobilier, naissance du
troisième enfant …)

Pont du 26 Mai :


Vous trouverez ci-dessous un extrait de la note CE d’Avril 2017.
Démontrant un peu plus son sens de l’intransigeance, la MGEN n’a pas souhaité
donner suite à nos propositions, à savoir que ceux qui ont des compteurs proches
de 10h puissent les utiliser à cette fin...
Nous vous invitons A défaut, à demander le 24 ou 29 pour faire dégonfler les
compteurs.


Extrait note CE:


Petites infos et Brèves du moment:


- Augmentation suite NAO : Les 0,4% ou 0,6% « théoriques » qui ont été appliqués à
nos salaires, ont été calculé sur l’ensemble des éléments de rémunération à
l’exception de la ligne « choix » alors que celle-ci revêt pour certains un pourcentage
conséquent du salaire. Encore une fois l’employeur joue sur les mots et attise les
incompréhensions! L’UNSA-MGEN continue de revendiquer l’indexation du choix
pour plus d’équité et de justice sociale.


- Revalorisation : vos réactions sont nombreuses devant le manque de visibilité des
règles de distribution. Il semblerait que l’échelon local a retrouvé un peu de marge
quand aux arbitrages en la matière, ce qui pourrait avoir du sens si l’on ne retombe
pas dans les travers passés de favoritisme ou stigmatisation gratuite.
Ne rêvons pas, ces revalorisations resteront sources de mécontentement, notamment
du fait de l’effet contreproductif sur la reconnaissance de l’ancienneté ou du fait de
l’exclusion de certains métiers. Versé en Mai ou Juin, nous solliciterons, au prochain
C.E, l’employeur afin de disposer des éléments de cadrages.


- Outlook /office 365: L’UNSA-MGEN à demandé à élargir les règle de filtrage afin
d’assurer le bon routage des Emails des organisations syndicales, partenaires et
mutualistes. Néanmoins nous vous appelons à la vigilance en vous incitant à vérifier
régulièrement le contenu du dossier «courriers indésirables ».


- Télétravail : Un accord est en instance de finalisation. Celui-ci s’appliquera, à titre
expérimental, sur le secteur UNION et MGEN TECHNOLOGIE. Pas de révolution
tant il revêt sous certains aspects une forme de prudence qui interroge comme, par
exemple, l’accessibilité sous condition d’ancienneté et applicable 1jour par semaine
maximum…


- OFA / PSE Livre3 : La MGEN nous annonce sa volonté d’aller au bout d’un projet de
sécurisation des fonctions administratives dans les établissements (Compta/RH) sur le
secteur ASS. Ainsi c’est plusieurs dizaines de salariés dévoués qui pourraient perdre
leur emploi…La mobilisation des syndicats dans ce secteur s’organise suite aux
actions déjà engagées par L’UNSA-MGEN.


- Frais funéraires : On nous annonce la fin programmée de cette prestation. Encore une
décision qui ne manquera pas de faire réagir les mutualistes !


- Protocole centre d’appel : négociation en vue à la rentrée !!!!
Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail. Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.


Vous aimez recevoir nos informations ? Vous voulez que ça continue ? Partagez les autour de vous,adhérez et faites adhérer, participez à la réflexion…le Syndicat c’est vous !!!
Soutenez ceux qui vous représentent, c’est plus que jamais nécessaire.
Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.


Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants !Ne soyez pas résignés, rejoignez nous !
----------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci à toutes et à tous d'avoir soutenu le mouvement intersyndical que vous avez initié par vos injonctions et soutiens permanents, nous avons été globalement efficaces malgré la période, deux désertions et des postures employeur (ou autres) visant à déstabiliser les plus crédules ou les plus démunis(ex; contrairement aux directives nationales des services RH Il n'est pas du tout obligatoire de prévenir en amont du fait que l'on soit gréviste ou non ! Pas plus que la MGEN aurait accordé un jour de pont suite à la grève, dès la fin de la NAO l'employeur nous proposait un constat de désaccord (publié ci-joint) où figurait cette mesure) .. Encore quelques sections fermées, un téléphone muet, les journalistes encore dans l'information.. Cependant nous avons assisté à une moins forte mobilisation.

 

 

 

L'employeur MGEN, fort de la défection de certains et de ses certitudes, n'a pas bougé d'un centimètre..

Au regard de vos expressions et réponses sur la poursuite du mouvement, à votre écoute, l'UNSA-MGEN ne poursuivra pas ce mouvement et ne signera pas le constat de désaccord, nous ne pouvons pas accepter que l'employeur continue à reconnaitre le travail individuel de certains qu'il identifie lui-même et ignore complètement le collectif de travail ou chacun, à sa place, développe, commercialise, donne toute son énergie et plus encore sans jamais être celui ou celle qui bénéfice d'une autre reconnaissance que des "merci" …

 

L'UNSA-MGEN vous invite, pour être une organisation plus efficace et plus forte à vous syndiquer en masse auprès des syndicats qui vous représentent effectivement. L'UNSA a besoin d'adhérents motivés, solidaires et inventifs, la négociation à venir aura besoin de l'expression et du soutien de toutes les forces vives que vous représentez.

 

Un certain nombre d'entre-nous va légitimement aspirer à bénéficier d'une retraite aussi attendue que méritée, en les remplaçant, nous souhaitons poursuivre notre dynamique de renouvellement, et nous vous appelons à nous rejoindre à l'UNSA-MGEN  dans les différentes instances syndicales, dans les fonctions d'élus syndicaux, d'élus au CE/CCE.

 

En rejoignant l'UNSA-MGEN vous apportez votre voix, vos idées, vos énergies nouvelles et votre goût à vous engager contre l'injustice, l'exclusion, l'individualisme primaire souvent encouragé par l'employeur MGEN qui manie la carotte et le bâton mieux que certains concurrents assurantiels privés dont il se défend de partager les idées.

 

Pour être plus forts, même si l'UNSA reste la première organisation syndicale de MGEN, il nous faut être encore plus nombreux, plus jeunes, plus innovants et "tu y as ta place toi qui lis ces lignes" avec tes idées, tes énergies, tes révoltes et ton envie d'apporter du nouveau positif dans nos actions.

Viens te faire entendre, adhère et participe à une évolution positive de ton travail et de celui de tes collègues et amis pour certains….

 

L'UNSA-MGEN ne sera jamais le syndicat d'une bande de résignés passifs ou passives mais un syndicat de salarié(e)s acteurs / actrices de leur quotidien qui participent, chacun à son niveau, aux négociations et sont présents actifs dans les CHSCT/CE/CCE commissions paritaires…

 

L'Assemblée Générale UNSA-MGEN où un grand renouvellement des acteurs de l'UNSA-MGEN aura lieu en mars 2018, préparez-vous dès maintenant à nous apporter vos énergies par une présence active à nos cotés.

 


 

Petites infos utiles et complémentaires :

 

PONT du 26 mai (Extrait du PV de désaccord…joint à cet envoi)

 

 


 

Calendrier des prestations CCE

 

 


 

Prochainement,  encore de forts enjeux dans les sujets à venir (étalé jusqu’ ‘à fin 2017), où il nous faudra être au rendez-vous fort de votre soutien :

 

Complémentaire santé

Ambition réseaux et nouvelle organisation territoriale

Qualité de vie au travail

Fiches fonctions

Protocole Centre d’appels

Intéressement

Egalité professionnelle

 

 INFO AVRIL 2017

Merci à toutes et à tous d'avoir soutenu le mouvement intersyndical que vous avez initié par vos injonctions et soutiens permanents, nous avons été globalement efficaces malgré la période, deux désertions et des postures employeur (ou autres) visant à déstabiliser les plus crédules ou les plus démunis(ex; contrairement aux directives nationales des services RH Il n'est pas du tout obligatoire de prévenir en amont du fait que l'on soit gréviste ou non ! Pas plus que la MGEN aurait accordé un jour de pont suite à la grève, dès la fin de la NAO l'employeur nous proposait un constat de désaccord (publié ci-joint) où figurait cette mesure) .. Encore quelques sections fermées, un téléphone muet, les journalistes encore dans l'information.. Cependant nous avons assisté à une moins forte mobilisation.

  

L'employeur MGEN, fort de la défection de certains et de ses certitudes, n'a pas bougé d'un centimètre..

 

Au regard de vos expressions et réponses sur la poursuite du mouvement, à votre écoute, l'UNSA-MGEN ne poursuivra pas ce mouvement et ne signera pas le constat de désaccord, nous ne pouvons pas accepter que l'employeur continue à reconnaitre le travail individuel de certains qu'il identifie lui-même et ignore complètement le collectif de travail ou chacun, à sa place, développe, commercialise, donne toute son énergie et plus encore sans jamais être celui ou celle qui bénéfice d'une autre reconnaissance que des "merci" …

  

L'UNSA-MGEN vous invite, pour être une organisation plus efficace et plus forte à vous syndiquer en masse auprès des syndicats qui vous représentent effectivement. L'UNSA a besoin d'adhérents motivés, solidaires et inventifs, la négociation à venir aura besoin de l'expression et du soutien de toutes les forces vives que vous représentez.

 

Un certain nombre d'entre-nous va légitimement aspirer à bénéficier d'une retraite aussi attendue que méritée, en les remplaçant, nous souhaitons poursuivre notre dynamique de renouvellement, et nous vous appelons à nous rejoindre à l'UNSA-MGEN  dans les différentes instances syndicales, dans les fonctions d'élus syndicaux, d'élus au CE/CCE.

 

En rejoignant l'UNSA-MGEN vous apportez votre voix, vos idées, vos énergies nouvelles et votre goût à vous engager contre l'injustice, l'exclusion, l'individualisme primaire souvent encouragé par l'employeur MGEN qui manie la carotte et le bâton mieux que certains concurrents assurantiels privés dont il se défend de partager les idées.

  

Pour être plus forts, même si l'UNSA reste la première organisation syndicale de MGEN, il nous faut être encore plus nombreux, plus jeunes, plus innovants et "tu y as ta place toi qui lis ces lignes" avec tes idées, tes énergies, tes révoltes et ton envie d'apporter du nouveau positif dans nos actions.

 

Viens te faire entendre, adhère et participe à une évolution positive de ton travail et de celui de tes collègues et amis pour certains….

 

L'UNSA-MGEN ne sera jamais le syndicat d'une bande de résignés passifs ou passives mais un syndicat de salarié(e)s acteurs / actrices de leur quotidien qui participent, chacun à son niveau, aux négociations et sont présents actifs dans les CHSCT/CE/CCE commissions paritaires…

 

  L'Assemblée Générale UNSA-MGEN où un grand renouvellement des acteurs de l'UNSA-MGEN aura lieu en mars 2018, préparez-vous dès maintenant à nous apporter vos énergies par une présence active à nos cotés.

 

 


 

 

Petites infos utiles et complémentaires :

 

 

 

PONT du 26 mai (Extrait du PV de désaccord…joint à cet envoi)

 

 

Calendrier des prestations CCE

 

 

 


 

 

Prochainement,  encore de forts enjeux dans les sujets à venir (étalé jusqu’ ‘à fin 2017), où il nous faudra être au rendez-vous fort de votre soutien :

 

 

 

Complémentaire santé

 

Ambition réseaux et nouvelle organisation territoriale

 

Qualité de vie au travail

 

Fiches fonctions

 

Protocole Centre d’appels

 

Intéressement

 

Egalité professionnelle

 

 

                            

 

 Paris, le 23 mars 2017.


En conclusion de NAO, l’employeur MGEN n'a pas fait évoluer ses dernières propositions comme si les mouvements du 15 février et du 13 mars n'avaient que peu d'effet sur sa position, notamment celle d’une augmentation collective à hauteur des attentes, en l'absence de signatures syndicales, des rémunérations limitées à :


- 0,6 % pour les salaires <30.000 €
- 0,4 % pour les salaires>30.000 €

Argumentant que ces propositions sont complétées par des évolutions
individualisées et en fonction de l’activité commerciale ou non, métiers en tension
ou pas.


Devant les sollicitations des salariés, les 2 Organisations Syndicales CGT/UNSA-MGEN représentatives continuent de revendiquer une évolution collective de 1,2 % dont nous pourrions concéder une application échelonnée dans le temps avant de considérer les autres éléments de la rémunération sur le secteur MGEN.


Depuis des mois les Organisations Syndicales, poussées par les salarié(e)s, alertent sur le contexte de dégradation des conditions de travail et la nonreconnaissance
de l'implication de chacun.


Les Organisations Syndicales CGT/UNSA-MGEN exigent de l'employeur une réouverture de la NAO, sur la base des propositions nouvelles exprimées cidessus, permettant une alternative à la poursuite du mouvement.


4 organisations ont adressé un courrier à la présidence par l'intermédiaire du responsable RH, l’employeur ne semble toujours pas tenir compte de ce climat social dégradé faute de nouvelle réponse ; Les organisations syndicales CGT/UNSA-MGEN appellent à un nouveau
mouvement de grève sur le secteur MGEN, le 3 avril 2017 dans les mêmes
conditions que les précédents mouvements, à savoir ; de préférence de 14h à 16 heures, avec au moins une heure jusqu'à possibilité d'une journée, avec la liberté de pouvoir moduler différemment sur la journée…

  

 

INTERVENTION REPRESENTANTS CONSEIL D'ADMINISTRATION 15 mars 2017 MGEN

 

En tant que Représentants au Conseil d'Administration MGEN, nous avons pris connaissance, il y peu, de la déclaration employeur en réponse au mouvement de grève interne des personnels suite à la demande intersyndicale de reprise de la NAO.

 

Le mouvement s'est poursuivi avec vigueur dans de nombreux centres le lundi 13 mars, il est de notre devoir de vous interpeler.

 

Nous ne contestons pas la réalité des propos en matière de fragilité de notre modèle économique (trop dépendant des marchés), même si l’audit précis sur les coûts de gestions, n’en est qu’à sa phase de lancement (projet « ACOR ») et si nos bilans en la matière et notre puissance financière seraient sans doute enviés par beaucoup…

 

Il est certain qu’il conviendra d’identifier la nature de nos fragilités quand on connait la forte hausse de productivité grâce aux efforts des salariés et la faible marge de manœuvre dans ce domaine. 

Il conviendra de considérer le coût de plus en plus prégnant de la démotivation des salariés et/ou de leurs situations de souffrances avérées.

Par ailleurs, cela nous invite à des réflexions sur le modèle organisationnel de la MGEN (gouvernance comprise), sur son efficience comme sur son coût, ainsi que sur l’équilibre économique de nos offres...

 

Enfin, nous intervenons en séance, à chaque fois que la parole nous est possible, sur les réelles difficultés économiques que subissent les salariés, sur la forte dégradation des conditions de travail, sur les risques de fortes tensions sociales qu’il y aurait à ne pas y apporter réponse...Situation dans laquelle nous semblons être désormais à regret.

 

A ce stade, si tant est que nous ayons un rôle de médiation comme semble le suggérer l’employeur dans sa réponse à l'intersyndicale,  nous invitons les protagonistes à faire preuve de plus d’écoute réciproque…

 

Ainsi,  la réouverture de la discussion nous semble l’alternative la plus responsable afin que chacun des acteurs puisse se rapprocher des objectifs attendus, notant au passage que le désaccord porte davantage sur le partage de l’enveloppe consacrée à la NAO que sur la somme allouée.  

 Il y a donc tout lieu de penser qu’un ultime effort concerté pourrait permettre aux acteurs du dialogue social de sortir par le haut de cette situation de blocage, avec un compromis apte à apaiser le climat social interne difficile du moment.

 

Les représentants des salariés au Conseil d’Administration MGEN appellent, en complément, à des mesures concrètes sur la Qualité de Vie au Travail, autre source de mécontentement sur laquelle il convient d’agir. Ils interpellent l’employeur sur la nécessité d’une plus grande écoute envers les salarié(e)s et les Instances Représentatives du Personnel qui négocient en leurs noms.

 

Monique AFONSO / Jonathan FERRARI

UNSA-MGEN cadre/ UNSA-MGEN

 

 

 

 

 

tract intersyndical du 08 mars 2017

 

 

 

L'employeur n'a pas répondu à notre revendication intersyndicale de réouverture de la NAO, la MGEN a envoyé dans les centres de travail le même argumentaire que la réponse publiée par nos soins qu'il nous a faite en Commission Paritaire,  comme précisé dans notre dernier envoi, suite au sondage effectué auprès de vous et à la réponse massive de poursuite du mouvement, un nouveau jour de mobilisation se précise pour les salariés du Groupe MGEN.


A l'appel de l'intersyndicale UNSA, CFDT, CGT et CGC, TOUS en grève LUNDI 13 MARS de 14h à 16h pour que l'employeur comprenne qu'il est temps d'accorder une augmentation générale et des conditions de travail dignes de notre entreprise de l'économie sociale et solidaire !

Comme vous nous l'avez demandé ; Objectif "MGEN morte" pendant 2 heures minimum, faire publicité de vos actions auprès des adhérents, de la presse locale et/ou nationale.

En cas de manifestation de rue prévue dans votre centre, n'oubliez pas de prévenir la préfecture afin d'obtenir les autorisations,

 

L'équipe UNSA-MGEN reste à votre disposition pour toute question relative à cette journée d'actions….

Force et courage

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Paris, le 28 février 2017.

 

 

 

En conclusion de NAO, l’employeur MGEN a fait ses dernières propositions comme si le mouvement du 15 février n'avait que peu d'effet sur sa position, notamment celle d’une augmentation collective, en l'absence de signatures syndicales, des rémunérations limitées à :

  

-       0,6 % pour les salaires <30.000 €

 

-       0,4 % pour les salaires>30.000 €

      

 Argumentant que ces propositions sont complétées par des évolutions individualisées et en fonction de l’activité commerciale ou non, métiers en tension ou pas.

  

Fortes du soutien des salariés, les Organisations Syndicales représentatives continuent de revendiquer une évolution collective de 1,2 % dont nous pourrions concéder une application échelonnée dans le temps avant de considérer les autres éléments de la rémunération.

  

Depuis des mois les Organisations Syndicales alertent sur le contexte de dégradation des conditions de travail et la non-reconnaissance de l'implication de chacun.

 

Les 4 Organisations Syndicales représentatives sur l’UES MGEN exigent de l'employeur une réouverture de la NAO, sur la base des propositions nouvelles exprimées ci-dessus, permettant une alternative à la poursuite du mouvement.

  

La réponse de l’employeur doit impérativement tenir compte de ce climat social dégradé.

  

Sans réponse avant le 6 mars, les organisations syndicales reconduiront le mouvement, dans les mêmes conditions, le lundi 13 mars 2017.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 
INFO MARS 2017
 
Il nous semble urgent de vous tenir informés de la suite au mouvement du 13 mars, la grève a été bien suivie, un peu plus que la dernière fois dans certains endroits et un peu moins dans certains secteurs ou centres pourtant particulièrement revendicatifs par ailleurs..
Globalement, les manifestations devant de nombreux centres de travail ont été visibles et relayées par les presses locales.
 
En conclusion ; un mouvement bien suivi, malgré le niveau si bas de nos salaires (qui freine la participation de certain(e)s) et quelques manœuvres de l'employeur, ici et là, visant à déstabiliser ce mouvement.
 
Hier ; rencontre des 4 délégués centraux avec le Président (sur les orientations stratégiques de l'entreprise), pour l'UNSA c'est Jonathan FERRARI (secrétaire général UNSA-MGEN) qui représentait la délégation centrale UNSA et aujourd'hui, au conseil d'administration (il est élu représentant des salariés au conseil d'administration), il est intervenu pour faire état de la situation.
 vous trouverez ci-dessous ce qu'il enregistre des réponses à ses interventions en notre nom à toutes et à tous.
 
 
Rencontres stratégiques du 14 Mars:
La MGEN, affiche sa fermeté et confirme la réponse apportée par les négociateurs MGEN, considérant être allée au bout de ses possibilités...en matière financière et le président reste préoccupé mais évasif sur les actions à mener pour rétablir des conditions de travail  acceptables par tous ....
 
Réponse apportée à notre intervention au CA du 15 mars:
Le président rappelle la stratégie et le choix de privilégier les fonctions commerciales pour rester attractif...
 
il admet qu'il puisse y avoir débat sur le périmètre de contributions des différents métiers aux résultats commerciaux...mais reste confiant dans les choix effectués.
S'il y a des désaccords sur le partage de l'enveloppe fixée par la MGEN et consacrée à la NAO, il rappelle l'effort significatif fait sur la masse salariale.

L'UNSA a relancé les camarades de l'intersyndicale afin de pouvoir se réunir rapidement et, après vous avoir consulté, relancer ou non le mouvement collectif engagé..
Aujourd'hui, certains n'étaient pas disponibles... Notre réunion devrait avoir lieu demain, en réponse à ce mail, nous vous demandons de vous prononcer sur la position que l'intersyndicale doit adopter face à ce refus de nous entendre de la part de la MGEN employeur..
Les responsables MGEN ayant annoncé au C.A. que la MGEN appliquerait unilatéralement certaines mesures déjà annoncées..
 
Merci de répondre rapidement,
Dominique/ Jonathan

 

 

 23 FEVRIER 2017

Merci à toutes et à tous d'avoir soutenu le mouvement intersyndical programmé le 15 février sur un moment fort, et efficace malgré la période .. Sections fermées, téléphone muet, journalistes et articles de presse sont parus dès le lendemain.. Une forte mobilisation !!

 

Dans ce flash, nous vous informons des propositions ultimes de l'employeur MGEN qui ne compte pas réunir à nouveau une Commission sur la N.A.O. Il attend nos réponses !!

 Forts de la mobilisation du 15, nous nous devons de vous rendre compte et d'attendre vos réactions afin de savoir si vous nous mandatez pour signer un accord de N.A.O. ou relancer un mouvement de grève sur 1,2% collectif (dans ce cas, aucune proposition ne serait appliquée et l'employeur nous dit pouvoir appliquer unilatéralement ses propositions initiales, lire nos dernières infos)

 Suite aux actions,

 

Alors la MGEN nous propose en début de séance N.A.O. ce jeudi 23 février ;

.

Une augmentation générale des rémunérations sur l'U.E.S MGEN

-       de 0,6 % pour les salariés ayant un salaire inférieur à 30000 euros bruts annuels.

-       De 0,4% -----------------------------------------supérieur à 30000 euros bruts annuels

Ces augmentations générales ne s'appliqueront pas aux cadres dirigeants (C4 et D de l'UGEM et C3.2 C3.3 de la convention SYNTEC

 

Aprèsinterruption de séance et rappel des revendications intersyndicales la MGEN propose 0,7% et 0,5% et accorde la possibilité de prendre le pont du 26 mai uniquement si les syndicats représentatifs signaient le protocole NAO tel que présenté ..

 

. Actualisation à 20460 euros bruts annuels (115,2% de la valeur du SMIG) du salaire plancher de l'UES MGEN compte tenu de la hausse de la valeur du SMIG.

 

. Enveloppe globale de 0,1% de la masse salariale pour poursuivre la réduction des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes.

 

Concernant la convention collective mutualité :

 

. Une enveloppe de 0,3% de la masse salariale consacrée à la revalorisation des rémunérations des fonctions de la filière commerciale des sections départementales (RE CM CADS) et des fonctions de techniciens des centres de gestion et centres d'appels.

 

. Une enveloppe de 0,3% de la masse salariale consacrée aux promotions et évolutions de classifications.

 

          . Une enveloppe de 0,8% de la MS consacrée aux augmentations individuelles au choix.

 

          . Une enveloppe supplémentaire pour la rémunération variable du réseau commercial des sections départementales (RE, CM, CADS) et pour la mise en place d'une nouvelle rémunération variable pour les responsables d'équipe des centres de gestion et des centres d'appels.

 

L'intersyndicale a rappelé que les salariés attendaient beaucoup de cette négociation, face à la faiblesse de leurs rémunérations mais aussi aux conditions de travail qui ne cessent de se dégrader depuis plusieurs années dans une indifférence affichée par certains des plus méprisantes pour les victimes.

 

L’UNSA-MGEN, dans l'intersyndicale, demandait un partage différent des budgets alloués à cette négociation, pour que le plus grand nombre puisse en bénéficier, avec  1,2%  d’augmentation générale comme minimum acceptable par chacun (sur la base de l’inflation et des revalorisations fonctions publiques),rappelant nos difficultés à faire face aux dépenses quotidiennes.

 

Nos employeurs, qui n'ont pas forcément les mêmes soucis de rémunération, ont-ils conscience qu’avec l’inflation des prix des loyers, des logements et du cout de la vie, il devient toujours plus difficile de se loger décemment, d’accéder à la propriété, et /ou simplement de boucler son budget du mois ????

 

Nous étions parvenus à nous coordonner avec les autres organisations syndicales représentatives pour plus de pertinences collectives, mais :

 

A ce stade, la MGEN entend rester sur ses orientations, nous invitant à la responsabilité et à nous positionner à plus long terme…

Elle consent, cependant, à doubler sa proposition initiale pour porter l’augmentation à 0,7% pour les salariés ayant un salaire annuel  inferieur à 30 000 euros/brut  et 0,5% d’augmentation générale pour ceux ayant un salaire annuel brut supérieur…

Par ailleurs, elle accepterait la fermeture pour le pont du 26 Mai, moyennant, bien évidemment,  la pose d’un RTT, d’une récupération ou autre…

Menaçant de réduire cette proposition en l’absence de signature à : 0,6% et 0,4%, et surement : « pas de pont » dans ce cas là ! (application unilatérale, ils font ce qu'ils veulent !! ou pas)

 

Rien sur les autres revendications : prise en compte de l’ancienneté, rien sur la revalorisation  des chèques vacances, rien sur les congés des cadres au forfait, prime transport, prime de fin d’année…!!!

Toujours plus de primes aux résultats commerciaux (et encore pas pour tous)…du variable..et surtout du variable que l’on ne verse que sous conditions !

 

Ainsi la MGEN détermine un budget bloqué chaque année pour les NAO qui n’est donc en réalité jamais pleinement utilisé et qui pourrait alimenter, à n’en pas douter, une réserve toujours plus grande!!

 

Nous sollicitons à ce stade votre position, pour ou contre une signature, pour ou contre maintenir une action collective,

L'UNSA et les autres OS consultent leurs mandants et les salariés afin de décider de la position à prendre face à la MGEN et ses dernières propositions.

 

Nous nous réunissons à nouveau le mardi 28 février en intersyndicale pour convenir collectivement des suites à donner, ou non,  au mouvement.

 

 

 

Renouvellement CHSCT Mutuelles :

 

 Le processus électoral est lancé, nous demandons aux collègues UNSA qui voudraient se présenter de nous contacter rapidement, avant le 5 mars,  pour étoffer et rejoindre les équipes en place que nous comptons soumettre à nouveau à vote pour celles et ceux qui voudraient se représenter…

 


 

 

Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail. Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et  à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.

 

Vous aimez recevoir nos informations ? Vous voulez que ça continue ? Partagez les autour de vous, adhérez et faites adhérer, participez à la réflexion…le Syndicat c’est vous !!!

Soutenez ceux qui vous représentent, c’est plus que jamais nécessaire.

 

Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

 

 

Plus forts ensembles, communiquons et restons vigilants !

Ne soyez pas résignés, rejoignez nous

 

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce jour en ouverture de NAO, l’employeur MGEN a fait ses premières propositions, notamment celle d’une augmentation collective des rémunérations :

 

-       0,3 % pour les salaires <30.000 € (brut annuel)

-       0,2 % pour les salaires>30.000 €  (brut annuel)

 

Argumentant la hauteur de ce taux par des attributions complémentaires individualisées et en fonction de l’activité commerciale ou non, métiers en tension ou pas.

 

Les Organisations Syndicales représentatives revendiquent, à l’identique des augmentations constatées dans la fonction publique, une évolution collective de 1,2 %, avant de considérer les autres éléments de la rémunération.

 

Les 4 Organisations Syndicales représentatives sur l’UES MGEN appellent à un mouvement de grève national le mercredi 15 février, avec un temps fort de 14 h à 16 h.

 

Depuis des mois les Organisations Syndicales alertent sur le contexte de dégradation des conditions de travail et la non-reconnaissance des contributions de chacun.

 

La réponse de l’employeur aurait du tenir compte de ce climat social dégradé.

Nous attendons d’autres réponses.

 

Ensemble, tous en grève, tous unis …

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un contexte de fortes tensions sociales, de fortes attentes partagées des salariés exprimées par les
représentants syndicaux en N.A.O, l’employeur MGEN nous annonce une série de réponses à nos
propositions pour la NAO 2017 :


Une augmentation générale à hauteur de…0,3% pour les salaires inferieurs à 30 000 Euros et
0,2% au dessus !!!


La révision du salaire « plancher ». (pour aboutir à 115% du SMIG)


Une réévaluation de la prime commerciale (0.3% de la masse salariale) en SD avec extension aux RE de CA et CT uniquement.


Poursuite des revalorisations « commerciales » en SD, incluant à nouveau les techniciens des CA et CT.


La MGEN nous informe débloquer au total autour de 2,5% de la masse salariale.(sic?


L’UNSA-MGEN n'accepte ni le montant, ni le choix de répartition effectué par celle-ci !!


→Aucune équité entre salariés des CA/CT/SD, pas de disposition visant à reconnaitre
l’ancienneté, aucune réponse visant à améliorer le quotidien!
→Avec ses propositions, l’employeur souhaite avant tout asseoir son autorité et valider
sa stratégie salariale pourtant contestée par des salariés lassés du mépris manifesté à
l'égard de leurs revendications légitimes.


L’UNSA-MGEN s’est associée à l’ensemble des organisations syndicales représentatives,
pour initier un mouvement de grève national le 15 février prochain sur l’ensemble de l’U.E.S. (les conditions intersyndicales vous parviendront dans les heures qui viennent)
Nous attendons tous et toutes de l’employeur des réponses "honnêtes" en matière de
salaire, ainsi que l'amélioration de conditions de travail toujours plus dégradées, avec des personnels en souffrance avérée, aujourd’hui encore ignorées.

Pourtant La MGEN voudrait afficher une certaine ambition quand elle nous informe de l’accélération de la mise en place du dossier Harmonie (Union de groupe), avec plusieurs mouvements importants de cadres dirigeants en passant par le Président aujourd’hui à la tête de notre entreprise. En perspective, se dessine l’élection d’un nouveau président lors de la prochaine AG 2017 à Montpellier.


L’ampleur de ces évolutions semble toujours plus éloigner les décideurs de nos réalités quotidiennes, de la reconnaissance de notre travail envers l’entreprise et les mutualistes ; même pire, cette situation semble attiser la course à la productivité au détriment de notre qualité de vie au travail, de notre santé !


Nous invitons chacun à la mobilisation, à être solidaire et à envoyer un message clair à La MGEN !
Petites infos utiles et complémentaires :
-Contrat Groupe : Nouvelle hausse de cotisation (en lien avec l'évolution du P.M.S.S) en ce début
d’année, déjà 3% depuis fin 2015, et toujours aucune amélioration de la qualité
de service en vue !
-Suivi de grossesse : LOI n°2016-41 du 26 janvier 2016 - art. 87
La salariée bénéficie d'une autorisation d'absence pour se rendre aux examens
médicaux obligatoires prévus par l'article L. 2122-1 du code de la santé
publique dans le cadre de la surveillance médicale de la grossesse et des suites
de l'accouchement.(idem pour assistance médicale à la procréation pour la
salariée et son conjoint).
- Réunion syndicale
mensuelle : Chaque salarié à droit à une heure par mois, et peut (à sa guise) en disposer et
y participer (CDD/temps partiel/cadre/non cadre).
Planning d’accueil, Odigo ou formation sur site (aucune raison de service) ne
peuvent vous être opposés. Ne renoncez pas à vos droits !
Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez
dans votre travail. Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire
qu’à l’isolement et à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des
accords d’entreprise et du droit du travail.
Vous aimez recevoir nos informations ? Vous voulez que ça continue ? Partagez les autour de vous, adhérez et
faites adhérer, participez à la réflexion…le Syndicat c’est vous !!!
Soutenez ceux qui vous représentent, c’est plus que jamais nécessaire.
Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la
détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

« Les élus du CE-MGEN dans la peine ... Nous venons d'apprendre le décès accidentel de
notre camarade et ami Patrick SETTEBOUN (élu FO au CE), nous sommes profondément
affectés par sa disparition aussi soudaine que violente et nous adressons toutes nos
condoléances à sa famille.
L'équipe de l'UNSA-MGEN et les élus du CE viennent de perdre un ami et un confrère doté d'une grande valeur humaine, il gardera une grande place dans nos coeurs.


À l'heure des voeux de nouvel an, nous nous devons de fédérer les énergies en partageant nos souhaits, nos voeux de passer une bonne année pour toutes et tous, en se souhaitant le meilleur dans tous les domaines…


De notre coté, à l'UNSA-MGEN, nous aurons besoin de tous les soutiens, de toutes les énergies participatives, afin de pouvoir faire face collectivement aux difficultés grandissantes qui intègrent notre quotidien. Tous ensemble, en poursuivant notre mission syndicale, nous nous devons de faire reconnaître la qualité du travail fournie sur le terrain par vous toutes et tous en obtenant de meilleures conditions de
rémunérations, de vie au travail et d'organisation au quotidien.


REFERENCEMENT :


Le processus de référencement est en cours, la MGEN fait face à de nouvelles attaques ciblées et peu responsables de la part des décideurs publics qui nous gouvernent.
Le cahier des charges étant clairement accompagné d’un appel orienté à la concurrence est défini, avant tout, pour ouvrir un marché supplémentaire aux assureurs privés du monde lucratif …


Comme pour l’ANI (Accord National Interprofessionnel), sur lequel certains politiques et même syndicats ne cessent de s’aveugler de ces bénéfices supposés, sans vouloir y voir le nivellement par le bas de la protection sociale, ni se saisir de l’utilité d’une solidarité intergénérationnelle entre actifs et inactifs, ce processus de référencement s’inscrirait dans une logique elle aussi discutable...


La MGEN ne semble pas avoir d’autres choix que de répondre à l’appel d’offres, au risque d’envoyer un signal peu lisible pour les acteurs de l’éducation Nationale.
Néanmoins, la MGEN dispose de plusieurs longueurs d’avance et d’atouts nombreux sur le sujet, le professionnalisme de ses salariés, son expérience, son ancrage, sa légitimité et sa connaissance profonde du secteur éducatif dont elle est directement issue.


Dans ce contexte, on ne peut nier la nécessité absolue de faire vivre ou d'initier des partenariats solides, à les renforcer ou à les inventer.


Le monde de la mutualité doit s’unir, faire entendre sa voix et sa différence, fortes de millions d’adhérents, de valeurs humanistes profondes qui devraient le différencier des valeurs purement mercantiles qui seraient fortement sollicitées aujourd'hui par certains décideurs politiques.


Dans ce cadre, pour la MGEN, se pose aujourd'hui plus qu'hier, la question du maintien de la gestion du RO qui reste un point essentiel à surveiller, même si la « plus value » affichée du guichet unique reste une facilité qu’il nous semble difficile de contester, d’autant plus quand elle s’accompagnerait d’une qualité de service de haut niveau.


QVT et NAO : Une urgence à agir !


Afin d'agir sur les difficultés au travail vécues par nos collègues à la MGEN, à l’occasion des négociations relatives à la NAO, L’UNSA-MGEN demande à l’employeur MGEN de mettre en oeuvre un ensemble de dispositifs propice à nos yeux, à harmoniser et à améliorer la vie et la situation financière des salariés, à pouvoir à nouveau remobiliser les acteurs positivement notamment suite aux résultats d’une enquête QVT qui imposent une urgence d'actions réparatrices .


L’UNSA-MGEN reste consciente que l’employeur ne serait pas en mesure de répondre positivement à l’ensemble de nos revendications, cependant elle entend, être force de propositions, ne pas rester silencieuse face aux problématiques rencontrées par les salariés.


En publiant le large éventail de nos revendications légitimes, certaines plus onéreuses, certaines plus symboliques ou d’autres plus pratiques, nous pouvons mesurer le fossé qui reste à combler entre ce que la MGEN employeur est prête à accorder et ce que nous revendiquons par l'intermédiaire de l'UNSA-MGEN.


L'UNSA-MGEN souhaite pouvoir négocier avec l’employeur le plus largement possible afin notamment de contribuer, dans le rôle qui est le notre, à l’amélioration de la qualité de vie au travail.


Extrait de notre info précédente (dec 2016):
L'UNSA MGEN rappelle que les choix antérieurs de la MGEN en matière de revalorisation (que nous dénoncions en son temps par son coté discriminatoire…) ont exclu une partie des salariés de sections départementales, de centres de gestion et de centres
d’appels, créant un sentiment d’injustice et de non reconnaissance, chez de nombreux salariés pour lesquels il convient d’agir aujourd’hui afin de préserver une cohésion collective mise à mal en l'état.L’action triennale engagée par l’employeur en matière de politique salariale doit à notre sens être temporisée par une distribution plus large de l’enveloppe allouée cette année.
L’UNSA-MGEN demande également à ce que des dispositions relatives à l’ancienneté soient actées, afin que la fidélité à l’entreprise ne soit plus ressentie comme un handicap mais comme un atout…


Voici donc nos propositions basées sur trois leviers déterminants:


« Reconnaissance financière » par :


- Une augmentation générale des salaires par la détermination d’une somme brute consacrée à ce volet pour un montant individuel mensuel identique pour chaque salarié du Groupe.
- La mise en place d’un 13ème mois.
- L’indexation de la « prime au choix », une discussion avec l’employeur sur ses modalités de répartition ainsi que le versement à 100% de la ligne « choix » même en cas de temps partiel.
- La révision prime « vie chère » DOM/TOM.
- Une reconnaissance de l’ancienneté : Gratification ponctuelle égale à 1OOO euros pour tout salarié justifiant d’une présence effective de 20, 25 ou 30 ans dans l’entreprise (avec effetrétroactif pour ceux qui ont plus de 30 ans d’ancienneté).
- la Révision des fiches fonctions MGEN et des pesées attenantes.
- L’instauration d’une Prime annuelle de fin d’Année de 500€.


« Vivre les valeurs mutualistes » par :


- L’attribution annuelle d’une « journée du président » pour tous les salariés du Groupe.
- L’aménagement des horaires d’arrivée et de sortie lors de la rentrée scolaire.
- L’adaptation des plannings, à la vie familiale, culturelle et sportive du salarié.
- Des sorties anticipées à partir de 15h les veilles de fêtes ou de week-end de fête et en cas d’intempéries.
- La revalorisation des chèques vacances sur le montant comme sur le taux de participation employeur selon cette modalité : création d’une 4ème épargne à hauteur 600€ avec un taux de participation de 60% pour toutes les tranches d’épargne.


« Amélioration, Simplification de la vie quotidienne et harmonisation des pratiques» par:


- L’attribution des 5 minutes ("habillage / prise de poste ») pour tous les salariés qui « badgent » sur AGATE (au même titre que dans les Centres d’Appels).
- La comptabilisation à 100% de l’ensemble des temps de déplacements et revalorisation de l’Indemnité kilométrique forfaitaire à 0,55€ le km
- L’aménagement des RTT : 2 jours à l’initiative de l’employeur, le reste posé à l’initiative du salarié.
- Le passage à 16 jours de repos pour les cadres forfait jours.
- La possibilité de récupération en journée pleine du crédit d’heure individualisé.
- L’extension de la «prime transport » de 200€ par an aux salariés utilisant leur véhicule personnel, soit parce que leur résidence ou leur lieu de travail est/sont dans une zone non couverte par les transports collectifs, soit parce que leurs horaires ne leur permettent pas de les utiliser.
- Contrat Groupe : Renforcement, élargissement des garanties et diminution de la cotisation
famille, récupération de gestion dans nos centres de traitement MGEN.


Petites infos utiles et complémentaires :


- Ambition réseaux : La MGEN nous annonce : Extension Unilatérale du périmètre d’expérimentation jusqu'à septembre 2017.
Intégration progressive des régions NORMANDIE / AUVERGNE / MIDI
PYRENNEE / CENTRE / HAUT DE FRANCE au cours du premier semestre 2017.
Pour toute question relative à ces évolutions, revenez vers nous et/ou
consulter la DUE. La négociation débutera le 20 avril. Il y a aura fort à faire.


-Contrat Groupe : Nous continuons de constater la piètre qualité de service de I-SANTE et donc de revendiquer des évolutions relatives au contrat et à sa gestion.

- Congé de
« Proche Aidant » : Il remplace le congé de soutien familial depuis le 1er janvier 2017. Il permet de cesser temporairement son activité professionnelle pour s'occuper d'une
personne handicapée ou faisant l'objet d'une perte d'autonomie d'une
particulière gravité. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16920


- Prestations CCE : En cette période n’oubliez pas (Prestations crèche et ass. mat /Bourses
d’études/CESU/Coupon sport/centres aérés…)
Demandez à vos délégués la circulaire électronique CCE


Nous vous invitons à nous faire part de votre quotidien et à nous remonter les difficultés que vous rencontrez dans votre travail (merci de vos envois qui commencent à arriver plus fréquemment).
Nous disposons de nombreux témoignages nous démontrant que le silence ne peut conduire qu’à l’isolement et à conforter ceux qui agissent sans respect du cadre collectif que nous nous sommes fixé, des accords d’entreprise et du droit du travail.

vous aimez recevoir nos informations ? vous voulez que ça continue ? partagez les autour de vous, adhérez et faites adhérer, participez à la réflexion…le Syndicat c’est vous !!!


Soutenez ceux qui vous représentent, c’est plus que jamais nécessaire.


Agir et alerter L'UNSA-MGEN le plus tôt possible, reste la meilleure sécurité pour se protéger et éviter la détérioration des relations de travail vers des conflits locaux stériles et destructeurs.
Dans l'attente de vos réactions, L’équipe UNSA.

 

    INFO JANVIER

 

« Les élus du CE-MGEN dans la peine ... Nous venons d'apprendre le décès accidentel de
notre camarade et ami Patrick SETTEBOUN (élu FO au CE), nous sommes profondément
affectés par sa disparition aussi soudaine que violente et nous adressons toutes nos
condoléances à sa famille.
L'équipe de l'UNSA-MGEN et les élus du CE viennent de perdre un ami et un confrère doté
d'une grande valeur humaine, il gardera une grande place dans nos coeurs.


À l'heure des voeux de nouvel an, nous nous devons de fédérer les énergies en partageant nos souhaits,
nos voeux de passer  une bonne année pour toutes et tous, en se souhaitant le meilleur dans tous les domaines…
De notre coté, à l'UNSA-MGEN, nous aurons besoin de tous les soutiens, de toutes les énergies
participatives, afin de pouvoir faire face collectivement aux difficultés grandissantes qui intègrent notre quotidien.

Tous ensemble, en poursuivant notre mission syndicale, nous nous devons de faire reconnaître
la qualité du travail fournie sur le terrain par vous toutes et tous en obtenant de meilleures conditions de rémunérations, de vie au travail et d'organisation au quotidien.


REFERENCEMENT :


Le processus de référencement est en cours, la MGEN fait face à de nouvelles attaques ciblées et peu responsables de la part des décideurs publics qui nous gouvernent.
Le cahier des charges étant clairement accompagné d’un appel orienté à la concurrence est défini, avant tout, pour ouvrir un marché supplémentaire aux assureurs privés du monde lucratif …


Comme pour l’ANI (Accord National Interprofessionnel), sur lequel certains politiques et même syndicats ne cessent de s’aveugler de ces bénéfices supposés, sans vouloir y voir le nivellement par le bas de la protection sociale, ni se saisir de l’utilité d’une solidarité intergénérationnelle entre actifs et inactifs, ce processus de référencement s’inscrirait dans une logique elle aussi discutable...


La MGEN ne semble pas avoir d’autres choix que de répondre à l’appel d’offres, au risque d’envoyer un signal peu lisible pour les acteurs de l’éducation Nationale.
Néanmoins, la MGEN dispose de plusieurs longueurs d’avance et d’atouts nombreux sur le sujet, le professionnalisme de ses salariés, son expérience, son ancrage, sa légitimité et sa connaissance profonde du secteur éducatif dont elle est directement issue.

 


Dans ce contexte, on ne peut nier la nécessité absolue de faire vivre ou d'initier des partenariats solides, à les renforcer ou à les inventer.

Le monde de la mutualité doit s’unir, faire entendre sa voix et sa différence, fortes de millions
d’adhérents, de valeurs humanistes profondes qui devraient le différencier des valeurs purement mercantiles qui seraient fortement sollicitées aujourd'hui par certains décideurs politiques.


Dans ce cadre, pour la MGEN, se pose aujourd'hui plus qu'hier, la question du maintien de la gestion du RO qui reste un point essentiel à surveiller, même si la « plus value » affichée du guichet unique reste une facilité qu’il nous semble difficile de contester, d’autant plus quand elle s’accompagnerait d’une qualité de service de haut niveau.


QVT et NAO : Une urgence à agir !


Afin d'agir sur les difficultés au travail vécues par nos collègues à la MGEN, à l’occasion des
négociations relatives à la NAO, L’UNSA-MGEN demande à l’employeur MGEN de mettre en oeuvre un ensemble de dispositifs propice à nos yeux, à harmoniser et à améliorer la vie et la situation financière des salariés, à pouvoir à nouveau remobiliser les acteurs positivement notamment suite aux résultats d’une enquête QVT qui imposent une urgence d'actions réparatrices .


L’UNSA-MGEN reste consciente que l’employeur ne serait pas en mesure de répondre positivement à l’ensemble de nos revendications, cependant elle entend, être force de propositions, ne pas rester silencieuse face aux problématiques rencontrées par les salariés.
En publiant le large éventail de nos revendications légitimes, certaines plus onéreuses, certaines plus symboliques ou d’autres plus pratiques, nous pouvons mesurer le fossé qui reste à combler entre ce que la MGEN employeur est prête à accorder et ce que nous revendiquons par l'intermédiaire de l'UNSA-MGEN.
L'UNSA-MGEN souhaite pouvoir négocier avec l’employeur le plus largement possible afin notamment de contribuer, dans le rôle qui est le notre, à l’amélioration de la qualité de vie au travail.


Extrait de notre info précédente (dec 2016):
L'UNSA MGEN rappelle que les choix antérieurs de la MGEN en matière de revalorisation (que nous dénoncions en son temps par son coté discriminatoire…) ont exclu une partie des salariés de sections départementales, de centres de gestion et de centres d’appels, créant un sentiment d’injustice et de non reconnaissance, chez de nombreux salariés pour lesquels il convient d’agir aujourd’hui afin de préserver une cohésion collective mise à mal en l'état.
L’action triennale engagée par l’employeur en matière de politique salariale doit à notre sens être temporisée par une distribution plus large de l’enveloppe allouée cette année.
L’UNSA-MGEN demande également à ce que des dispositions relatives à l’ancienneté soient actées, afin que la fidélité à l’entreprise ne soit plus ressentie comme un handicap mais comme un atout…


Voici donc nos propositions basées sur trois leviers déterminants:


« Reconnaissance financière » par :
- Une augmentation générale des salaires par la détermination d’une somme brute consacrée à ce
volet pour un montant individuel mensuel identique pour chaque salarié du Groupe.
- La mise en place d’un 13ème mois.
- L’indexation de la « prime au choix », une discussion avec l’employeur sur ses modalités de
répartition ainsi que le versement à 100% de la ligne « choix » même en cas de temps partiel.
- La révision prime « vie chère » DOM/TOM.
- Une reconnaissance de l’ancienneté : Gratification ponctuelle égale à 1OOO euros pour tout
salarié justifiant d’une présence effective de 20, 25 ou 30 ans dans l’entreprise (avec effet
rétroactif pour ceux qui ont plus de 30 ans d’ancienneté).

- la Révision des fiches fonctions MGEN et des pesées attenantes.
- L’instauration d’une Prime annuelle de fin d’Année de 500€.


« Vivre les valeurs mutualistes » par :


- L’attribution annuelle d’une « journée du président » pour tous les salariés du Groupe.
- L’aménagement des horaires d’arrivée et de sortie lors de la rentrée scolaire.
- L’adaptation des plannings, à la vie familiale, culturelle et sportive du salarié.
- Des sorties anticipées à partir de 15h les veilles de fêtes ou de week-end de fête et en cas
d’intempéries.
- La revalorisation des chèques vacances sur le montant comme sur le taux de participation
employeur selon cette modalité : création d’une 4ème épargne à hauteur 600€ avec un taux de
participation de 60% pour toutes les tranches d’épargne.


« Amélioration, Simplification de la vie quotidienne et harmonisation des pratiques» par:


- L’attribution des 5 minutes ("habillage / prise de poste ») pour tous les salariés qui « badgent » sur AGATE (au même titre que dans les Centres d’Appels).
- La comptabilisation à 100% de l’ensemble des temps de déplacements et revalorisation de
l’Indemnité kilométrique forfaitaire à 0,55€ le km
- L’aménagement des RTT : 2 jours à l’initiative de l’employeur, le reste posé à l’initiative du
salarié.
- Le passage à 16 jours de repos pour les cadres forfait jours.
- La possibilité de récupération en journée pleine du crédit d’heure individualisé.
- L’extension de la «prime transport » de 200€ par an aux salariés utilisant leur véhicule personnel,
soit parce que leur résidence ou leur lieu de travail est/sont dans une zone non couverte par les
transports collectifs, soit parce que leurs horaires ne leur permettent pas de les utiliser.
- Contrat Groupe : Renforcement, élargissement des garanties et diminution de la cotisation
famille, récupération de gestion dans nos centres de traitement MGEN.


Petites infos utiles et complémentaires :


- Ambition réseaux : La MGEN nous annonce : Extension Unilatérale du périmètre d’expérimentation jusqu'à septembre 2017.
Intégration progressive des régions NORMANDIE / AUVERGNE / MIDI
PYRENNEE / CENTRE / HAUT DE FRANCE au cours du premier semestre 2017.
Pour toute question relative à ces évolutions, revenez vers nous et/ou
consulter la DUE. La négociation débutera le 20 avril. Il y a aura fort à faire.
-Contrat Groupe : Nous continuons de constater la piètre qualité de service de I-SANTE et donc
de revendiquer des évolutions relatives au contrat et à sa gestion.

- Congé de« Proche Aidant » : Il remplace le congé de soutien familial depuis le 1er janvier 2017. Il permet de cesser temporairement son activité professionnelle pour s'occuper d'une
personne handicapée ou faisant l'objet d'une perte d'autonomie d'une particulière gravité. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16920
- Prestations CCE : En cette période n’oubliez pas (Prestations crèche et ass. mat /Bourses
d’études/CESU/Coupon sport/centres aérés…)
Demandez à vos délégués la circulaire électronique CCE