UNSA-MGEN

INFOS


info secteur MGEN en page "actu mgen"

info secteur ASS en page "actu ASS"

 

« Bonjour à toutes et à tous,
Suite à BUG informatique pouvez-vous nous faire parvenir les adresses mails auxquelles vous voulez recevoir les infos ?
Diffusez autour de vous afin que vous soyez un maximum de salariés informés de cette opération, ceci nous permettra de reconstituer et de mettre à jour nos fichiers.au plus vite une info est partagée au plus vite elle évite de laisser se diffuser des rumeurs.
Merci,
L’équipe UNSA-MGEN »

 

info de septembre

 
 
Après un été qui, nous l’espérons, a pu permettre à chacun de prendre un peu d’air,
la reprise est déjà bien engagée, dans un environnement concurrentiel renforcé par
le référencement sur notre champ historique d’acteurs du secteur lucratif, et une
hiérarchie sollicitant toujours un peu plus l’énergie des salariés.

A cela s’ajoute de nombreux bouleversement, sur lesquels nous revenons, qui
placent cette rentrée sous le signe du changement, des transformations, des
innovations et de l’affirmation du modèle Mutualiste Solidaire.

Environnement interne : Création du groupe.

En actant la création du groupe vyv, le 13 septembre 2017, les élus militants des
différentes mutuelles, au delà de l’aspect historique de cet acte fondateur, donnent
les moyens au mouvement mutualiste de réaffirmer ses valeurs, son rôle et son
existence dans le monde de demain.
C’est sous l’impulsion de Thierry BAUDET et Joseph DENIAUD initiateurs de cet
ambitieux outil d’influence et de développement, c’est par l accompagnement des
salariés et cadres dirigeants pour ce qui est de sa construction technique, et avec la
contribution des organisations syndicales dont l’UNSA-MGEN par la signature
récente d’un accord sur le statut social des salariés appelés à travailler au sein du
siège du groupe, que cette opération a été rendue possible.
Avec 10 000 élus mutualistes, 35 000 collaborateurs et prés de 10 millions de
personnes couvertes, le groupe VYV, dont la MGEN occupe une place centrale
devient le plus grand groupe de protection sociale mutualiste apte à répondre à
l’environnement et le contexte économique concurrentiel d’aujourd’hui.

L’UNSA-MGEN ne pourrait qu’enjoindre chacun à s’inscrire dans la dynamique
initiée, et soutenir un projet enthousiasmant en de nombreux points ce qui devrait
nous permettre une réussite collective dans la mesure où les emplois de tous et
chacun seraient préservés pour s'intégrer dans une ambition qui, nous dit-on, resterait
de faire progresser les solidarités, le mieux-vivre, en inventant la protection sociale
de demain …

Dans cet environnement, l’UNSA-MGEN entend jouer son role d'acteur
incontournable du dialogue social, tant dans les négociations, que dans son rôle de
médiateur et de représentation des salariés au quotidien, ou encore dans la défense
des salariés qui aspirent à un environnement de travail sain, à une reconnaissance
concrète de leurs engagements.

La confiance en chacun devrait être réciproque entre tous les acteurs, et nous
savons que vous qui, au quotidien, apportez votre contribution active par votre
engagement professionnel, avez de fortes attentes aux regards de dysfonctionnements
qu'il nous tarde de solutionner collectivement.

Le groupe VYV, au-delà des envolées lyriques qu’il provoque, devra aussi
transformer l’essai par des évolutions concrètes de notre environnement de travail
pour que la bataille engagée avec nos concurrents ne soit pas déstabilisée par le
dénigrement de nos forces vives et par des disputes stériles entre acteurs internes.

Nouvelle Organisation territoriale.

L’UNSA-MGEN, après consultation de ses élus (DP/DS), a transmis sa position à
l’employeur, qui pour l’heure reste sans réponse.
Nous restons surpris de l’empressement de certains syndicats à soutenir un protocole
en l’état tout en reconnaissant la légitimité de nos demandes.
Disons que nous avons vu soutien plus efficace sur un sujet aussi crucial touchant
chaque salarié dans sa pratique quotidienne même si l’épisode, pas si lointain, de la
négociation sur la complémentaire santé d’entreprise, nous avait familiarisé à de
telles attitudes…

Cet accord serait amené à s’étendre dés le 1er octobre sur l’ensemble du
territoire dans les sections départementales, les espaces mutuels et la SEM.
nous alertons l'employeur dans toutes les instances à disposition afin qu'il prenne conscience des enjeux et attentes des salariés rappelant que l'entreprise est aussi un territoire de santé, de prévention et de protection sociale.

Ci-joint vous trouverez un extrait du courrier adressé à nos décideurs et pourrez juger
de notre esprit d’ouverture par des propositions qui ne semblent pas relever d’une
éventuelle provocation mais bien de la recherche de compromis.

« Suite à la réception fin aout du projet de protocole relatif à l’organisation et à l’aménagement des déplacements et du temps de travail dans le cadre de l’organisation de travail, l’UNSA-MGEN, après consultation, ne peut accepter ce projet de protocole en l'état.

Notons que si une partie du territoire a pu, au moins partiellement, faire l’expérience dans le
cadre " d'ambition réseaux " d’un certain nombre de propositions mentionnées dans le présent
3 projet sans toutefois faire l’unanimité, le reste du territoire apparait très inquiet vis à vis des modifications envisagées.

Comme nous l’évoquions en début d’expérimentation, faute de consensus, les dispositions prises, notamment celles faisant le plus débat, telles que le travail du samedi ou les extensions tardives, bien qu’utilisées en grande majorité à bon escient et parcimonieusement durant la phase expérimentale, laissent une trop grande liberté d’action à l'encadrement. Cette situation fragilise un peu plus le salarié, notamment pour les CADS, SPS et APS ; et CM bien que cette fonction soit libérée des plages fixes (par ailleurs sans garantie de plus d’autonomie). Elle n’en rend pas plus facile les missions et le travail d’encadrement des Responsables d’équipes.
Aujourd’hui, le management local ainsi que le pilotage régional, au regard des difficultés qui nous sont remontées, tant individuelles que collectives, au regard du climat relationnel, des pressions faites sur les représentants du personnel, des interprétations diverses et variées des accords d’entreprises qui encadrent les pratiques professionnelles, rendent difficilement acceptables les propositions qui nous sont faites.
Ajoutons, que les résultats de l’enquête sur la qualité de vie au travail, ont démontré l’urgence àagir.

L’UNSA-MGEN, dans une démarche constructive, en dépit de l’absence de lisibilité, pourtant
réclamée, des dernières modifications apportées par l’employeur, fait un certains nombre de
propositions visant à enrichir le texte et à le rendre acceptable pour ceux que nous représentons : Points majeurs sur lesquels nous souhaitons des évolutions:
 
Sur les Temps de déplacement :
L’octroi d’un temps de repos à 50% pour les déplacements en dehors de l’horaire de travail de
référence, n’est pas acceptable pour les salariés qui nous mandatent, encore moins dans un
contexte où les déplacements se multiplieraient. Nous demandons une comptabilisation du temps passé à 100% au motif qu’il ne s’agit pas de temps où l’on peut librement vaquer à ses
occupations et dans la mesure où l’on reste dans un lien de subordination. Ce temps reste du temps de travail même s’il n’est pas considéré comme effectif.

Sur le Travail et Indemnité pour les Samedis travaillés :
Ouverture du Mardi au Samedi : L’expérimentation du mardi au samedi n’est, pour nous, pas
acceptable, sans qu’il soit fait mention d’un périmètre précis, à savoir uniquement sur de nouvelles implantations et encore moins sans application de l’indemnité légale (40€/80€brut par samedi travaillé).

Indemnité du Samedi : L’UNSA ne comprend pas la formulation dans un contexte où le travail le
samedi résulterait systématiquement d’une décision managériale. Difficile d’imaginer un salarié
décidé de venir de sa propre initiative dans sa section ou son Espace Mutuel ces jours là.
Dans la mesure où l’action est déclenchée par la direction, nous demandons à ce qu’une indemnité de 40Euros soit versée pour une demi journée travaillée (3h42) et qu’une seconde indemnité de 40€ brut soit versée au-delà de 5h de travail. La formulation proposée par l’employeur en l’état ne pourra que générer incompréhensions et tergiversations stériles dans son application.

Nb de Samedi : L’UNSA demande à rester sur un plafond de 10 samedis et pas 12. En cas de
maintien de ce niveau de plafond, nous demandons à réinscrire la notion de volontariat et de fixerla limite de deux samedis consécutifs imposés, en respectant les 48h de repos hebdomadaire.
Notons que la tentation de plus en plus fréquente du management , à demander aux équipes de
générer « artificiellement » de l’activité le samedi , sans doute pour en justifier le recours, ainsi que les demandes dérogatoires à la convention collective en matière de repos hebdomadaire.


Environnement externe : dialogue social.
Concernant la reforme du travail par ordonnance, l'UNSA-MGEN appelle à la
responsabilité individuelle et à l'expression des convictions personnelles dans
une logique d'autonomie politique et partisane qui caractérise notre syndicat...

L’UNSA nationale s’exprime en ces termes :
« Prétendre réguler les relations de travail en les déséquilibrant au profit des chefs d’entreprise,
c’est oublier l’objectif de justice que doit viser la loi.
Dans le domaine du Travail, cela implique de compenser par le droit la relation de subordination
entre le salarié et son employeur, de conforter la possibilité de représentation collective de salariésque leur contrat individuel de travail isole.
En facilitant les licenciements, allant jusqu’à imposer à la justice prud’homale une limitation des  ndemnités versées aux victimes de licenciements illégaux, en réduisant les moyens et la capacité de représentation collective des salariés en entreprise, à travers l’imposition d’une instance unique du personnel, les projets d’ordonnances déséquilibrent les relations de travail.
Équilibrer les relations de travail, c’est une question de justice sociale autant que d’efficacité
économique.»

Au-delà de la loi, nous avons déjà alerté notre employeur sur le respect de nos équilibres historiques, sur le maintien d'élus de proximité sur chaque site de travail


Par ailleurs, nous rappelons que dans le secteur privé, les salariés qui veulent utiliser
leur droit de grève dans le cadre d’un mouvement social identifié n'ont pas à respecter
de préavis.
Chacun est libre de s’inscrire dans le mouvement ou pas, pouvant le décider au
dernier moment s’il le souhaite…Il n’existe aucune durée minimum. La grève peut
être de courte durée (1 heure ou même moins) ou bien se poursuivre sur la journée
complète. Le décompte, sur la paie, est proratisé.

Les sujets des négociations à venir pour lesquelles nous avons pour
certaines relancées fortement l’employeur au regard des attentes :

Fiches fonctions (RU régional, Assistant régionaux, CDR)
Protocole des centres d’appels
Mise en place du télétravail
Election d’entreprise et structure représentative
NAO



 

 

 

 

unsa

Union

     Nationale

               des Syndicats

                     Autonomes. 

 

    Notre adresse:                       UNSA MGEN

7 Square Max Hymans 

bureau 03-04 

75015 PARIS

 

mise à jour 15 novembre 2017

 

 administrateur site Valérie LAURENT

 

    

server transmitting files over network md wht

      

 

bovalo@yahoo.fr

 

 

 

 

UNSA-MGEN COPYRIGHT & RESERVES

Ce site, la mise en forme le contenu sont la propriété exclusive du Syndicat UNSA-MGEN, toutes reproductions, même partielles et sous quelques formes que ce soit sont réservés aux conditions suivantes.

L'UNSA- MGEN autorise la reproduction de ces articles à la condition expresse d'en avoir reçu autorisation du rédacteur et de nous citer comme source.

L'UNSA-MGEN décline toutes responsabilité d'interprétation faite par l'utilisateur, l'UNSA-MGEN ne peut être tenu pour responsable sous quelques forme que ce soit envers n'importe quel tiers de l'utilisation des articles. L'utilisateur est seul juridiquement responsable de son utilisation